jeudi 28 juillet 2016

Israël va-t-il sauver le monde une troisième fois ?


Israël a sauvé le monde par 2 fois de catastrophes planétaires. Ce qui n’empêche pas l’Etat hébreu d’être toujours considéré comme un état paria.
par Mudar Zahran

En tant que politicien jordano-palestinien, moi, beaucoup d’autres politiciens arabes et décideurs viennent d’apprendre qu’Israël est vital pour notre propre existence. En fait,  nous et le monde l’ont compris à la suite de deux catastrophes mondiales qui ont été évitées de justesse grâce à Israël.

La première fois qu’Israël nous a tous sauvé, c’était au début des années 1980, lorsque le président irakien Saddam Hussein était l’un des meilleurs alliés arabes de l’Occident. Il était contre la République islamique d’Iran et a été considéré comme un acteur nécessaire pour les gouvernements occidentaux et comme équilibre régional contre la puissance de l’Iran.
L’Occident était “en amour” avec Saddam au point de lui permettre l’obtention d’un programme nucléaire, obtenu comme on le sait avec l’aide de la France.
Tout comme le fait aujourd’hui l’Iran, Saddam a déclaré que son programme nucléaire était pour un « usage pacifique et civil. »Le réacteur nucléaire Osirak (dit civil) de Saddam a été construit avec l’approbation des Etats-Unis.
Note : aujourd’hui les Occidentaux pensent que l’Iran est un pays stabilisateur pour la région, n’est-ce pas Mr Fabius, n’est pas Mr Obama ?
Israël, cependant, n’a pas été convaincu par Saddam Hussein, et en 1981, a envoyé ses pilotes dont ils étaient peu susceptibles de revenir) avec la mission   de détruire le réacteur nucléaire de Saddam.
Comme les rapports l’ont confirmé, George HW Bush alors vice-président a été exaspéré par l’opération d’Israël contre le réacteur tandis que le président Ronald Reagan n’a pas forcément désaprouvé l’initiative d’Israël
Les gouvernements arabes et occidentaux ont condamné l’attaque d’Israël et certains ont même parlé d’une action concertée à l’ONU contre l’Etat hébreu.
Sans surprise, les médias occidentaux ont mis au pilori Israël.
À peine neuf ans plus tard, Saddam occupait le Koweït, menacait l’ensemble de la région du Golfe, et parlait ouvertement de contrôler « la richesse pétrolière» les Arabes « , qui aurait pu lui permettre de mettre mis à genoux l’Occident.
Les États-Unis et de nombreux États occidentaux pouvaient investir dans une guerre contre Saddam cependant ils ne craignaient pas une attaque nucléaire de sa part ni même qu’il puisse utiliser des bombes sales.
Donc l’opération Desert Storm est passé sans encombre.
Note L’opération Tempête du désert (Desert Storm en anglais) a été menée par les États-Unis contre l’Irak, du 17 janvier au 28 février 1991. Cette opération a mis fin à l’occupation du Koweït par l’Irak. Elle constitue la phase la plus violente de la deuxième guerre du Golfe)
Si Saddam avait encore possédé son programme nucléaire, l’ensemble de la situation et les résultats auraient été différents. En fait, Saddam aurait pu rester au pouvoir jusqu’à aujourd’hui si Israël n’avait pas pris le risque de détruire son programme nucléaire.
En bref, Israël a sauvé le monde d’un monstre en puissance d’utiliser des armes nucléaires.
Cela n’a pas été le seul moment où Israël a sauvé le monde.
Un autre dictateur arabe, Bachar el-Assad, avait un programme nucléaire secret et avait construit un réacteur avec l’aide de la Corée du Nord.
Alors que de nombreux gouvernements n’étaient pas encore sûrs que le programme ait réellement existé, Israël n’a pas perdu de temps. Les avions israéliens ont bombardé le réacteur d’Assad en 2007, le réduisant à néant. On a également signalé que certains scientifiques nucléaires nord-coréens et iraniens avaient été tués dans l’attaque.
Alors que le monde n’a pas vraiment condamné l’attaque, beaucoup l’ont perçu comme injustifiée parce qu’Assad coopérait étroitement avec les États-Unis dans sa lutte contre al-Qaïda en Irak et avait remis plusieurs terroristes aux forces américaines. De nombreux gouvernements occidentaux ont vu Assad comme un allié, comme il avaient considéré l’époque Saddam.
À peine quatre ans plus tard, une guerre civile a éclaté en Syrie et le pays s’est rapidement transformé en bastion islamiste, dont le territoire a été divisé entre les islamistes – principalement le groupe Etat islamique et le Front Nusra – et Assad. Tant Assad que les islamistes ont fait de la Syrie une boucherie et Assad a même utilisé des armes chimiques pour tuer des civils syriens en 2013.
Réfléchissons:
Assad a massacré sa propré population, dont des femmes et des enfants ( et le bain de sang continue).
Aurait-il (Assad) été réticent à menacer le monde avec des armes nucléaires si son programme nucléaire n’avait pas été détruit? Aussi, compte tenu que le territoire syrien est vaste, Assad aurait-il hésité à utiliser une arme nucléaire sur une ou deux villes syriennes pour anéantir les rebelles?
Fondamentalement, Israël a sauvé le monde et le peuple syrien de ce dictateur sanguinaire.
Ce qui est plus intéressant est le fait que le réacteur nucléaire d’Assad se situait à Deir el-Zour, dans le nord-Syrie, qui est tombé dans les mains des islamistes rapidement après que la guerre civile ait commencé. Pouvons-nous imaginer ce que ces islamistes aurait pu faire avec un réacteur nucléaire?
Ils auraient menacé le reste de la Syrie, les pays voisins (y compris la Turquie), et l’Occident avec des bombes sales, ou même avec quelque chose de plus avancé.
Aujourd’hui, les États-Unis ont signé un accord avec l’Iran et son programme nucléaire (en fait un programme économique). Sur le papier, et en théorie, l’affaire pourrait passer pour de nombreux observateurs comme acceptable et même équitable pour toutes les parties.
Ces observateurs ne comprennent pas ce qu’Israël comprend très bien.
Non seulement l’Iran est gouverné par des radicaux islamistes chiites qui ne tiendront pas leur parole, mais si l’Iran obtient la bombe, ce sera la seule puissance nucléaire qui ne craindra pas les conséquences de lancer un attaque nucléaire sur un pays, et même sur États-Unis
Si l’Iran attaque un pays avec des armes nucléaires, et que ce pays répond, ses dirigeants iraniens se considéront mourir martyrs, aller au ciel, et rencontrer des vierges.
Alors que le dictateur de la Corée du Nord est impitoyable, inhumain et même fou, il ne lancera pas une attaque nucléaire par caprice, car il sait qu’il serait immédiatement attaqué. Il ne veut pas mourir ou perdre le pays qu’il gouverne. D’autre part, le martyre collectif de l’ensemble de la nation iranienne pourrait être exactement ce que les dirigeants de l’Iran mollahs recherchent. Par conséquent, ils appuieront sur le bouton au bon moment. (Après moi le déluge ! On se souvient que pendant la guerre Iran-Irak, les Mollah ont sacrifié plus de 200 000 enfants, les envoyant se faire sauter sur les champs de mines posés par Saddam à la frontière irako-iranienne pour permettre à l’armée iranienne de passer sans encombre. Les petits portaient une clé verte made in Taiwan autour du coup, une clé qui leur ouvrirait immédiatement les portes du paradis.)
Les dirigeants iraniens pourraient même envisager la destruction de l’ensemble de la planète en utilisant des armes nucléaires et réaliser leur vision apocalyptique du «retour du Messie chiite, al-Mahdi, qui ne reviendrait seulement qu’après une catastrophe mondiale. »  Israël connaît cette idéologie de l’Iran ce que la plupart des autres ne font pas.
Israël va prendra t-il l’initiative de sauver le monde une troisième fois, en détruisant le programme nucléaire de l’Iran?
Nous ne pouvons le dire, ni même suggérer que cela puisse arriver. Néanmoins, si Israël ne fait rien et que l’Iran commence à menacer le monde avec des armes nucléaires un jour, ceux qui diabolisent Israël encore et encore, le boycotte et l’étiquette comme un état paria aujourd’hui apprécieront qu’Israël ait fait le sale boulot à leur place.
Des moments très difficiles sont à venir, et Israël incarne le proverbe arabe palestinienne, « A quoi sert de faire du bon esprit si tout le monde autour de vous est devenu fou? »
Mudar Zahran est un jordano-palestinien qui réside au Royaume-Uni
résumé et adapté par la rédaction d’Israël-flash d’après une article deMudar Zahran source israel ha yom

