lundi 27 avril 2015

Arrêtez de rêver: les attentats, c’est l’islam en guerre sainte contre la France chrétienne...


L’islam est en guerre sainte contre la France, dar al harb. Les attaques et les tentatives de destruction de ses lieux de culte, comme celle qui ciblait les catholiques dans un église de Villejuif, ne sont pas l’oeuvre de quelques illuminés, elles trouvent leur légitimité théologique dans le Coran.

Pour eux, la France est surtout catholique et en la frappant, ce sont les symboles de la chrétienté tant honnie par Mahomet qu’ils veulent anéantir. Ils n’ont que faire de la laïcité, surtout quand elle est leur alliée objective. C’est grâce à elle que l’islam a acquis le statut de religion. Pour eux, l’islam doit devenir la religion officielle de la France, et seuls le christianisme, et à un degré moindre le judaïsme, peuvent contrarier leur projet hégémonique.
La France est leur Arabie d’où ils ont chassés les juifs et les chrétiens. Allah dit que le Coran a élevé l’islam au-dessus des deux autres, qui n’ont plus le choix aujourd’hui : c’est soit l’islam, soit la fin de leur histoire.
Un jour nos églises, nos synagogues, nos temples deviendront des mosquées.
La laïcité ne leur fera pas de l’ombre, puisqu’elle c’est elle qui les a sortis des caves. Leur hantise obsessionnelle, ce sont les religions bibliques. Tant qu’elles existent, l’islam ne peut se prévaloir du statut de religion à part entière. L’islam, tout en prétendant s’inscrire dans la continuité du judaïsme et du christianisme, n’a jamais été reconnu en tant que tel par ses deux prédécesseurs.
Sa haine pour ces deux religions vient fort probablement de sa grosse frustration de n’avoir pas été élevé au rang d’héritier légitime.
Le massacre de la tribu juive des Banu Qoraydha en est la parfaite illustration. En effet, elle a été massacrée à cause de son refus de faire allégeance au prétendu messager de Dieu.
L’islam peut toujours s’autoproclamer comme ce qui se fait de mieux sur terre, dire que l’Ancien Testament a annoncé son arrivée, et déverser son flot de haine sur eux, cela n’y change rien : il n’est pas une religion biblique.
S’en revendiquer est une chose, ne pas être reconnu en est une autre.
La France doit venir aux évidences, la guerre terroriste que lui livre l’islam est une guerre sainte contre la France chrétienne.
Elle préfère se voiler la face et laisser l’islam accomplir son oeuvre destructrice parce qu’elle a honte de son identité chrétienne.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Lorsqu’un narratif antisémite devient vérité... Victor PEREZ.....


Victor PEREZ


C’est « Une grande tristesse de vous voir conclure une si magnifique carrière par ce qui, plus qu'une erreur, est une faute, morale et politique ». C’est le constat adressé à Juliette Gréco, qui donne un concert à Tel-Aviv le quatre mai prochain, par une obscure porte-parole de l'association « Sortir du Colonialisme » et membre de la campagne « Boycott - Désinvestissement – Sanctions » France

Ce bilan s’adossant, évidemment, sur une conduite israélienne ‘’condamnable’’, condamnée et ‘’sans appel’’. Un procès construit autour et à partir d’un narratif mensonger inversant les rôles de victimes et d’agresseurs, voire concevant une société israélienne qui ne peut que perturber chacun.


  « Selon les Nations Unies, Israël a assassiné l’été 2014 plus de 2.200 personnes à Gaza, plus de 500 enfants selon l’Unicef ».

Quid des milliers de roquettes tirées sur les civils israéliens ? Quid du nombre de terroristes éliminés et contenus dans le chiffre annoncé ? 
Quid de l’intention affichée par le gouvernement israélien et Tsahal de minimiser les dégâts collatéraux, volonté avérée que nul ne peut nier ? 
Et enfin, quid de l’agression établie du Hamaset du Djihad islamique envers les civils israéliens en cet été 2014 ?

Au nom de quoi tous ces renseignements sont tus à l’artiste ? Quelles raisons impliquent une analyse éliminant d’emblée ce qui justifie la réaction israélienne ?

Y-a-t’il une autre déduction que la haine du peuple juif ?

« Ainsi, ni la nature profondément raciste de cet État, ni l'ethnocide pratiqué, ni la violence de l'occupation ne vous semblent des raisons suffisantes pour ne pas l'honorer par votre présence ».

« Racisme » ? Quid, entre tant d’autres musulmans israéliens, de l’honneur fait récemment à Lucy Aharish,  journaliste arabo-israélienne ayant allumé l’un des douze flambeaux débutant la cérémonie officielle du soixante-septième anniversaire de l'indépendance de l’Etat d’Israël ?


« Ethnocide » ? Quid de la chaîne nationale israélienne diffusant divers programmes pour la minorité musulmane du pays ?

« Violence de l’occupation » ? Quid de la bestialité du ‘’peuple palestinien’’ refusant à ce jour toute reconnaissance du droit à l’autodétermination du peuple juif sur une partie de la terre ancestrale ? Quid, par ailleurs, de son manque de passé sur ce même territoire, confirmant ainsi son invention afin de devenir une arme devant légitimer l’éradication de l’Etat d’Israël, seul refuge du peuple juif ?

« (…) vous jouerez devant un public ségrégué, que plusieurs millions de Palestiniens, sous le contrôle militaire d’Israël ne pourront pas assister à votre concert ».

Les ‘’Palestiniens’’ ont-ils portes ouvertes dans l’état souverain israélien ? De quel droit se prévalent ces ongs antisémites pour certifier une telle ‘’ségrégation’’ ?

« (…) le projet politique du gouvernement de Netanyahou et Lieberman a pour unique objectif de transformer Israël en un État ethniquement et religieusement pur ». 

Quid de l’indication de la véracité de cette affirmation ?

Au-delà de la lecture de cette pitoyable lettre ouverte adressée à Juliette Gréco qui révulsera tout ignorant du conflit, c’est la confirmation d’un antisémitisme vivace autour de la planète qu’il faut conclure. Tout quidam connaissant la stricte réalité sur place ne doutera plus que c’est l’antisémitisme qui mène les ‘’protecteurs’’ des ‘’Palestiniens’’. Une haine des Juifs qui va jusqu’à créer un narratif mensonger afin d’accroître les raisons de les haïr et, ainsi, légitimer l’éradication de leur pays.

Juliette Gréco refuse de céder à cette animosité systématique. C’est tout à son honneur. Peu de politiques français, pour ne parler que de ceux-ci, l’égalent ! 

"L'attaque israélienne en Syrie visait à contrecarrer des attaques contre des cibles stratégiques dans le Golan"


Une attaque qui aurait été menée par des avions de chasse israéliens contre des cibles en Syrie au cours du week-end visait à contrecarrer les plans pour attaquer des cibles israéliennes stratégiques dans le plateau du Golan, a rapporté dimanche le quotidien koweitien Al-Jarida, citant des sources diplomatiques occidentales.

L'attaque a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi, ciblant les bases militaires syriennes abritant des missiles à longue portée, selon un rapport publié par Al-Jazeera. Les bases, proches de la frontière syro-libanaise, appartenaient aux brigades du régime d'Assad qui possèdent des armes tels que les missiles Scud, selon Al-Jazeera.

La source diplomatique occidentale a été citée par Al-Jarida comme disant que le raid israélien présumé a ciblé deux brigades de l'armée syrienne qui abritaient des armes stratégiques à longue portée et qui devaient être transférées au groupe terroriste libanais Hezbollah.

La source diplomatique occidentale a confirmé à Al-Jarida dimanche que des avions de chasse de Tsahal étaient derrière l'attaque dans la région de Qalamun près de la frontière syro-libanaise. L'armée israélienne a refusé de répondre aux questions, disant que sa politique était de ne pas répondre aux rapports étrangers.

La source a déclaré à Al-Jarida que "le raid était une frappe préventive pour empêcher un plan pour frapper des cibles stratégiques dans le Golan, qui attirerait Israël dans une guerre avec la Syrie, et brouillerait les cartes."

En janvier 2015, selon les rapports de medias étrangers, un avion de l'armée de l'air israélienne a tiré des missiles sur un convoi militaire dans la ville syrienne de Quneitra, près de la frontière israélienne dans les hauteurs du Golan.

Six agents du Hezbollah, y compris Jihad Moughnieh, fils du défunt chef des opérations du Hezbollah Imad Moughnieh, également éliminé par Israël, et six officiers des Gardiens de la Révolution iraniens, y compris le général de brigade Mohammed Ali Allahdadi, ont été tués dans l'attaque.

Une source des renseignements occidentaux a déclaré après l'attaque que Moughnieh était "la tête d'une entité terroriste majeure" qui avait mis en place une base dans la partie syrienne du plateau du Golan avec l'aide iranienne, et avait l'intention d'effectuer des attaques transfrontalières meurtrières contre Israël, y compris des infiltrations, des tirs de roquettes et des attentats contre la frontière.

Pas de billets du PSG pour les israéliens!


Un israélien de Ramat Gan, Guy Schleider, qui préparait son voyage à Paris, a voulu aller voir jouer Zlatan Ibrahimovic, et a donc tenté d’acheter des billets pour un match du PSG.
Mais surprise et problème : quand il a rempli les détails du formulaire en ligne, il s’est rendu compte qu’Israël ne figure pas sur la liste des pays étrangers dont les habitants peuvent réserver des billets. On y trouve bien les « territoires palestiniens occupés », mais pas d’Israël, qui est purement et simplement rayé de la carte.
Ce que ses voisins n’avaient pas réussi à faire, le Sheikh Nasser al-Khalifi du Qatar, l’a réussi par un simple tour de passe-passe, en usant de sa royale volonté et de son pouvoir de patron du PSG.
Guy Schleider a fait remonter cette information qui a été relayée par les média israéliens, et le député Meyer Habib a vivement réagi à cette annonce, déclarant que : « Si les Israéliens ne peuvent vraiment pas acheter de billets, c’est de la discrimination pure et simple, et c’est illégal. C’est une question très importante. Je suis un grand fan de sport en général et de football en particulier. Cela ne peut pas durer.  »
Le club lui n’a pas réagi, mais des israéliens ont fait des recherches sur ce site, et le résultat de ces recherches est extraordinaire : le nom d’Israël figure bien sur la liste, mais, contrairement à la logique, et à tous les autres pays, il figure en en caractères…..cyrillique!!!
Et, selon les navigateurs utilisés, il figure aléatoirement , à n’importe quel endroit de la liste.
Alors, vous êtes toujours fans du PSG? Vous allez continuer à acheter des billets, en sachant que vous versez votre argent directement dans la poche d’un prince qatari qui traite ainsi Israël? Votre choix….

Aller à la piscine ou à la mer pendant le Ômer.

Aller à la piscine ou à la mer pendant le Ômer


Halakha No 1 
 
Lundi 27 avril 2015 - 8 Iyar 5775
Il  est permis d'aller à la piscine ou à la mer pendant la période du Ômer, et à plus forte raison si c’est pour faire de la rééducation dans l'eau, Naturellement dans des endroits Tsnioût femme et homme séparé mais d'éviter d'aller se baigner dans des endroits dangereux.
Références: Rabbi Yossef Haïm z.t.l. dans Rav Péâlim volume 4 Siman 29, Orh’ot Rabbénou au nom du Steinpeler z.t.l. page 129 au nom du H’azon Ich z.t.l. , Rabbi Ôvadia Yossef z.t.l  dans H’azon Ovadia sur les Halakhot de Yom Tov page 274,Rabbi  Abraham Yossef  Chlita dans Chéal èt HaRav  Halakhot Ben Hamétsarim, Rabbi  Israël de Baronna z.t.l. dans son Responsa Siman 12, Rabbi  Tsion Moutsafi chlita réponse 97963, Rabbi Aba Chaoul z.t.l dans Or Létsiyone volume 3 chapitre 11 Saïf 13 Siman 5,Rabbi Chlomo Zelmann Oyrbakh z.t.l, dans Halikhot Chlomo page 413, Rabbi Éliézer Yéhouda Waldenberg z.t.l. dans son  Responsa Tsits Eliézer volume 18  Siman  41, Rabbi Gabriel Zinner Chlita dans Nité Gabriel chapitre 23 Saïf 3, Rabbi Haïm Palaggi z.t.l. dans Rouah Haïm Siman 551 Saïf Katan 7, Rabbi Israël Issérlane Achkanazi z.t.l dans Téroumat HadéchèneSiman 150, Rabbi Kraff Halakhot Haguim Siman 25 Halakha 14  et 15, Rabbi Moché Harrari  Chlita dans Mikraé Kodech 5-1, Rabbi Moché Steinbusch Chlita dans Téchouvot Véanhagot volume Siman 263, Rabbi Ovadia Yossef z.t.l.  dans son Responsa Yéhavé Daât volume 1 Siman 38, Rabbi Yits’hak Yossef Chlita Yalkout Yossef Halakhot coutumes du Omer Siman 493  Saïf 26 et  page 434, Rabbi Yossef Chlomo Auerbakh dans Achré Aïch volume 3 page 461, Rabbi Yossef Molko z.t.l. dans Choul’han Gavoha Siman 551 Saïf Katan 48.
Halakha N2
 
Il est permis de partir en vacance pendant la période du Ômer.
Références : Rabbi Elâzar Chapira z.t.l. dans son Responsa Minhat Elâzar  volume 4 Siman 43 et dans son Responsa Darké Haïm VéChalom Siman 627, Rabbi Éliézer Yéhouda Waldenberg z.t.l. dans son  Responsa Tsits Eliézer volume 18  Siman  41, Rabbi Ôvadia Yossef z.t.l  dans H’azon Ovadia sur les Halakhot de Yom Tov page 274 Saïf 44, Rabbi Tsvi Cohen Chlita dans le Séfer entre Péssah a Chavouôt page 288, Rabbi Yossef Chlomo Auerbakh z.t.l. dans Achré Aïch, Volume 3 chapitre 65 Saïf 15.


                                         Perles de Sagesse                                                        
   L’innocente simplicité du Juif simple, touche à l’essence même d’Hachem qui est d’absolue simplicité.

                                                                                                                                                
      Réfoua Chéléma
A la réussite et à la santé de tout le Âm Israël, Amen :)
et en particulier:
Sarah Bat Fortuné
Liliane Odaya Bat Fortuné
Haim Eliezer Ben Tila

Que leurs méritent soit une protection pour tout le peuple d'israel, Amen.
 
Yortsaït / Hézguer / Hazkara du
Lundi 26 avril 2015 - 8  Iyar 5775
  • Rabbi Chaoul Cohen z.t.l. Av Beth Din de Djerba
  • Rabbi Chimôn de Lévouv z.t.l.  le 3eme tué pour le Kidouch Hachem H.Y.D.
  • Rabbi David Hizkiya Hadad z.t.l. auteur du Keren David
  • Rabbi David Milinovski z.t.l.  Roch Yéchiva de Or HaTorah
  • Rabbi Friza Zoharats z.t.l. Rav de Lov (Salonique)
  • Rabbi Guérchon Ariéli z.t.l. auteur du Torat Mélèkh
  • Rabbi Haïm Tannenbaum z.t.l.  Admour de Varcha Nédrazin (Pologne)
  • Rabbi Moché Mordékhaï  Twersky z.t.l. de Trisk 
  • Rabbi Mordékhaï Michael Yafé z.t.l.
  • Rabbi Mordékhaï z.t.l. et Rabbi Shlomo z.t.l.  les enfants du Taz z.t.l.  ont été tués pour le Kidouch Hachem H.Y.D.
  • Rabbi Raphael Binyamin Levine z.t.l.  Dayan du Beit Din Tsédek Ashkenaz
  • Rabbi Yéchaâya  Pik z.t.l. de Berlin auteur du Massoret Hachasse
  • Rabbi Yérahmiel Rabinowitz z.t.l. de Peshisha
  • Rabbi Yissakhar Haïm Aboulâfia z.t.l.
VidéosFaire un Don

vendredi 24 avril 2015

Le quotidien médical The Lancet violemment attaqué pour « propagande de haine » contre Israël par des Prix Nobel.....


L’un des plus anciens et plus respectables journal médical est attaqué par un groupe de plus de 500 médecins au sujet de la façon partiale dont il a couvert le désastre humanitaire provoqué par le conflit arabe-israélien.

