lundi 16 juillet 2018

Pierre Rehov entre en guerre contre le mensonge antijuif, et veut exposer les atrocités commises par les Arabes de Palestine....


Il faut l’aider ! https://www.indiegogo.com/projects/defeat-bds-lies-expose-defamation#/

Après « Derrière l’écran de Fumée », une vidéo en deux parties traduite en 7 langues et vue plus de 3 millions de fois, Pierre Rehov entre en guerre contre la désinformation antijuive financée avec l’argent du pétrole et promue par la gauche bien pensante.
La vidéo, ici, en français : https://vimeo.com/271528743
Les organisations terroristes palestiniennes sont passées maîtresses dans l’art de la propagande. Tandis qu’Israël a le plus grand mal à défendre son image, il suffit au Hamas et à l’Autorité Palestinienne d’utiliser sa population civile comme boucliers humains pour faire passer son message odieux et mensonger. Depuis le faux historique de la « mort du petit Mohamme Al Durah » en passant par le sacrifice d’une infirmière de Gaza jusqu’à l’utilisation de la maladie d’un bébé, les terroristes n’hésitent devant aucune ignominie pour salir la réputation de l’état d’Israël et détruire sa légitimité.
Que fait Israël en contrepartie ? Il tente d’expliquer. C’est ce que l’on appelle la hasbara.
Mais comment expliquer un mensonge lorsque celui-ci est répété à outrance jusqu’à devenir une vérité, pour reprendre la phrase de Goebbels ?
Comment faire comprendre au reste de l’humanité qu’Israël veut la paix, a besoin de la paix, ne rêve que de paix, tandis que les Arabes qui se font appeler « Palestiniens » n’ont jamais accepté l’existence d’un état Juif vivant en toute sécurité à leur coté. Il s’agit pour eux, non pas d’une guerre territoriale, mais d’une volonté d’anéantissement du peuple Juif et de toutes traces qu’il a pu laisser au Moyen Orient, car la seule existence d’Israël remet en cause toute leur théologie baignée de racisme. L’Islam est la « religion de vérité ». Pour le prouver, il faut éliminer toutes les autres. Israël, avec tous ses succès, est évidemment le premier obstacle dressé contre la Jihad. Pour tout musulman, le doute s’installe, dès lors qu’il n’a pas réussi a imposer aux Juifs leur statut d’infériorité, à en avoir fait des dhimmis…
Quelques faits et dates à rappeler en préambule :
  • En 1948, les pays arabes ont tenté d’envahir Israël et de jeter tous les Juifs à la mer. Ils ont perdu.
  • En 1964, le KGB, Nasser et Arafat ont inventé le « Peuple Palestinien » dans le but d’accuser Israël de s’être créé à la place d’un pays qui n’a pourtant jamais existé.
  • En 1967, la Jordanie s’est associée à l’Egypte pour tenter une fois de plus de rayer Israël de la carte. Ils ont perdu.
  • En 1973, l’Egypte a encore une fois tenté d’exterminer les israéliens, lors d’une attaque surprise odieuse, déclenchée pendant Kippur, le jour le plus saint du judaïsme. Ils ont perdu.
  • Quelques années plus tard, Israël a rendu le Sinaï à l’Egypte en échange de la paix.
  • En 1994, Israël a, en toute bonne fois, permis au terroriste Arafat de revenir en Judée-Samarie, dans l’espoir d’un accord de paix. Dès les jours suivants, Arafat s’est empressé de déclarer que cet accord était une ruse, un cheval de Troie, et l’a prouvé à maintes reprises par la suite.
