mardi 13 mars 2018

Israel : Portes drapeau par Avraham Azoulay.....


Notre capitale est cette année dans tous ses états ! Le marathon a pris une autre ampleur, plus internationale que jamais. Les inscriptions des coureurs étrangers ont été supérieures de 30% par rapport à celles de l’année dernière.  L’effet Trump s’est ressenti fortement. Le seul jour de sa déclaration du 6 décembre 2017, une centaine de coureurs étrangers se sont inscrits …merci Donald !
Les femmes sont aussi à l’honneur. Pas besoin d’une simple journée pour les honorer. Elles sont de plus en plus nombreuses à se lancer dans la course, sous les yeux fascinés de leurs maris qui ont même du mal à suivre et sous le regard admiratif de leurs enfants. Elles ont, il faut l’avouer, une qualité première. L’âge n’a aucune importance à leurs yeux. Ce qui compte c’est la volonté, la motivation, l’émotion, l’inspiration. Cette détermination fantastique de se surpasser, de dépasser ses propres limites. C’est une jeune femme orthodoxe de 28 ans, mère de 5 enfants qui est la première israélienne au classement ! Carole V., une autre participante témoigne : “Cela ne vient pas seul, on a commencé il y a 7 mois, alors que même 100 mètres étaient impossibles. On est porté par la force du groupe, jusqu’à 10 km …
A la fin tu ne penses qu’à ça, l’effort apporte une concentration et ça entraine les autres. Quand j’ai vu Ir David j’ai pleuré”… Chaque jour qui passe n’est que le reflet de cette intemporelle ‘’journée de la femme’’. Les femmes savent prendre les rennes, non seulement à la maison mais aussi en dehors. Les voilà qui créent des partis politiques. Dans la même semaine, deux femmes, Orly Levy-Abécassis, (fille du l’ancien ministre David Levy) et Adina Bar Shalom, (fille du Rav Ovadia Yossef, zatsal) expriment leur intention de courir aussi, à la Knesset pour apporter la woman touch au pays. Rien à dire, les femmes mènent toutes les courses avec bien plus d’efficacité et de profondeur !
Ce Rosh h’odesh  Nissan, jour d’un renouveau pour nous tous, donne le signal de départ pour de nouveaux challenges.
Et pour terminer notre parcours, voici le témoignage poignant d’un [pas d’une cette fois-ci] coureur autour des murailles :
“Au 16ème kilomètre, les pieds ont commencé à me brûler, mes muscles étaient en feu, et j’ai commencé à perdre de la vitesse…. Je me suis dit: baisse la tête et essaie juste de tenir les derniers kilomètres. Soudain un inconnu   me tape sur le dos : ‘’ Tu as besoin d’un chargeur? ‘’, ‘’ Ok mon frère, donne-moi quelque chose… ‘’
J’étais sûr qu’il allait me donnait un gel tonifiant, ou une boisson énergisante…
   Et là, il me donne un drapeau d’Israël immense entre les mains : ‘’ Allez, fonce mon frère !’’
A la seconde même, j’ai ressenti une force inouïe… Indescriptible.
Avec toutes les dissensions que nous vivons dans ce pays, ce drapeau m’a insufflé de la vie.
Je cours et je pleure… Je ne pense plus à la difficulté. Hop, trois kilomètres et demi sont passés.
Un drapeau qui insuffle de la vie aux gens n’est pas un drapeau comme les autres… C’est un drapeau qui te relie en une seconde à ce que tu es et pourquoi tu es là…
C’est un drapeau qui a une âme…’’
Que  ce mois de Nissan  apporte  à chacun cette âme rénovatrice, pour arriver plein de forces à Pessah’.
 Avraham Azoulay

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un couple refuse une poignée de main du sexe opposé, la Suisse leur refuse la nationalité....

La Suisse a été envahie comme le reste de l’Europe de l’Ouest, mais elle n’a pas totalement baissé son pantalon ni renoncé à ses valeur...