The Lancet et son rédacteur en chef, Richard Horton, sont la cible d’un groupe de médecins qui reprochent leur “grossière et irresponsable utilisation du [journal] à des fins politiques”. La controverse a éclaté suite à un article critique envers le comportement d’Israël à Gaza.
Les médecins, y compris cinq lauérats du Prix Nobel, dont Lord Winston, un des pionniers de l’IVG, auto-qualifiés “universitaires engagés”, accusent le journal d’avoir publié “une propagande de haine digne des stéréotypes extrémistes” (en réalité rien de très différent de ce qu’on lit sur Le Monde, sauf qu’en France, les intellectuels honnêtes n’ont pas le cran ou l’éducation pour protester).
Ils accusent notamment le propriétaire du journal, la maison d’édition Reed Elsevier, de “profiter de la publication d’informations malhonêtes et malicieuses qui incitent à la haine et à la violence” contre les Juifs.
Les 500 médeciens ont menacé de boycotter le journal si Reed Elsevier « n’applique pas les standards éditoriaux éthiques appropriés”.
Selon plusieurs commentateurs, il s’agit là de la menace la plus sérieuse contre The Lancet et la liberté d’expression dans le monde universitaire depuis que le rédacteur en chef, Thomas Wakley, avait du affronter une série de procès après s’en être pris à l’incompétence, le népotisme et l’avarice de l’élite médicale.
La controverse est partie d’un article publié pendant la guerre de Gaza contre Israël durant l’été 2014.
Richard Horton, un pro-palestinien, qui dirige The Lancet depuis les années 90, a établi des liens académiques entre The Lancet et les Arabes palestiniens de Judée Samarie dans le but de mieux améliorer l’information sur la santé dans la région. Cela a été en son temps salué par ses détracteurs, et n’est pas la raison pour laquelle il est critiqué.
Ce qui a choqué, c’est la publication, dans un article, des témoignages de l’impact médical du conflit sur les civils, sans même reconnaître la responsabilité du Hamas dans la guerre.
“Une lettre ouverte au peuple de Gaza” a fait polémique, certains lecteurs, dans les commentaires, reprochant au journal de faire de la « propagande anti-juive », tandis que d’autres lecteurs affirmaient que la médecine « ne devait pas prendre partie”.
Peu de temps après, il apparu que deux des signataires de la « lettre ouverte » étaient des antisémites américains blancs suprémacistes. Autrement dit, des banals néo-nazis antisionistes.
Ils présentèrent leurs excuses, ainsi que le Dr Horton. Mais il refusa de retirer l’article.
En octobre, voyant que les critiques ne se dissipaient pas, le médiateur du Lancet décida d’enquêter sur la lettre ouverte, mais il refusa encore de la rétracter. Cela ne satisfit évidemment pas les critiques, qui haussèrent le ton.
Ainsi, les protestataires, conduits par le professeur Sir Mark Pepys de l’Université du Collège de Londres, réunit 396 professeurs et spécialistes du monde entier, afin de signer une plainte qui a été soumise le mois dernier au conseil d’administration de Reed Elsevier.
Les signataires demandent que l’éditeur retire la lettre ouverte, s’excuse de l’avoir publiée, et s’engages à « éviter toute mauvaise pratique [de propagande] dans les colonnes du Lancet”.
Ils menacent également Reed Elsevier, qui publie plus de 2 000 journaux scientifiques, d’un boycott académique si leur demandes ne sont pas suivies. “Aucun d’entre nous ne se sentira plus obligé de soumettre des articles pour publication dans leurs journaux, ou de participer comme conseiller à leurs réunions éditoriales.”
150 médecins supplémentaires ont ajouté leur signature depuis que la plainte a été soumise, sur un site spécialement créé à cette fin, auquel nos lecteurs médecins peuvent apporter leur signature concernedacademics.org.
Le biais académique est d’autant surprenant que les universitaires sont supposés examiner les faits de façon approfondie, et savoir que la couverture des médias est déformée, quand il s’agit d’Israël.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alain Leger pour Dreuz.info.

2500 euros d’allocations par mois pour la sœur de Mohamed Merah...


Nombre de français sont dégoutés de ces individus qui haissent la France et qui en profitent. La sœur du tueur Merah reçoit 2500 euros par mois alors que des français vivotent avec des retraites de 750 euros.

Ni le PS et ni l’UMP n’envisagent une politique de rupture radicale avec les pratiques actuelles qui permettent à la sœur du tueur Merah de vivre aux crochets de la France . Faute de comprendre la colère des Français ces politiciens vont le payer très cher en 2017.
source :
Avant les Kouachi et autres Coulibaly, Mohamed Merad avait défrayé la chronique en tuant de sang-froid, au nom d’Al Qaida des enfants et militaires français. Il a d’ailleurs et cela a été prouvé le modèle des terroristes qui ont assassiné 17 français.
La sœur de Mohamed Merah avait à l’époque soutenue les crimes de son frère. Longtemps la justice la soupçonnait de complicité. Elle était fichée comme membre de la mouvance salafiste avant les crimes de son frère a finalement été relâchée en avril, faute de preuve contre elle.
D’après Le Monde « née en 1978 en Algérie, arrivée en 1981 à Toulouse, Souad Merah a d’abord épousé un trafiquant de drogue puis a divorcé après son incarcération, avant de se remarier avec un salafiste. D’après son frère aîné, Abdelghani Merah, elle « s’est tournée vers l’islam modéré lorsque son mari est allé en prison en Espagne pour trafic de stupéfiants » avant de devenir « très religieuse ».
Lors d’un reportage de novembre 2012 sur M6 elle déclarait fièrement :
« fière de son frère, qui a combattu jusqu’au bout ».
« Les salafistes, ils agissent. Moi et [Abdel] Kader [le frère aîné de Mohamed Merah, mis en examen pour complicité], on soutient les salafistes. Mohamed pensait comme nous tous, mais lui il est passé à l’acte, il a sauté le pas. »
Malgré tout ce pedigree qui en dit long sur la personne, nos services de la Caisse d’allocation familiale octroient généreusement 2500€ par mois à cette femme qui ne travaille pas et vit en Algérie avec son second mari. Pension de mère isolée, allocations diverses tout y passe Mme Merah a droit à tout. On se demande à quoi servent nos services sociaux, si ceux-ci versent des sommes astronomiques à des gens prêts à faire la guerre à la France tout en vivant à l’étranger. Ainsi, ils touchent plus que nombre de français travaillant pour nourrir leur famille. Cette politique d’assistanat n’est plus viable dans un pays comme le nôtre.
Malgré cela notre législateur ainsi que ses complices que cela soit des sites de gauche débusquant soi-disant les fausses informations ou les courroies de transmission que sont les artistes et autres chanteurs, ne veulent y croire. Ils se voilent la face et mentent aux français afin de persuader les français que tout va bien dans notre pays.
Pourtant chaque jour les français sont touchés par ces criminels. Seulement nos gouvernants préfèrent subventionner des Souad Merah et tant d’autres, jusqu’au drame suivant. Ce jour-là parce qu’il arrivera nous referons une nouvelle marche républicaine, feront de beaux discours, décrèteront une unité nationale et ainsi de suite. L’histoire est un éternel recommencement.
Publié le 26/09/2014
http://www.ladepeche.fr/article/2014/09/26/1959249-deux-enfants-de-souad-merah-de-retour-en-france.html
Assiste-t-on, peu à peu, au retour des exilés du clan Merah ? Après l’arrivée, mardi, dans des conditions rocambolesques, à Marseille, du second mari de Souad Merah, Abdelouahed El Baghdadi, deux des enfants de la sœur aînée de Mohammed Merah, Souad, sont eux aussi de retour à Toulouse. Agés de 10 et 14 ans, ces deux garçons sont arrivés à l’aéroport de Toulouse-Blagnac, en provenance d’Algérie, mardi, accompagnés de leur père. Un retour qui devrait leur permettre de reprendre le fil de leur scolarité. La mère des enfants, Souad Merah, se trouverait toujours près d’Alger avec ses deux autres fils de 9 mois et 3 ans.
Le lieu de villégiature de cette femme de 36 ans, proche des milieux salafistes, a alimenté les plus folles rumeurs depuis son départ de Toulouse, au mois de mai, avec ses quatre enfants. Le parquet avait ouvert une enquête préliminaire pour «disparitions inquiétante de mineurs». Investigations confiées aux enquêteurs de la sûreté départementale.
Par ailleurs, sur la base d’importants faisceaux d’indices, le ministère de l’Intérieur la soupçonnait d’avoir rallié la Syrie. Pays où se trouvait déjà son second mari. La section antiterroriste du parquet de Paris avait alors ouvert une enquête préliminaire pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste», confiée à la DGSI et à la sous-direction antiterroriste.
Le 20 mai, une école toulousaine signale l’absence anormale et répétée d’un des enfants de Souad. Les enquêteurs se rendent au domicile de la mère, quartier du Mirail, à Toulouse. L’appartement est vide et les enfants ont disparu. Les investigations menées permettent d’établir le parcours de Souad Merah. La mère de famille,sans emploi qui touchait mensuellement 2500€ de prestations sociales (mère isolée, quatre enfants), a embarqué depuis Barcelone le 9 mai à 12 h 25 sur un vol de la Turkish Airlines pour Istanbul. Elle aurait ensuite atterri en fin d’après-midi avec ses quatre enfants, âgés de 9 mois, 3 ans, 10 ans et 14 ans. Le soir même, la famille se serait envolée pour Gaziantep, une ville proche de la frontière syrienne. A cette époque, son second mari, Abdelouahed El Baghdadi et père des deux derniers enfants de Souad, avait déjà rejoint la Syrie avec Imad Djebali et Gaël Maurize, tous les trois interpellés et transférés, depuis mercredi soir, dans les locaux de la DGSI, à Levallois-Perret.