  • En 2000, le premier ministre Ehud Barak a tenté de parvenir à un accord de paix définitif, en offrant 98% des territoires dits « palestiniens » au terroriste Arafat. Sa réponse a été le déclenchement de l’intifada, avec son cortège d’attentats terroristes et de représailles justifiées.
  • En 2005, Israël s’est retiré de Gaza en expulsant près de 10,000 Juifs et en abandonnant toutes ses infrastructures. Le résultat ? Les infrastructures ont été détruites par les sauvages qui venaient de trouver leur indépendance, et l’organisation terroriste Hamas a pris le pouvoir.
  • En 2006, le premier ministre Ehud Olmert a offert encore davantage au terroriste Abu Mazen en échange d’un accord de paix définitif. Il n’a jamais reçu de réponse.
  • En 2014, sous la houlette des Américains, Israël a libéré des centaines de terroristes dans l’espoir d’un accord de paix négocié avec le terroriste Abu Mazen et son entourage de gangsters. Le résultat a été l’enlèvement et le meurtre de trois adolescents en Judée Samarie, et une troisième guerre meurtrière avec Gaza.
Mais les médias à la solde des pétrodollars et du terrorisme, et les gouvernements européens vous mentent et veulent faire passer les soldats de la démocratie israélienne pour des monstres, et les terroristes sanguinaires du Hamas, de l’OLP, de la Djihad Islamique et du Fatah pour des émules de mère Theresa.
C’est une honte. Il faut que cela cesse !
La seule réponse aux fausses images inventées par les terroristes palestiniens et reprises avec délectation par les médias, est la réalisation et la diffusion de VRAIES IMAGES, montrant la réalité du terrain.
Peu nombreux sont les réalisateurs ayant accepté cette mission. Parmi eux, Pierre Rehov est certainement l’un des plus actifs et des plus efficaces.
Pour poursuivre son œuvre d’information, son équipe et lui ont besoin de votre aide. https://www.indiegogo.com/projects/defeat-bds-lies-expose-defamation#/
Il s’agit de mettre en place un programme de courtes vidéos, composés d’images exclusives recueillies sur le terrain ( à grands risques ! ). Rehov et son équipe proposent d’inonder les réseaux sociaux avec ces petits documentaires, similaires à « Derrière l’écran de fumée », en les produisant et les diffusant à longueur.
Chaque vidéo aura une tache particulière. Exposer la société dite palestinienne de l’intérieur, sa corruption, la misère dans laquelle les Arabes vivant sous le joug des organisations terroristes Fatah, OLP et Hamas sont maintenues. Révéler les atrocités commises contre les minorités non musulmanes. Explorer les lois racistes mises en place par l’Autorité Palestinienne. Remonter aux sources de l’invention de la Palestine via le KGB… La thématique est quasiment infinie.
Pour l’instant, la narrative palestinienne domine le terrain.
Il ne tient qu’à vous pour rétablir la balance et que, enfin, une vraie information circule.
Rendez-vous sur le crowd-funding du team de Rehov, et donnez généreusement (ou même un peu…)

