jeudi 13 juillet 2017

L’AFP droguée par les mensonges palestiniens – ou peut-être l’inverse....


Sa dépêche du 2 juillet 2017, reprenant les déclarations du Hamas sans se qu’il s’agit d’une organisation terroriste, un peu comme si l’AFP demandait son point de vue à l’Etat islamique, et parle d’un « plan israélien pour favoriser l’usage de la drogue chez les Palestiniens ! »Rien que ça…
On peut les croire sur parole, puisque les journalistes sont deux Palestiniens, Mohamed Abed et Haya Hassouna.
Intitulée « A Gaza, cachets, joints et autres pilules font des ravages », la dépêche révèle en fait le problème de consommation de drogues parmi la population de Gaza et tente de le coller sur le dos d’Israël.
En 2012 déjà, l’Iran et l’Autorité palestinienne accusaient Israël de fournir de la drogue aux jeunes Palestiniens…
Selon l’AFP, de nombreux Gazaouis toxicomanes fument du cannabis, mais « la grande majorité se reporte sur des médicaments, pis-aller plus facile à se procurer et moins cher » (je croyais qu’Israël privait Gaza de médicaments, mais apparemment, ils ont même du surplus pour servir la population qui se drogue… comme quoi les mensonges ont des petites jambes, mais la vérité les rattrape toujours)
Il existe « un plan organisé pour faire entrer de grosses quantités de drogue à Gaza », accuse Iyad al-Bozoum, un porte-parole du ministère de l’Intérieur du Hamas. « Le premier bénéficiaire en est Israël, l’ennemi désigné du Hamas, et la première victime est la jeunesse », affirme-t-il.
Voilà une accusation antisémite sortie des livres du moyen-âge, quand on accusait les juifs d’empoisonner l’eau des puits, une accusation aussi débile qu’invraisemblable. A en croire le responsable du Hamas, il y aurait bien un « plan organisé » destiné à empoisonner la population palestinienne.
Les propos du chef du Hamas rapportés complaisamment par l’AFP, qui ne fait pas son plus élémentaire travail journalistique de recoupement des sources dans une région où la désinformation est si forte que la prudence s’impose, s’inscrivent dans la ligne éditoriale de diabolisation systématique d’Israël menée depuis des années par les colons arabes Palestiniens.

L’AFP refuse de vérifier l’info ni de publier un démenti israélien

Depuis des années, les médias occidentaux demandent aux Arabes palestiniens de leur fournir de quoi intoxiquer les Occidentaux, parfois avec succès. L’AFP est le premier pourvoyeur.
N’ayant rien à se mettre sous la dent en cette période estivale, l’AFP a trouvé que jouer les faussaires pour diffuser cette fake news serait de bon ton – après tout, personne ne contredit jamais l’AFP, pourquoi se priverait-elle ?
  • Déjà en juillet 2009, le Hamas avait inventé cette histoire farfelue de chewing-gums aphrodisiaques distribués par le Mossad afin de « pervertir » les jeunes femmes palestiniennes.
  • En février 2015, L’Agence France Presse (AFP) avait publié un autre mensonge, affirmant qu’« un village de Gaza avait été inondé après qu’Israël avait ouvert les vannes d’un barrage », alors qu’en réalité, avait expliqué un porte-parole du coordonnateur des activités gouvernementales de Tsahal dans les territoires palestiniens à VICE News :
« Il n’y a pas de barrages dans la partie sud d’Israël ! Donc nous ne pouvions pas ouvrir de barrages car il n’y en a tout simplement pas ! Je ne sais pas comment ces rumeurs se sont propagées. »
Ce n’est pas la première fois qu’Israël subit des accusations facilement réfutables.
Mais un de ces jours, nous aurons droit pourquoi pas au marshmallow porteur de la tuberculose ! Avec l’Afp tout est permis, tout est possible, quand l’accusé est Israël.
Soyez rassurés, les petits canards de la presse française (France soir, le nouvel Obs, Challenges, le Times of Israel…) ont mangé leur gamelle.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean Vercors pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire