vendredi 16 mars 2018

Selon Scotland Yard, les crimes de haine islamophobes ne seraient pas suffisamment signalés à la police.........


Emu par la situation, Scotland Yard suggère aux musulmans de dénoncer plus massivement et sans crainte les odieux crimes islamophobes dont ils sont les pauvres victimes.

Le commissaire divisionnaire Dave Stringer a déclaré : « La police métropolitaine a constaté une augmentation croissante de plaintes, notamment concernant les crimes de haine racistes et religieux. Malgré cette hausse, les crimes de haine ne sont pas encore suffisamment dénoncés, or personne ne devrait souffrir en silence. »
L’ Evening Standard a révélé que le nombre de crimes de haine a augmenté de 40% l’année dernière, suite aux attentats perpétrés par des terroristes islamistes. Il y eut 1.678 crimes de haine dénoncés à Londres en 2017 contre 1.205 l’année précédente.
Scotland Yard a averti que ces chiffres sont nettement inférieurs à la terrible réalité.
« Londres est une ville tolérante et multiculturelle, mais trop de personnes se sentent encore marginalisées ou pire intimidées dans leur vie quotidienne à cause de leur race, leur foi, leur orientation sexuelle, leur sexe ou leur handicap. »
En d’autres termes, le commissaire de Scotland Yard appelles les musulmans à la délation. S’il était honnête, juste et impartial, s’il aimait ses compatriotes, ne devrait-il pas aussi demander aux Britanniques de souche de rapporter les crimes de haine dont ils sont victimes de la part des musulmans ? Il n’y a pas que des anges d’un côté et des diables haineux de l’autre. Pendant des années, la police est restée sourde à la douleur et aux souffrances des enfants britanniques et de leur famille victimes des gangs de prédateurs sexuels musulmans.
Les auteurs des attentats ayant endeuillé le pays l’année dernière n’étaient pas des Britanniques de souche, mais de bons et pieux musulmans respectueux de la loi d’Allah, des Britanniques de papier.
Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
Comment Stringer sait-il que les crimes de haine antimusulmans ne sont pas suffisamment dénoncés ? Pourquoi encourage-t-il les musulmans à déposer encore plus de plaintes ? Stringer a-t-il besoin de justifier les énormes budgets octroyés à la police pour la traque des discours de haine dans la rue et sur les réseaux sociaux ?
Stringer a-t-il effacé de sa mémoire de dhimmi le nombre de dénonciations de soit disant crimes de haine islamophobes qui après enquête se sont avérées être de fausses plaintes ? Les musulmans excellent dans l’art des mises en scènes pour avoir le plaisir de se poser en victimes d’ islamophobie .
Dans l’absurde société actuelle, être une victime musulmane vous apporte des compensations financières et la bienveillance attendrie des médias. Et si ces plaintes s’avèrent le plus souvent être des fake news, rares sont les médias honnêtes prêts à en informer leurs lecteurs.
Quant au maire musulman de Londres, il prône la tolérance zéro et a averti que tout coupable de crimes de haine sera arrêté et traduit en justice.
« Londres est un lieu où nous célébrons, chérissons et embrassons la diversité » a-t-il déclaré.
Et d’ajouter sans rougir de honte :
« J’appelle tous les Londoniens à se rassembler et à envoyer un message clair au monde que notre ville ne sera jamais divisée par des individus qui cherchent à nous nuire et à détruire notre mode de vie. »
Le maire musulman de Londonistan pratique avec une virtuosité remarquable l’inversion de la réalité. Les individus qui cherchent à diviser, à nuire et à détruire le mode vie britannique sont ses frères en Allah et non les Britanniques de souche, victimes des chimères multiculturelles de leurs gouvernements successifs d’une tolérance himalayenne à l’égard de l’islam et de l’Oumma.
Sous le règne de Sadiq Khan, Londres connaît une hausse importante de vols, de viols, d’homicides à l’arme blanche,et par armes à feu.
Parmi les performances de ce pieux maire musulman, on peut citer l’antisémitisme, des alliances secrètes avec des djihadistes et des investissements massifs dans la police destinés à la traque de tout message offensant envers une certaine communauté. A cela s’ajoute une recrudescence de crimes violents sous sa désastreuse gestion.
Mais cela ne suffit pas. Khan fait monter les enjeux. Il a mis en garde Facebook et Twitter, trop laxistes selon lui à l’égard des discours haineux. Si ces derniers devaient persister dans leur incapacité à mieux lutter contre les discours de haine, ils seraient confrontés à de nouvelles réglementations et/ou à de fortes amendes. Il a cité en exemple la loi anti-discours de haine mise en place par Merkel en réponse au ressentiment grandissant des citoyens à l’égard de sa politique migratoire « portes ouvertes » . Cette loi prévoit des amendes pouvant s’élever à 50 millions d’Euros pour Twitter, FB et YouTube s’ils ne supprimaient pas dans les 24 heures les contenus jugés haineux.
Comme si Twitter et Facebook ne ciblaient pas déjà de manière terriblement injuste les « truth tellers », les diseurs de vérité.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
Khan et ses semblables partagent un but commun : supprimer la liberté d’expression et paver la voie au délit de blasphème en Occident, selon le vœu de l’OCI , organisation islamique super puissante, dont le pays d’origine de Khan, le Pakistan, est un membre influent. Dans ce pays, les musulmans usent et abusent du délit de blasphème notamment pour faire arrêter les Chrétiens afin qu’ils soient condamnés à la prison à vie ou encore, plus jouissif pour ces bons musulmans, à la peine capitale. D’autres pays musulmans appliquent la peine de mort aux citoyens reconnus coupables de délit de blasphème envers l’islam. Le rêve de l’OCI : criminaliser toute critique de l’islam en Occident, sans aller jusqu’à l’ application de la peine de mort évidemment… du moins pour l’instant, la charia, la loi d’ Allah, n’ayant pas encore remplacé nos lois…
Khan n’aurait jamais dû être élu maire de Londres, ni d’ ailleurs aucun politicien ayant des sympathies pour la charia et les islamistes suprématistes.
Hélas, certains Occidentaux sont fiers de montrer leur grande ouverture d’esprit, leur tolérance, leur amour de l’ Autre et votent joyeusement pour des candidats musulmans. Ils ignorent ou feignent d’ignorer que tout pieux musulman ne souhaite accéder au pouvoir que dans un seul but : celui de servir la cause d’Allah et celle de l’Oumma.
Ces Européens réchauffent et nourrissent généreusement le serpent islamique dans leur sein.

La répression contre toute critique de l’islam est également très virulente en Suède, autre pays en train d’agoniser grâce à la politique migratoire angélique de son gouvernement.

Ainsi, une Suédoise de 65 ans de Jönköping a été inculpée de crime de haine à l’égard d’un « groupe de gens » pour avoir écrit sur une page FB intitulée « Stop à l’abus de Pouvoir » que si l’immigration devait se poursuivre, l’intelligence en Suède aurait le QI d’un poisson rouge. (Friatider) Elle n’a pas tort la brave dame.
Dans sa contribution, elle avait également émis de nombreuses critiques, notamment à l’égard des musulmans. Et là, c’est un délit que les Autorités suédoises ne sauraient pardonner. Comment ose-t-on critiquer la meilleure communauté qui soit, l’avenir radieux de la Suède, illustré par la vidéo ci-dessous.

La Suède est le Canari dans la mine à charbon de l’immigration européenne
http://allthatstreaming.com/media/ats/video/sweden-multi-cultural-utopia.mp4

Le Procureur Lisa Hedberg a déclaré à la radio suédoise que le nombre d’enquêtes sur les discours de haine avait augmenté depuis que le « Network Examiner » traque systématiquement les commentaires haineux sur les réseaux sociaux.
Et que pense Madame le Procureur des actes de haine envers ses compatriotes de la part des protégés de son gouvernement ?
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L’accord de paix israélo-jordanien est solide – malgré l’ingratitude d’Amman....

En refusant de renouveler l'annexe portant sur la location de deux parcelles de terrain, le roi Abdallah tente largement d'apai...