Publiez un commmentaire L’Europe a trouvé son maître, par Hélios d’Alexandrie...


Les desseins du Très Haut son insondables! Qui aurait cru que la vieille Europe qui a fait de son impuissance un principe et de sa lâcheté une devise, recevrait une douche froide propre à la dégourdir?

Il a suffi à Donald Trump d’une interview à un tabloïd britannique pour déclencher un séisme de haute magnitude dans les cercles « éthérés » de la politique européenne.
Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
Qu’on me permette à ce propos de citer le Père Henri Boulad:
« A cette époque cruciale d’interrogation et d’hésitation, l’Europe en état de dislocation, de délabrement  et de désarroi ne sait plus exactement ce qu’elle veut. Les repères du passé se perdent un à un, et les perspectives d’un nouvel avenir sont refusées par tous les pays européens encore accrochés à Bruxelles, qui de son côté s’accroche à eux désespérément et se débat comme un beau diable pour éviter ou retarder son effondrement. Dans ce désarroi généralisé, il fallait à l’Europe un maître. Et ce maître elle le trouve aujourd’hui en la personne du président haï et honni des USA : Donald Trump.
« Sans aucun ménagement et avec un sans-gêne d’une insolence souveraine, Trump est en train de dénoncer le mal et de tenter d’y remédier. Il le fait à sa manière bien connue… qui est la manière forte – loin de tout protocole, de toute diplomatie et même de tout savoir-vivre. Mais il semble que cette manière soit la seule capable de crever l’abcès, au-delà des hésitations, négociations et tergiversations qui n’ont abouti à rien du tout. »
Mais qu’a dit au juste Donald Trump ? Quels messages a-t-il transmis aux européens?  Ses propos les plus percutants les voici:
  • « La Grande Bretagne est en train de perdre sa culture à cause de l’immigration. »
  • « La vague de migrants provenant du Moyen-Orient et d’Afrique est en train de changer l’Europe pour le pire. »
  • Cette situation me peine personnellement du fait que je suis le fils de deux pays européens. » J’éprouve beaucoup d’amour pour les pays d’Europe, n’oubliez pas que je suis essentiellement un « produit » de l’Union Européenne, soit l’Écosse et l’Allemagne, d’accord? Mon père: l’Allemagne, ma mère l’Écosse.
  • Je pense que ce qui se passe en Europe est une honte.
  • Permettre à l’immigration de s’installer en Europe est une honte.
  • Je pense que l’immigration a changé le tissu du continent, et à moins que vous agissiez très rapidement, l’Europe ne reviendra plus jamais comme avant, et je ne peux pas dire par là que ce sera pour le mieux.
  • Alors je pense que permettre à des millions et des millions de gens d’entrer en Europe est triste, très triste.
  • Je pense que vous êtes en voie de perdre votre culture. Regardez autour de vous. Vous allez dans des lieux qui n’existaient pas il y à peine dix ou quinze ans!
Les propos de Trump sont clairs et parlent par eux-mêmes, cependant il me semble important de mettre en relief le message complémentaire ou subliminal qui les accompagne, je le résume ainsi:
  • L’immigration n’est pas une richesse, ceux qui affirment le contraire sont des menteurs. Ceux qui ferment les yeux devant la situation sont des lâches, ceux qui s’en réjouissent sont des traîtres.
  • Tous ceux qui encouragent l’immigration ou se contentent de laisser faire devraient avoir honte (la honte est le lot des menteurs, des lâches et des traîtres)
  • Il y a de plus en plus de lieux en Europe où les européens ne sont plus chez eux, l’Europe se ressemble de moins en moins.
  • Avec l’immigration l’Angleterre et l’Europe continentale sont perdantes, elles perdent leur culture, entendre par là leur identité propre, leur âme en somme.
  • Si Trump se désole de la situation c’est parce qu’il aime l’Europe, étant lui-même d’origine européenne. Ceux qui encouragent l’immigration ou laissent faire, n’aiment pas l’Europe ou la détestent, même quand ils prétendent parler en son nom.
  • Il y a urgence en la demeure, l’immigration défigure l’Europe et les européens se doivent d’agir au plus vite, entendre par là qu’ils doivent au plus tôt remplacer les lâches et les traîtres qui les gouvernent.
Comme on peut le constater, ce message ne s’adresse pas aux dirigeants européens. Ceux des pays de l’Est qui ferment la porte aux migrants ne sont nullement concernés; ceux qui à l’Ouest sont pour l’immigration ne cesseront pas de trahir. Trump en fait passe par dessus la tête des dirigeants et s’adresse directement aux citoyens des différents pays européens, il leur dit qu’ils sont en train de perdre l’Europe et qu’ils doivent secouer leur torpeur, agir rapidement et d’une manière décisive.