Les pays maghrébins n’acceptent pas de récupérer les migrants issus de leurs propres pays....


Ralf Jäger, ministre de l’intérieur de l’Etat régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a sévèrement critiqué les pays nord-africains en constatant qu’ils ne sont pas coopératifs quand on aborde le sujet des migrants.
Les gouvernements des pays du Nord de l’Afrique ne veulent en effet pas accueillir de migrants qui ont été renvoyés d’Allemagne.
« Nous devons veiller à ce que les migrants qui ne nécessitent pas de protection particulière puissent rentrer au plus vite dans leurs pays d’origine » a déclaré Mr Jäger à la presse allemande, mais a déploré que le problème ne venait pas de la difficulté de les expulser d’Allemagne mais plutôt que leurs pays d’origine ne voulaient pas les voir revenir. En particulier le Maroc, l’Algérie et la Tunisie.
Mis à part les Balkans, les pays les plus concernés par le rapatriement de clandestins illégaux sont les pays du Maghreb. Le gouvernement fédéral allemand considère que ces trois pays sont des pays sûrs et sans guerre et que par conséquent les demandeurs d’asile politique qui sont partis des côtes nord-africaine vers l’Europe ne sont pas éligibles à être reconnus comme demandeurs d’asile pour motifs de sécurité dans leurs pays respectifs. (…)
Un autre problème tient du fait que certains migrants expulsés reviennent par la suite par des filières illégales ce qui a été le cas d’un migrant qui a pu revenir tenter sa chance en Allemagne plus de dix fois. Egalement beaucoup de migrants affirment être mineurs après avoir commis un délit afin d’éviter l’expulsion. Il a été référencé pour cette année l’enregistrement de quelques 70.000 mineurs qui sont entrés en Allemagne, et même si la procédure de statut d’asile politique a été rejetée, il est quasiment impossible alors de pouvoir les renvoyer chez eux.
Traduction RR de Breitbart

Tant d’amour et de paix, ça laisse muet…Jean-Paul Brighelli ...


