mercredi 26 juillet 2017

« Ne dites pas aux Palestiniens qu’ils se battent pour maintenir un système qui les écrase. Ils croient se battre pour leur liberté .....


Régulièrement, la jeunesse palestinienne ou une partie d’entre-elle, se livre à des actes de violence sauvage. Elle tue, pille, détruit sous les encouragements et applaudissements de ses dirigeants-tyrans auto-proclamés, Mahmoud Abbas en tête.

Tandis qu’à d’autres endroits de la planète des hommes se font massacrer dans l’indifférence générale, ici en Israël, dés que les « comédiens palestiniens » entrent en scène, le monde et ses plus importants représentants, sont au premier rang pour les applaudir et commenter le jeu des acteurs.
Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
C’est un étrange théâtre, où les comédiens jouent toujours la même pièce, endossent le même costume, incarnent le même rôle, soutenus en cela par les « critiques officiels » ONU en tête, qui répètent inlassablement les mêmes paroles stériles. Comme si ces gens étaient des mécaniques programmées pour déclamer le même discours, le soi-disant « appel à la paix » n’étant qu’un prétexte pour faire perdurer et alimenter une violence endémique.
Ainsi, la politique française pour le Moyen-Orient n’a pas bougé d’un iota depuis que de Gaulle en a fixé les lignes dans les années 60.
Or, le monde a totalement changé depuis 1965 :
  • l’URSS s’est effondrée ;
  • le monde arabe est submergé par la vague islamiste ;
  • le monde occidental est sous le feu des terroristes musulmans… Mais refuse systématiquement de remettre en cause ses préjugés, d’accepter la réalité historique et géopolitique d’Israël. Ainsi, le conflit opposant Israël aux Palestiniens est toujours appréhendé dans la même grille de lecture.
Le scénario palestinien est rodé. Il se répète inlassablement. Usé jusqu’à la corde, fondé sur des légendes et des mythes, il perd certes de façon sporadique, un peu de son intensité, mais tout un chacun fait comme s’il fallait continuer à croire en la légitimité de la « révolte ».
« Surtout ne dites pas aux jeunes palestiniens qu’ils se battent pour maintenir un système qui les écrase. Ils croient se battre pour leur liberté. »
L’origine politique de ces soubresauts récurrents est limpide :
⇒ Le régime tyrannique et corrompu mis en place sous la Présidence auto-proclamée de Mahmoud Abbas (suivant celle d’Arafat), étant incapable d’offrir à sa jeunesse la moindre perspective, est contraint, pour perdurer, d’agiter à intervalles réguliers, le chiffon rouge de la « domination israélienne », ici incarnée dans la forme de portiques de sécurité installés sur le Mont du Temple après l’agression sauvage de policiers israéliens.
  • Partout dans le monde, en raison du risque d’attentats islamistes, tout un chacun subit quotidiennement ces contrôles.
  • Partout, y compris à la Mecque. Nul n’en conteste le bien-fondé.
  • Seuls les Palestiniens considèrent qu’il s’agit d’une atteinte à leur liberté et à leur « dignité ».
En principe, dans une corrida, le taureau met exactement un quart d’heure pour comprendre que ce n’est pas dans la cape rouge qu’il doit foncer, mais dans celui qui l’agite sous son nez.
Voilà plus de 70 ans que les dirigeants arabes agitent le chiffon rouge de la haine contre les Israéliens-Juifs sous le nez de la jeunesse palestinienne.
Quand cette dernière va-t-elle comprendre que les Mahmoud Abbas et consorts sont les vrais responsables de la situation désespérée dans laquelle elle est condamnée à vivre ?
Quand les jeunes palestiniens vont-ils réaliser que lancer des pierres, tuer des policiers, des pauvres gens qui passent, ne sert en rien leur cause, si tant est qu’elle existe, mais sert celle des oppresseurs palestiniens, ceux qui les maintiennent dans les fers de la servitude ?
Quand vont-ils comprendre qu’Israël est non seulement leur voisin avec lequel ils doivent vivre en paix, mais qu’en dehors d’Israël il n’y a pas d’avenir pour eux, Israël étant devenu, qu’ils le veuillent ou non, le moteur du développement de la Région ?
Quand les dirigeants occidentaux vont-ils fonctionner dans le principe de réalité (ce qu’ils font partout ailleurs) et mettre un terme à leur tartufferie?
Quand vont-ils se décider à mettre les Palestiniens face aux réalités? À leur tenir le discours de la vérité?
La source première de cet « éternel » conflit est simple : les Palestiniens vivent non dans l’histoire, mais dans les mythes forgés par la conquête islamo-arabe, tel celui de « Jérusalem lieu saint de l’Islam. »
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
La volonté de sortir de cette mythologie destructrice commence à se manifester y compris dans une partie du monde arabe.
Est-il possible que les Palestiniens soient les derniers à le comprendre, et demeurent jusqu’au bout, les « idiots utiles » d’un système obsolète?
Le « quart d’heure » est long. Beaucoup trop long…
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire