mardi 26 juin 2018

L’UNRWA (L’Agence d’aide aux « réfugiés palestiniens ») au bord du gouffre financier...


Ce lundi 25 juin, se tient à New York une conférence des donateurs de l’UNRWA, entendez l’Office de Secours des Nations Unies pour les Réfugiés de Palestine dont le chef, Pierre Krähenbüh, vient de lancer un appel aux dons:  « Il faut trouver encore 250 millions de dollars pour pouvoir préserver l’aide d’urgence aux réfugiés palestiniens au second semestre ». Et pour cause, cette année les Etats-Unis ne verseront que 60 millions de dollars à l’UNRWA contre 360 millions l’an dernier, une sanction attendue depuis longtemps contre une organisation onusienne partisane pro-palestinienne et surtout anti-israélienne…

Les Etats-Unis ont toujours été les principaux pourvoyeurs d’aide financière aux Palestiniens qui se chiffre presque en milliard de dollars par an entre l’aide et le développement de projets en Judée Samarie et à Gaza, l’argent transféré à l’Autorité palestinienne pour financer ses services de sécurité et les centaines de millions de dollars donnés à l’Unrwa. Mais en début d’année, à Davos, les Etats-Unis avaient déjà annoncé leur volonté de réduire leur contribution, réclamant une réforme de l’UNRWA et exhortant un retour des Palestiniens à la table des négociations avec Israël. «L’argent est sur la table et les Palestiniens ne l’auront pas tant qu’ils refuseront de s’asseoir pour négocier» avait lancé Donald Trump sans colère mais avec le ton sans appel et la manière qui le caractérise.
Mais qu’est-ce que l’UNRWA par rapport au Haut Commissariat aux Réfugiés qui s’occupe des réfugiés du monde entier et comment a-t-elle été créée?
l’UNRWA, a été créé uniquement pour les palestiniens alors que les dizaines de millions de réfugiés du monde entier sont sous l’égide du HCR, le Haut Commissariat aux Réfugiés. C’est dans les années 60, sous la pression d’Arafat que l’ONU a créé l’UNRWA qui verse depuis plus de 55 ans des centaines de millions de dollars à l’OLP. Rappelons aussi qu’après 1948, la Jordanie avait accordé la nationalité à ses réfugiés palestiniens mais Yasser Arafat avait réussi à convaincre le gouvernement jordanien de destituer de leur nationalité les tous nouveaux citoyens jordaniens en leur expliquant qu’ils servaient la Cause Palestinienne dans le seul but d’augmenter le nombre de réfugiés et donc de toucher plus d’argent de l’ONU. ‪En réalité, seulement 1% de Palestiniens sont de «vrais» réfugiés, conformément à la définition : « les personnes dont le lieu de résidence habituel était la « Palestine » entre juin 1946 et mai 1948, qui ont perdu à la fois leur maison et leur gagne-pain (à la suite du conflit israélo-arabe de 1948) ». Les autres, 99 % sont leurs descendants. Sur les 600 000 réfugiés palestiniens comptabilisés par l’UNRWA il y a 70 ans, le nombre est passé à plus de 5,3 millions, et chaque jour, à chaque naissance, il ne fait qu’augmenter.
Selon une étude menée par l’Institut Abba Eban, les “réfugiés” de l’Autorité palestinienne reçoivent un budget quatre fois plus élevé qu’un réfugié syrien, irakien ou africain. L’UNRWA,  a publié un rapport financier annuel qui indique une moyenne de don de 246 dollars par mois pour chacun des 5,3 millions de Palestiniens qu’elle définit comme « réfugié », alors que le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés n’a dépensé qu’un quart de ce montant, soit 58 $ pour les autres réfugiés dans le monde. Le calcul est vite fait : 5 300 000 réfugiés x 246 dollars, c’est l’argent qui rentre dans les caisses de l’OLP. Sans contrôle, cette population de pseudo-réfugiés ne s’arrêtera jamais de croître. Et l’UNRWA est entièrement responsable de cette situation. Heureusement aujourd’hui, il semble que Donald Trump veuille vraiment y mettre un terme et malgré les dons exceptionnels au printemps, de l’Arabie saoudite et du Qatar à l’UNRWRA,  ce ne sera pas suffisant pour continuer « d’aider » les palestiniens, l’agence a d’ailleurs déjà prévu de réduire certains programmes, de différer le paiement des salaires de ses employés sans compter que la rentrée en septembre des écoliers  pourrait également être reportée.
Tel-Avivre –

Communiqué de presse publié par le Hamas concernant la réunion des donateurs de l’UNRWA à New York le 25 juin 2018.

Il ne fait aucun doute que la crise financière aggravante de l’UNRWA a dramatiquement affecté la vie de plus de cinq millions de réfugiés palestiniens, qui dépendent entièrement de ses services.
Le Hamas exprime ses inquiétudes quant aux répercussions de cette crise sur la situation des réfugiés palestiniens et, à la lumière de ce qui précède, demande ce qui suit:
Premièrement: Nous appelons la communauté internationale et les Nations Unies à ne pas prendre à la légère les conséquences de la liquidation de la question des réfugiés palestiniens avec leurs droits fondamentaux, dont le premier est le droit de mener une vie sûre et décente et de retourner dans leur patrie. , à partir de laquelle ils nous ont expulsés, ainsi que les indemniser pour les dommages.
Deuxièmement: Nous demandons instamment que l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) reçoive les fonds nécessaires pour lui permettre de continuer à fournir des services et de s’acquitter de son devoir envers des millions de réfugiés palestiniens.
Troisièmement: Nous réaffirmons la nécessité de rechercher une solution globale à la crise de l’UNRWA, car il est inacceptable que les souffrances des réfugiés palestiniens continuent, alors que leurs vies sont menacées par les positions politiques internationales et les décisions arbitraires des États-Unis. au détriment des droits des Palestiniens. Nous appelons les Nations Unies à prendre une décision ferme et à allouer les fonds de l’UNRWA dans le cadre de son budget global. Nous exhortons également les pays arabes et islamiques à respecter leurs engagements et à financer le budget de l’UNRWA.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Manger dans la Souccah...

  Manger dans la Souccah Halakha 1 C’est un commandement positif de consommer au moins 28 g de pain dans la souccah, le premier so...