mercredi 28 février 2018

Première: Tsahal va reconnaître les fiancées des soldats tombés....


Lorsque survient la terrible nouvelle de la mort d’un soldat au combat, les pensées vont immédiatement et naturellement envers ses parents et grands-parents, ses frères et soeurs, leur conjoint(e) ou les enfants. L’Etat leur accorde alors un statut officiel qui leur accordera des droits afin de les aider autant que faire se peut à se mesurer à cette tragédie.
Mais l’Opération Tsouk Eitan a mis en lumière une catégorie de personnes qui était jusqu’à présent oubliée: les fiancées ou les “petites amies des soldats qui sont tombés au combat, et qui sont elles aussi plongées dans une immense souffrance affective et psychologique. Les images poignantes des fiancées de Hadar Goldin hy”d ou de Youval Heymann hy”d avaient ému toute la population lors de cette opération antiterroriste. Une campagne avait alors été lancée par des fiancées et amies de soldats pour obtenir une certaine forme de reconnaissance de l’armée et de l’Etat.
Mardi, Tsahal a officiellement reconnu le statut de “fiancées” de soldats tombés, ce qui leur accordera des droits sociaux similaires à ceux des autres proches familiaux. Cette mesure s’appliquera d’ailleurs aussi aux professions de la police et des services pénitentiaires.
Celle qui a poussé en avant et accompagné le processus est la députée Dr. Aliza Lavi (Yesh Atid), qui a d’abord contribué à la reconnaissance du terme “amie” par Tsahal, et obtenu que ce statut s’adresse autant aux fiancées officielles qu’aux amies. Les droits obtenus concernent par exemple les congés durant la semaine de deuil ou les jour des commémorations officielles ainsi que des aides financières pour les traitements psychologiques inhérents à ce genre de situation.
La députée s’est félicitée de cette décision: “Nous avons accompli aujourd’hui un grand pas qui viendra en aide aux amies des soldats tombés qui doivent elles-aussi se mesurer au pire. Cela montre aussi que le deuil n’épargne personne (…) La sollicitude de la société et de l’Etat font partie intégrante du processus de guérison”.
L’association “Hotir A’harav ‘Havera” (“Il laisse derrière lui son amie”), qui apporte de l’aide morale et psychologique aux fiancées ou amies en deuil a elle-aussi exprimé sa satisfaction et a remercié Dr. Aliza Lavi pour son action en faveur de cette reconnaissance. “Il s’agit de la réparation d’une lacune et d’une injustice qui existent depuis 70 ans, et qui reconnaît enfin les fiancées ou les amies des soldats tombés comme étant des personnes extrêmement proches d’eux et qui souffrent énormément”.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un couple refuse une poignée de main du sexe opposé, la Suisse leur refuse la nationalité....

La Suisse a été envahie comme le reste de l’Europe de l’Ouest, mais elle n’a pas totalement baissé son pantalon ni renoncé à ses valeur...