dimanche 19 février 2017

Selon les informations d’Europe 1, un individu qui comparaissait le 16 février au tribunal de Bobigny pour avoir attaqué des policiers avec un couteau est ressorti libre de l’audience. Le syndicat de police Alliance est fou de rage.....



Selon les informations d’Europe 1, un individu qui comparaissait le 16 février au tribunal de Bobigny pour avoir attaqué des policiers avec un couteau est ressorti libre de l’audience. Le syndicat de police Alliance est fou de rage.

«C’est plus que choquant, c’est inacceptable, c’est inadmissible. Aujourd’hui vous pouvez attaquer un policier, vous pouvez tenter de le tuer et vous ne serez pas puni.» Jean-Claude Delage, secrétaire général du syndicat de police Alliance, n’en revient pas. Le 16 février, le tribunal de Bobigny voyait comparaître un homme jugé pour s’en être pris à des policiers à l’aide d’un couteau.
Cet individu âgé de 46 ans et connu des forces de l’ordre pour des faits de deal de drogue, avait été interpellé le 18 décembre à Saint-Denis. Muni d’un couteau de 20 centimètres, il avait attaqué un agent qui avait de justesse éviter une blessure au coeur grâce au port de son gilet pare-balle. D’après les informations d’Europe 1, les policiers avaient dû utilisé leur taser pour maîtriser l’assaillant.

Le parquet a fait appel

Placé en garde à vue à la suite de l’agression, le prévenu avait été présenté à un juge en comparution immédiate le 20 décembre. Souhaitant un délai pour préparer sa défense, il avait été placé en détention provisoire durant deux mois.
Jugé pour des faits de violences avec armes sur des policiers, l’homme risquait gros. Le procureur avait requis trois ans de prison ferme. Les magistrats du tribunal n’ont pas souhaité suivre les réquisitions et ont prononcé la peine suivante : huit mois de mise à l’épreuve. Le prévenu est ressorti libre du tribunal.
Pour Alliance, ce jugement est incompréhensible. «Le parquet avait réclamé trois ans de prison ferme ce qui nous semblait peu mais déjà plus réaliste que la décision prise par le tribunal», a tempêté Jean-Claude Delage.
Le parquet de Bobigny, qui semble également surpris de la décision des juges, a décidé de faire appel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire