vendredi 15 juin 2018

Israël et les Emirats : des liens secrets étroits depuis 1990 ©


Le NEW YORKER apporte des DÉTAILS sur l’entente secrète en matière de Renseignements  ET LA COOPÉRATION DE SÉCURITÉ, de longue date (29 ans) entre les Emirats et Israël

Israël et les EAU ont maintenu des liens secrets étroits depuis les années 1990, affirme le magazine américain

“Je peux très bien imaginer que nous soyons dans les mêmes tranchées avec Israël qui se bat contre l’Iran”, a déclaré le prince héritier d’Abu Dhabi aux dirigeants juifs, il y a plus de deux décennies.

Des hommes émiratis exécutent une danse traditionnelle devant des drapeaux portant le portrait du prince héritier d'Abu Dhabi, le cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyan, le 9 février 2016. (AFP / Karim Sahib / File)Des hommes émiratis exécutent une danse traditionnelle devant des drapeaux portant le portrait du prince héritier d’Abu Dhabi, le cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyan, le 9 février 2016. (AFP / Karim Sahib / File)
Depuis plus de deux décennies, Israël entretient des relations clandestines, mais extrêmement étroites, avec les Émirats arabes unis, qui se concentrent essentiellement sur le partage de renseignements et la coopération en matière de sécurité, y compris d’éventuelles ventes d’armes, a rapporté lundi le New Yorker.
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a souvent vanté les liens clandestins de Jérusalem avec les États arabes sunnites qui, selon lui, découlent en grande partie du fait que l’Iran est un ennemi commun et des prouesses technologiques croissantes d’Israël, mais il hésite à préciser la nature de ces relations.
Le long reportage de New York a révélé ce qu’il en était d’une relation israélienne profonde et de longue date avec les Emirats arabes Unis et particulièrement avec le prince héritier d’Abu Dhabi, Mohammed bin Zayed Al Nahyan, qui a commencé quand Yitzhak Rabin était premier ministre, au milieu des années 1990.
Israël a officiellement ouvert en 1996 des «bureaux commerciaux» à Oman et au Qatar (qui ont fermé depuis), mais l’État juif n’a jamais eu de liens formels avec les Émirats.
“La relation secrète entre Israël et les Emirats Arabes Unis remonte à une série de réunions dans un bureau quelconque à Washington, DC, après la signature des Accords d’Oslo”, souligne l’article, qui a été publié en ligne lundi et paraîtra dans le New Yorker édition imprimée la semaine prochaine.
Ces liens ont commencé quand les EAU ont cherché à acheter des avions de chasse F-16 des Etats-Unis pendant le premier mandat de Bill Clinton à la Maison Blanche, selon le document, qui traite également de nombreux autres aspects des relations américano-israéliennes.
Les autorités américaines et émiraties étaient inquiètes des protestations israéliennes sur la vente d’armes, mais plutôt que de s’opposer à l’accord, Jeremy Issacharoff – aujourd’hui ambassadeur d’Israël en Allemagne, mais diplomate israélien travaillant à l’ambassade de Washington DC, à l’époque – a demandé une “opportunité de discuter directement de la question avec les Emiratis, pour savoir comment ils avaient l’intention d’utiliser l’avion américain”, a déclaré le rédacteur en chef du journal, Adam Entous, cité par d’anciens responsables américains.
Un centre de réflexion soutenu par le gouvernement à Abou Dhabi, appelé Centre des études stratégiques et de la recherche des Émirats est «devenu un canal pour les contacts avec Israël», affirme le magazine.
Ambassadeur Jeremy Issacharoff le 20 mars 2016 (capture d’écran: YouTube)
En 1994, Issacharoff a rencontré des responsables émiratis dans un bureau privé, “hors micro, officieusement”, insiste l’article. “Les responsables israéliens et émiratis n’étaient pas d’accord sur la question palestinienne, mais ils partageaient un point de vue sur la nouvelle menace iranienne, qui devenait une priorité pour les dirigeants des deux pays“.