Trump est un être instinctif rompu dans l’art de la négociation, il jauge rapidement son interlocuteur et ne perd pas de temps à saisir ses forces et ses faiblesses. Ni Merkel, ni May, ni Macron ne lui ont fait bonne impression, il les juge faibles, indécis, dénués de vision et peu fiables. En tant que partenaires ils sont au mieux un boulet et au pire des saboteurs.
Les commentateurs et les « experts » ont abondamment glosé sur l’isolationnisme de Trump et son intention de « laisser tomber » l’Europe, rien n’est plus faux comme il est d’ailleurs possible de s’en rendre compte à la lueur de ses déclarations. Dans un article précédent intitulé; la vision stratégique à long terme de Trump j’ai écrit ceci:
« À plus d’une occasion lors de ses discours de campagne, Trump s’est désolé du sort fait à l’Europe, provoquant du coup des réactions indignées de la part des politiciens européens. Les commentateurs des médias n’ont pas manqué de s’esclaffer en réaction à ses déclarations, sans se donner la peine de les réfuter. Personne ne prit vraiment au sérieux le diagnostic accablant que Trump a posé, et comme on lui accordait très peu de chances de gagner, nul ne se préoccupa, même après sa victoire de connaître sa vision des choses et encore moins les éléments de sa future politique européenne.
Trump n’est pas indifférent au sort de l’Europe, il croit profondément à la communauté de destin qui l’unit à l’autre rive de l’Atlantique. Il craint à juste titre que le déclin et la chute de l’Europe n’entraînent à leur suite les États-Unis.
De passage à Varsovie le discours qu’il a donné ne recèle aucune ambiguïté quant à sa volonté de lutter pour le salut de l’Europe :
«Les américains, les Polonais et les nations de l’Europe valorisent leur liberté et leur souveraineté. Nous devons travailler ensemble pour faire face aux forces menaçantes, celles du dedans comme celles de l’extérieur, elles cherchent avec le temps à saper nos valeurs et défaire nos attaches à la culture, à la foi et aux traditions, lesquelles ont fait de nous ce que nous sommes. Si nous laissons faire, ces forces mineront notre courage, saperont notre esprit et affaibliront notre volonté de nous défendre individuellement et de défendre nos sociétés.»
Et plus loin il posa cette question qu’aucun autre homme politique n’a osé aborder :
«La question fondamentale qui se pose en notre temps est celle-ci : l’Occident a-t-il la volonté de survivre ? Avons-nous suffisamment confiance en nos valeurs pour les défendre, quel qu’en soit le prix ? Avons-nous assez de respect pour nos citoyens pour protéger nos frontières ? Avons-nous le désir et le courage de préserver notre civilisation face à ceux qui voudraient la subvertir et la détruire ?»
Il ne s’agit donc pas de la première fois que Trump tire la sonnette d’alarme, mais les médias à la solde du mondialisme immigrationiste ont choisi d’occulter ses propos. Face à leur front uni, Trump a choisi de rompre la digue qui empêche son message de passer, son interview au tabloïde le SUN, de par sa franchise et son rejet de la rectitude politique, a eu l’effet d’une bombe dont l’onde de choc a tout renversé sur son passage. Cette fois le message a passé et quel message!
Trump a le tour de rendre fous les bien-pensants et les totalitaires intellectuels. Il pratique une forme de maïeutique, non en facilitant « l’accouchement » d’idées ou de raisonnements, mais en poussant ses ennemis à sortir de leurs gonds et à « libérer dans l’atmosphère » la folie qui pollue leur esprit. Et c’est cette folie, opposée au bon sens élémentaire, qui discrédite ses ennemis et les neutralise.
Trump est un maître en judo polémique.
Lui seul est capable de produire de tels effets, en premier lieu parce qu’il est l’homme le plus puissant du monde (et qui maîtrise l’usage de cette puissance) et en second lieu parce qu’il fait sauter le couvercle de la cocotte-minute qui réprime le mécontentement et la colère de la majorité silencieuse.
Avec Trump le tabou et le non-dit qui font consensus sont balancés par-dessus bord, tout l’appareil répressif de la gauche s’en trouve ainsi menacé.
Cette appareil répressif, cette chape de plomb gaucho-mondialiste a causé bien des dégâts, François Sweydan qui observe de près l’évolution de la situation a écrit ceci:
« l’Europe depuis une bonne vingtaine d’années laisse quitter ses jeunes élites, sa force vive, ses meilleurs atouts hautement qualifiés pour l’Amérique, le Canada et l’Australie, ils quittent par centaines de milliers. En échange l’Europe importe des pays subsahariens et du Maghreb une main d’œuvre, sans éducation, sans qualification, sans métier, en fait des candidats à l’assistance sociale qui drainent les ressources  des pays d’accueil. En plus de s’appauvrir dangereusement sur tous les plans, les pays européens sont victimes de la culture et de la religion des immigrés, lesquelles sont incompatibles avec les valeurs européennes. On ne peut trop souligner ce déséquilibre sociologique qui, à court terme, va tirer l’Europe vers le bas et la paupérisation. »
Que feront les européens de l’Ouest? Trouveront-ils assez de volonté et de courage en eux-mêmes pour sortir de leur léthargie et se libérer du sentiment d’impuissance qui les paralyse?
To be or not to be that is the question: faire l’Histoire ou la subir?
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hélios d’Alexandrie pour Dreuz.info.