Je ne parlerai pas des martyrs de Charlie. Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.
Je ne disserterai pas sur les massacres du Bataclan et d’ailleurs. Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.
Je n’évoquerai pas les tueries de Boko Haram, de l’AQMI, d’Al-Qaïda, d’Al-Nosra et d’une foule d’autres groupes d’assassins organisés, en Syrie et ailleurs, au nom du Prophète, sur lui la paix et la lumière. Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.
Je ne dirai rien des près de 300 morts tués dans un attentat à Bagdad le 3 juillet, ni des 15 autres tués dans la même ville le 25, ni… Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.
Et j’ai eu tort de parler ici-même des infidèles tués au musée du Bardo l’année dernière. Car j’ai pris le risque de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.
Je ne rappellerai pas, pas même pour mémoire, les centaines de viols perpétrés à Cologne, entre autres, au dernier jour de l’An — bonne année ! Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.
Je ne gloserai pas sur les attentats commis en Arabie saoudite, au Yemen, en Syrie, en Irak, en Turquie. Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.
Ni même ne comptabiliserai-je les 80 morts de Kaboul de samedi dernier — les derniers dans une très longue liste. Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.
Ne comptez pas sur moi pour condamner les attentats à la hache, à la machette, et autres procédés ingénieux perpétrés en Allemagne ces derniers jours. Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.
De même ne commenterai-je pas l’utilisation d’acide au Pakistan pour défigurer les jeunes filles « impudiques » — la dernière a été étranglée par son frère. Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.
Je ne dirai rien, oh non, sur le prêtre octogénaire égorgé ce mardi 26 juillet dans une église normande pendant la messe par deux courageux « soldats » de Daech — tout comme d’autres valeureux combattants de Daech avaient fixé au sommet d’une colonne romaine le corps décapité du conservateur octogénaire de Palmyre — ce sont des hommes qui aiment les vieillards, et ils ont prouvé à Nice qu’ils aiment aussi les enfants. Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.
(Parenthèse. Si un vieil imam avait été tué dans une mosquée par deux connards — ce qui serait difficile vu que les mosquées sont le plus souvent protégées, comme les synagogues, le président de la République et le Premier ministre, si prompts à condamner et à combattre le terrorisme, appelleraient déjà à une manifestation monstre contre la montée des périls d’extrême droite, et envisageraient peut-être de dissoudre tel ou tel groupuscule. 
Et sans doute auraient-ils raison. Mais ils n’envisagent pas, semble-t-il, de dissoudre l’islam, ni de prendre de vraies mesures contre les milliers de terroristes islamistes potentiels français — ou qui se sont invités en France. Car l’islam est une religion de paix et d’amour. Fin de parenthèse)
Et je ne citerai pas les sourates qui appellent au meurtre des infidèles, par le fer et par le feu. Car l’islam est une religion de paix et d’amour, et seules de méchantes langues propagent ce genre d’information.
Et si jamais demain je me fais égorger par un illuminé, mes amis, ne mettez pas en cause l’islam. Car l’islam est une religion de paix et d’amour.

Belgique : Les zones de police n’en peuvent plus....


Selon la DH, le Commissaire Jean-Marie Brabant, chef de corps (en partance) de la zone Montgomery, qui couvre les communes bruxelloises de Wolumé Saint-Pierre, Saint-Lambert et Etterbeek le dit ouvertement: « des renforts pour l’aéroport de Zaventem ou le métro, notre zone de police n’en livre pas. Je n’ai pas honte à le dire ! »

Visiblement, c’est toujours sur les mêmes policiers des mêmes zones de police que l’on tombe, pour sécuriser des lieux à haut risque comme l’aéroport ou le Parlement, des zones, des événements, et pourquoi pas demain, des églises, pour tenter d’empêcher les fous d’Allah de tuer et de détruire.
L’ancien président de la commission permanente de la police locale (il a jeté l’éponge en décembre dernier) confirme à la DH qu’il existe désormais un « repli de certaines zones de police » lorsqu’il s’agit de prêter du renfort à d’autres, en cas de gros événements. 
« Ce n’est pas un manque de solidarité, il faut le voir autrement. On doit se débrouiller avec nos effectifs et on ne peut pas se permettre d’envoyer systématiquement du renfort ailleurs. C’est ce système qui doit être revu », s’exclame Jean-Marie Brabant. Les zones de police se referment sur elles-mêmes pour assurer leurs missions locales en priorité: on les comprend.
« Jusqu’ici, lorsqu’un gros événement était organisé dans une zone, on ne s’est jamais posé de questions. On demandait du renfort et on l’obtenait. Sauf qu’on est en niveau 3 depuis des mois. Et cela change tout. On ne peut demander à des policiers, déjà épuisés nerveusement et physiquement, de reporter leurs congés pour aller appuyer d’autres zones. Il ne faut plus compter sur l’aide extérieure, il faut changer ce système », insiste le commissaire-divisionnaire.
Seule solution pour le Commissaire Brabant: annuler certains rassemblements. « Il faut être sérieux et se dire que si on n’a pas assez de policiers pour organiser un événement, soit il faut le supprimer, soit il faut le maintenir mais en acceptant que le risque est alors plus élevé. Et ne pas se baser uniquement sur des renforts d’ailleurs« .