Rabin a ensuite déclaré à la Maison Blanche qu’Israël ne s’opposait pas à la vente de F-16, une position qui a contribué à “construire un sentiment de confiance entre Israël et les Emirats Arabes Unis”, a déclaré le New Yorker.
Mohammed bin Zayed Al Nahyan, le dirigeant émirati connu sous le nom de MBZ, ne voyait pas d’inconvénient à ce que les avions de combat contiennent de la technologie israélienne, tant qu’ils aident à moderniser l’armée de son pays contre la République islamique.
“Je peux imaginer que nous soyons côte-à-côte dans les mêmes tranchées qu’Israël, à nous battre contre l’Iran”, a déclaré MBZ, lors de la visite d’une délégation de Juifs américains, rappelle un ancien responsable américain.
“Ils ont supposé, sur le coup qu’il leur disait ce qu’il pensait qu’ils voulaient entendre, mais l’officiel a dit que pour les dirigeants émiratis comme MBZ,” c’est, selon le vieil adage : l’ennemi de mon ennemi est mon ami “, selon le magazine.
Joe Biden, alors vice-président américain, serre la main du cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, prince héritier d’Abu Dhabi et commandant suprême adjoint des forces armées des EAU à l’Emirates Palace d’Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 7 mars 2016. ( AP Photo / Kamran Jebreili)
Espérant la normalisation des relations, Israël a développé une “relation de partage des renseignements” avec les Emirats Arabes Unis qui, des années plus tard, a conduit à un appel conjoint au président américain Barack Obama pour prendre la menace iranienne avec plus de gravité.
Début 2009, un haut dignitaire émirati et l’ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis, Sallai Meridor, ont rencontré Dennis Ross, qui conseillait alors Obama sur les affaires du Moyen-Orient, dans une chambre d’hôtel de Washington, espérant que, comme les Israéliens et les Arabes faisaient cause commune contre Téhéran, ils seraient pris plus au sérieux par l’administration, rapporte le New Yorker. Leur effort a surpris Obama, mais n’a pas réussi à le dissuader de poursuivre, et finalement de conclure, un accord avec la République islamique.
Quelques mois plus tard, Netanyahou a demandé à la secrétaire d’État de l’époque, Hillary Clinton, de persuader les dirigeants du Golfe d’accepter une réunion publique, mais en vain.
En 2010, au cours d’une controverse sur une opération présumée du Mossad à Dubaï, lorsque le trafiquant d’armes du Hamas Mahmoud al-Mabhouh a été assassiné, les Emiratis ont demandé à Israël de se venger de l’Iran en leur vendant des drones armés. Cependant, Jérusalem a refusé, de peur que cela ne contrarie la Maison Blanche, qui s’est opposée à la vente de drones armés aux EAU, selon le magazine.
Quatre ans plus tard, Netanyahu a cherché à étendre les relations d’Israël avec les EAU au-delà des canaux secrets, et a demandé à son envoyé spécial Yitzhak Molcho “de se concentrer sur les contacts politiques avec les Etats arabes”, selon le magazine.
Yitzhak Molcho en 2008 (Michal Fattal / Flash90 / Fichier)
Molcho a depuis pris sa retraite. Les liens d’Israël avec les pays du Golfe restent secrets, mais l’opposition commune des deux pays à l’accord nucléaire de 2015 a entraîné une augmentation des contacts, a déclaré un haut responsable israélien au New Yorker.
Vers la fin du second mandat d’Obama, les agences de renseignement américaines ont découvert des appels téléphoniques et même une éventuelle rencontre entre Netanyahu et un haut dirigeant émirati à Chypre, ont indiqué les responsables américains.
“Obama a entrepris de rapprocher les Juifs et les Arabes par la paix”, a déclaré l’ancien ambassadeur israélien aux Etats-Unis, Michael Oren. “Mais, Il y a, paradoxalement, réussi à travers une opposition commune à sa politique iranienne.”
©JForum avec le New Yorker

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

»Lev Habad » prendra en charge les repas de shabbat pour les familles hospitalisées à Assuta...

L’initiative de l’organisation  » Lev Habad  »- loubavitch va permettre aux proches des familles hospitalisées à Assuta de pouvoir rest...