La police caillassée par une bande de jeunes à Menton après la victoire de la France.........


Quelques minutes après le coup de sifflet final de France-Croatie (4-2), une bande de jeunes a provoqué la police nationale de Menton en les insultant et en leur balançant des projectiles divers et des pierres.


L'incident s'est déroulé vers 19h15 à proximité du musée Cocteau pendant au moins une bonne heure et demie. De quoi gâcher la fête de centaines de Mentonnais venus fêter la victoire des Bleus en bord de mer mais pas d'éclipser ces scènes de ferveur dans toute la cité des citrons.
Une vingtaine de policiers, dont des renforts de Nice, ont répondu à ces actes par des grenades lacrymogènes. Bon nombre de vrais supporters ont invectivé les casseurs en leur reprochant de nuire à cette grande fête. Il y a eu plusieurs blessés dont un policier au tibia à cause d'un jet de chaise.

Coupe du Monde 2018 : de l'Australie à la Croatie, retour sur l'épopée des Bleus...


RÉCIT - Après sept matches, et au terme d'une finale difficile, les Bleus ont décroché leur deuxième étoile. Vingt ans après 1998, ils sont de nouveau champions du monde.

Quatre matches avaient déjà eu lieu quand l'équipe de France a fait son entrée en lice dans cette Coupe du Monde, le 16 juin 2018. Un premier match synonyme de libération pour les 23 Bleus mais aussi de délivrance pour les millions de supporters tricolores. Si les hommes de Didier Deschamps ont souffert, ils ont assuré l'essentiel en signant une première victoire prépondérante pour la suite de la compétition (2-1). 

La terne prestation des Bleus laisse pourtant un goût amer aux nombreux passionnés. Faiblesse offensive, manque de transition, plan de jeu difficile à cerner... Les critiques sont alors nombreuses. L'inquiétude augmente. La fronde se développe. 

Et le second match de la compétition n'a guère atténué ces nombreuses interrogations. Face au Pérou, équipe prétendue la plus faible de ce groupe C, les Bleus peinent à faire la différence. Seul un but de Kylian Mbappé, qui est alors devenu le plus jeune buteur français de l'histoire d'une Coupe du Monde, est venu éclairer cet après-midi (1-0).
Bernard Tapie est atteint d'un cancer à l'âge de 74 ansCOUPE DU MONDE
Coupe du Monde 2018 : "Je trouve cela fabuleux", réagit Bernard Tapie

La naissance d'un groupe

Pourtant, ce match est peut-être l'acte fondateur de ce groupe, de cette équipe. Dans l'adversité, les leaders se révèlent. Dans l'adversité, la défense se pose en véritable rempart. Dans l'adversité, les Bleus s'en sortent, s'imposent et remplissent pleinement leur objectif : la qualification.

Le troisième match face au Danemark n'est alors qu'une simple revue d'effectif. Les "coiffeurs", les habituels remplaçants, gagnent du temps de jeu et profitent à leur tour de cette ambiance exceptionnelle d'une Coupe du Monde. Mais, sans ses titulaires habituels, l'équipe de France n'arrive pas à développer son jeu de transition, ses contre-attaques. Les Bleus piétinent, les Bleus pataugent. Résultat ? Un match nul (0-0) et une véritable purge.