Le gouvernement Michel ne prend pas de décisions par rapport à l'islamisme et se contente de surcharger la police de nouvelles missions. Danger!
Le gouvernement Michel ne prend pas de décisions par rapport à l’islamisme et se contente de surcharger la police de nouvelles missions. Danger!

Grâce au gouvernement de Charles Michel, qui se refuse à interdire le retour aux jihadistes partis en Syrie, qui n’enferme pas les individus dangereux (l’équivalent des fichés S en France), qui ne ferme pas les mosquées salafistes, qui n’expulse pas les fauteurs de haine comme l’imam de Verviers, qui n’expulse pas réellement les déboutés du droit d’asile, le danger est de plus en plus grand, de voir ces barbares frapper au hasard, n’importe où, au couteau, à la hache ou avec des armes à feu et des explosifs. 
Voilà maintenant que la grogne dans nos polices et dans les forces armées se fait jour, montrant que Charles Michel et Jan Jambon ne peuvent se limiter à « faire appel à la police et à l’armée » pour cacher leur laxisme vis à vis du terrorisme. On peut s’attendre au pire.

C.T.

Un ex-terroriste comdamné à mort en Algérie s’installe en France....


Merouane Benahmed est un ex-membre du groupe terroriste islamique armé (GIA), comdamné à mort en Algérie, vit depuis quelques jours à trois kilomètres de la frontière administrative qui sépare le département français la Mayenne du Maine-et-Loire en toute tranquillité.
Cet homme de 41 ans a participé à de nombreux attentats sanglants en Algérie pour l’instauration d’un Etat islamique. Condamné en 2006 en France à 10 ans de réclusion pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, il se voit interdire définitivement de vivre en France. Mais dans le même temps, son pays natal, l’Algérie, le condamne par contumace à la peine capitale.
A sa sortie de prison en 2011, l’ex-djihadiste ne peut être expulsé de France vers l’Algérie puisqu’il y est condamné à mort. Aussi, le ministère de l’Intérieur l’assigne à résidence et lui somme de trouver un pays d’accueil. D’abord hébergé dans le département du Gers, il est ensuite transféré dans le Maine-et-Loire à Beaupréau puis depuis quelques jours à Segré, à 3 kilomètres de la Mayenne. L’homme, logé et nourri par l’État français, vit avec son épouse et ses trois jeunes enfants. Il doit pointer plusieurs fois par jour à la gendarmerie.
Théoriquement libre, il est toutefois interdit de mouvement et de travail. Une situation inextricable qui commence à inquiéter la municipalité et la population française. Averti au dernier moment de l’arrivée de cet administré gênant, le maire de Ségré prévient dans les colonnes du Courrier de l’Ouest qu’il « ne va pas cesser de se mobiliser tant que cette situation ne sera pas réglée. » Neuf individus se trouvent aujourd’hui en France dans une situation similaire.
http://www.ouvalalgerie.com/news/848-TERRORISME-:-Un-ex-terroriste-comdamn%C3%A9-%C3%A0-mort-en-Alg%C3%A9rie-s%E2%80%99installe-en-France.html
© Gaïa pour www.Dreuz.info

Charles Enderlin, l’islamogauchiste...Par Victor PEREZ...



L’ancien envoyé permanent de France 2 à Jérusalem tweet beaucoup. Son dernier message confirme le dégoût qu’inspirent ses préférences politiques. Dans son dernier post, son islamogauchisme déborde tant qu’il en vient à comparer l’Islam radicalisé à la « politique israélienne ».

Une politique qui, de tous temps, réagit lentement et après mûre réflexion, et qui n’a rien à voir, ni de près ni de loin, avec les terroristes musulmans qui assassinent hommes, femmes, enfants et vieillards pour convertir la planète à l’Islam et/ou rejoindre, au plus vite, le ‘’paradis d’Allah’’.

Mais là n’est pas le plus risible !


Charles Enderlinest choqué par l’exigence imposée à la communauté musulmane de « choisir son camp » !!! 

