mercredi 1 août 2018

Israël : le retrait iranien de 85km ne suffit pas ©


Le ministre Tzachi Hanegbi a déclaré: «Il n’y aura pas de compromis ni de concessions» sur le retrait de l’Iran de tout le territoire syrien ; “Nous ne sommes pas prêts à voir un nouveau front du Hezbollah sur notre frontière nord entre Israël et la Syrie”, ajoute-t-il.
Israël a estimé mercredi que le retrait iranien d’armes lourdes à une distance de 85 kilomètres de la frontière entre le Golan et la Syrie est insuffisant.
Soutenu par la Russie, l’Iran et la milice chiite du Hezbollah libanaise, le président syrien Bashar Assad a repris le territoire du sud-ouest de la Syrie aux rebelles, se rapprochant du Golan.
Moscou a cherché à rassurer Israël en disant qu’il ne voulait que les forces syriennes à se déployer sur ou près du Golan syrien. Israël, cependant, insiste sur le fait que les forces contrôlées par l’Iran, son ennemi juré, quittent complètement la Syrie maintenant que la guerre civile y prend fin.

Ministre Tzachi Hanegbi (Photo: Alex Kolomoisky)
Le Ministre Tzachi Hanegbi (Photo: Alex Kolomoisky)

“Les Iraniens se sont retirés et les formations chiites ne sont plus là”, a déclaré Alexandre Lavrentyev, l’envoyé spécial du président Vladimir Poutine en Syrie, cité par l’agence de presse TASS.
M. Lavrentyev a déclaré que le personnel armé iranien qu’il a décrit comme étant des conseillers pourrait, néanmoins subsister parmi les forces de l’armée syrienne qui restent plus proches de la frontière israélienne.
“Mais il n’y a pas d’unités de matériel lourd et d’armes qui pourraient constituer une menace pour Israël à une distance de moins de 85 km de la ligne de démarcation”, a déclaré Lavrentyev.
Le ministre de la Coopération régionale, Tzachi Hanegbi, a déclaré à la radio israélienne que le retrait iranien n’était pas suffisant, citant la menace à plus long terme posée par les missiles ou drones iraniens positionnés en Syrie.
“Il n’y aura pas de compromis ni de concessions à ce sujet”, at-il déclaré.
“Ce que nous avons défini comme une ligne rouge, c’est l’intervention militaire et l’enracinement de l’Iran en Syrie, et pas nécessairement juste à notre frontière”, a souligné M. Hanegbi.

Les milices pro-iraniennes en Syrie
Les milices pro-iraniennes en Syrie

La semaine dernière, un responsable israélien, sous le couvert de l’anonymat, a déclaré que la Russie avait proposé de maintenir les forces iraniennes à au moins 100 km de la ligne de cessez-le-feu des hauteurs du Golan.
Israël a rejeté l’offre, qui a été faite lors d’une réunion entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.
Dans une riposte apparente, l’ambassadeur de Russie en Israël, Anatoly Viktorov, a déclaré lundi que Moscou ne pouvait pas contraindre l’Iran à quitter la Syrie.
Mais Viktorov a également signalé que la Russie continuerait à fermer les yeux sur les frappes aériennes israéliennes contre les transferts d’armes et les emplacements suspects iraniens et du Hezbollah en Syrie.
M. Hanegbi a déclaré qu’Israël voulait empêcher l’Iran et le Hezbollah d’étendre efficacement leur front libanais.
“Nous ne sommes pas prêts à voir un nouveau front du Hezbollah sur notre frontière nord entre Israël et la Syrie, ce qui est dangereux, c’est quelque chose qui, si nous ne l’empêchons pas aujourd’hui, dès le début, exigera, plus tard, de nous un prix lourd à payer au bout du compte “, at-il dit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Soupçon d’attentat sur la route n°60: une femme tuée...

01h23:  la victime s’appelait ‘Hava Roïzhin z.l. originaire de la ville d’Emmanuel en Samarie. Elle travaillait avec son mari comme pho...