Le début du rêve

Mais, le 30 juin 2018, la France bascule dans une forme d'euphorie. En huitièmes de finale de la plus prestigieuse des compétitions, Hugo Lloris et ses coéquipiers font enfin rêver les supporters. Emmenés pas un Kylian Mbappé des grands soirs, les Bleus réalisent un match de haut vol (4-3) face à l'Argentine de Messi.

Antoine Griezmann, qui a ouvert le score sur penalty, Benjamin Pavard, auteur d'une reprise de volée magistrale et Kylian Mbappé, auteur d'un doublé, ont douché les espoirs de l'Albiceleste, qui avait pourtant pris les devants en début de seconde période grâce à Angel Di Maria et Gabriel Ivan Mercado. 

Mais, sur ce match, les Bleus montrent enfin leur force de caractère, leur envie, leur détermination à décrocher cette seconde étoile. Simplement dantesque, à l'image de la prestation de Kylian Mbappé. L'attaquant français, âgé de 19 ans, laisse parler son talent au point d'éclater à l'ultime face de la planète qui ne connaissait pas (encore) le natif de Bondy.

La montée en puissance

Sur leur lancée, les Bleus maîtrisent parfaitement leur sujet en quarts de finale. Opposés à l'Uruguay, privé de sa star Edinson Cavani, les Bleus s'imposent logiquement grâce à Raphaël Varane et Antoine Griezmann, bien aidé par le portier adverse (2-0). La qualification est en poche, de même que la place en demi-finale.

Les Bleus poursuivent leur route. Plus que jamais. Et alors que l'équipe de France attendait de croiser le Brésil sur sa route, c'est finalement la Belgique qui se hisse en demi-finale, le 10 juillet 2018. Pourtant Eden Hazard, Kevin de Bruyne et Romelu Lukaku, le trio magique des Diables Rouges depuis le début du Mondial, peine à exister dans ce match couperet. Et sur un corner d'Antoine Griezmann, l'ancien Lyonnais Samuel Umtiti donne un coup de tête ravageur pour inscrire le seul but de cette rencontre. 

Le toit du monde

Un but, un seul, qui suffit à faire chavirer la France de bonheur. Les Champs-Élysées sont pris d'assaut, les drapeaux sont de sorties, les maillots aussi. Tout un peuple est déjà prêt à accueillir cette deuxième étoile.

Cette dernière arrive cinq jours plus tard. Dans une finale irrespirable, les Bleus sont dominés, asphyxiés par la Croatie, tombeuse de l'Angleterre en demi-finale. Mais l'expérience est française. Et après deux coups de pouce du destin, les Bleus mettent la main sur le match grâce à Paul Pogba et Kylian Mbappé.

Luka Modric et ses coéquipiers ne reviendront jamais. Les 66 millions de Français le savent, Didier Deschamps le sait, l'équipe de France est championne du monde pour la deuxième fois de son Histoire. Vingt ans après le sacre de 1998, les Bleus se sont hissés sur le toit du monde. Des étoiles pleins les yeux, le trophée enfin en main, le champagne peut dorénavant couler à flot...
LA RÉDACTION VOUS RECOMMANDE

Antisémitisme: catastrophe évitée à Miami...


La police de Miami (Floride) a déjoué au dernier moment un attentat qui aurait pu coûter la vie à de nombreux Juifs. Un activiste néonazi prévoyait de mettre le feu à un immeuble majoritairement habité par des Juifs. Le suspect a été arrêté alors qu’il venait de déposer des jerricans pleins de liquide combustible dans le parking de l’immeuble. Ce sont les caméras de vidéosurveillance qui ont permis de l’intercepter.
Lors de son interrogatoire, l’individu, Edward Stolper, âgé de 72 ans, a d’abord affirmé qu’il avait l’intention de faire des grillades! Puis il a avoué la vérité: il voulait déverser le carburant dans la tuyauterie de l’immeuble avant de mettre le feu qui aurait embrasé tout le bâtiment. “Je voulais tuer tous les Juifs”, a-t-il avoué ensuite. Environ quatre-cent Juifs habitent cet immeuble!
Lors de la fouille de son appartement, la police a trouvé des ouvrages d’un parti nazi américain, des croix gammées, un révolver et des candenas. Il a expliqué que ces cadenas devaient servir à fermer les issues de l’immeuble pour empêcher les résidents de s’enfuir et pour freiner l’action des pompiers.