Le camp du bien ou du mal ? De la vie ou de la mort ? Ce choix est-il offert ?

La communauté musulmane ne doit-elle pas favoriser le bien et la vie en rejoignant, d’elle-même, les forces de la nation afin de contrer et maitriser au mieux les fanatiques qu’inspire sa religion ? Les millions de musulmans n’ont-ils pas l’obligation morale de soutenir leurs concitoyens en dénonçant et en excluant les extrémistes de leur bord et en manifestant leurs mépris et leurs révoltes à leur égard ?

La simple logique l’impose !

Si non, le contraire pousserait à l’amalgame, à l’idée d’un soutien voire d’une connivence et, en conséquence, aux réactions hostiles prévisibles de la part des Français de souche mais aussi de la part de tout occidental à l’encontre de tout musulman, qu’il soit ‘’au gouvernement, dans l’opposition, médecin, enseignant, travailleur social, infirmier, etc.… ‘’, athée ou croyant.

La méfiance, alors, deviendra la règle, la vie paisible un vieux souvenir !

Ces « quelques milliers », cet « infime pourcentage » de détraqués musulmans, recensés par l’auteur de la pitoyable Affaire A-Dura, a un potentiel meurtrier de centaines de milliers de victimes innocentes. Dire cela, rappeler cette simple vérité, serait, selon le journaleux en retraite, « faire le jeu des extrémistes » (de droite évidemment).

C’est oublier vite que le simple quidam, pacifique et très loin de tout racisme, refusera de voir ses proches ou lui-même invité à être un sujet d’un prochain massacre. Ou même de vivre, par instincts de survie, dans la peur de l’instant à venir.

Ce qui n’a pas l’air de réveiller l’ex-professionnel !  

Charles Enderlinest caractéristique de cette gauche ayant perdu tout sens moral, toute direction, toute valeur et qui ne vit que par et pour une idéologie qui n’a plus à démontrer son rôle nocif. Si aucune décision n’est prise rapidement pour réduire son pouvoir néfaste, la guerre civile, la ratonnade, la chasse au faciès deviendra la règle.

Les victimes sauront alors qui remercier ! 

La bombe israélienne qui va révolutionner l’aviation....


Israël, dont la survie dépend en grande partie de la suprématie de Tsahal dans les airs, consacre énormément de budgets et de matière grise pour développer les équipements destinés aux appareils dont dispose l’armée. 

Face aux avancées technologiques et aux acquisiations d’armes des pays de la région ainsi qu’aux défis futurs, Israël se doit d’avoir toujours une longueur d’avance.

Cette semaine, l’armée de l’air et la censure militaire ont autorisé l’information annonçant la prochaine apparition d’une nouvelle bombe israélienne: la Barad-Kal, obus électro-optique produit par les industries militaires Rafael Advanced Defense Systems Ltd. Cette bombe est actuellement dans les toutes dernières étapes de sa fabrication. La Barad-Kal équipera au fur et à mesure tous les appareils de l’armée de l’air mais ce sont les chasseurs-bombardiers F-16 qui l’inaugureront.
Un officier du Département balistique indique que cette nouvelle génération de bombes représentera un grand bond en avant dans la précision et la capacité de perforation. Le guidage électro-optique de la Barad-Kal lui permet d’obtenir une image à très haute résolution de la topographie et de l’objectif mais aussi de modifier rapidement son fonctionnement suivant les conditions météorologiques ou les mouvements de la cible de jour comme de nuit.
Il a fallu pas moins de trois ans aux industries Rafael Advanced Defense Systems Ltd. pour mettre cette nouvelle bombe au point en coopération avec les ingénieurs de l’armée de l’air. Cette bombe entièrement conçue et produite en Israël représentera aussi une sérieuse économie pour Tsahal. Cette étroite collaboration entre Tsahal et les industries militaires israéliennes permettra également de produire le matériel et les systèmes qui équiperont le fameux avion-furtif F-35 dont les premiers appareils doivent arriver en Israël d’ici la fin 2016.