Pèlerinage sur le Mont Nebo....


Si nous ignorons l’emplacement précis du tombeau de Moshé, nous connaissons par contre celui du mont Nebo.
Ce même mont Nebo qui sera le théâtre des dernières parachot de la Thora. Pour des raisons que je peux comprendre cette partie-là d’Eretz Israël a été un peu oubliée.
Mais pas seulement Moshé Rabbenou, de nombreuses figures bibliques ont vécu au-delà du Jourdain, un passé juif glorieux sommeille dans cette rive du fleuve. Le territoire des tribus de Gad, Reouven et la demi-tribu de Menaché.
Ce sera donc une sorte de pèlerinage que nous ferons du 29 au 31 Juillet avec Eliaou Attlan qui nous fera revivre ces moments et ces paysages historiques riches en couleurs et en émotions.
Pour donner un avant-goût de ce voyage notons que le lendemain de la lecture de la sidra hebdomadaire Vaethanan nous nous retrouverons précisément au sommet du mont Nebo  à l’ endroit même où Moshe déclamera sa supplique  au Maitre du monde et nous observerons  le même paysage qui s’offrait aux yeux du plus grand de nos prophète: celui d’Eretz Israël, la terre qu’il ne lui sera pas permis de fouler.
Nous profiterons de notre passage en Jordanie pour visiter Petra la cité mythologique d’où nous apercevrons le tombeau de Aaron Hacohen.

Pour plus de renseignements: Eliaou au 0525925511

"Nous avons attaqué des infrastructures – pas des terroristes"


Un haut responsable de l'armée de l'air a résumé dimanche la série d'attaque menées par l'armée de l'air ce week-end dans la bande de Gaza.

"Nous nous préparons depuis des mois à la possibilité d'escalade avec un large éventail de cibles", a expliqué la source. "Nous avons attaqué un certain nombre de cibles surprenantes, telles que deux tunnels offensifs, un complexe de bataillons, et la attaques étaient à la lumière du jour, ce qui était exceptionnel."

Plus tard, le responsable a fait référence à l'attaque contre ce bâtiment qui était par le passé la "bibliothèque nationale palestinienne".

"La structure que nous avons attaqué était autrefois un bâtiment public et ils l'ont transformé en une structure d'entrainement, y compris le tunnel offensif en-dessous," a-t-il dit.

"C'est un défi parce que l'ennemi avance et nous devons développer des capacités qui nous permettront de le faire toujours dans le but d'éviter de nuire à ceux qui ne sont pas impliqués", a déclaré le responsable. "A la fin de la semaine, il a été défini pour nous de nuire à l'infrastructure du Hamas et non aux terroristes."

"Nous n'avons pas utilisé toute la force durant le week-end, nous sommes très préparés. Nous avons des dizaines de cibles et d'armement planifiés, avec des renseignements précis et une excellente coordination avec le Commandement Sud," a déclaré le responsable.

Il a noté qu'en plus des cibles susmentionnées, de nombreuses autres cibles ont été attaquées, telles que des camps militaires, des bureaux de commandement et des cibles qui ont nui à l'échelon militaire du Hamas et à son stock.
"Nous avons travaillé plus de 24 heures dans une atmosphère très professionnelle et avec des cellules de contrôle qui fonctionnaient jour et nuit, il y avait beaucoup de défis et nous étions préparés pour ce qui nous attendait."

Pierre Rehov entre en guerre contre le mensonge antijuif, et veut exposer les atrocités commises par les Arabes de Palestine....

Il faut l’aider !  https://www.indiegogo.com/projects/defeat-bds-lies-expose-defamation#/ Après « Derrière l’écran de Fumée », une vi...