dimanche 8 janvier 2017

Satellite d’Israël : plusieurs missiles sol-sol russes découverts ©



Les Satellites d’Israël découvrent plusieurs missiles sol-sol russes en Syrie

Plusieurs missiles sol-sol Iskandar SS-26 découverts par un satellite israélien. Stationnés sur la base aérienne de Latakia e Syrie, on pense qu’ils sont utilisés par les Russes, que ces missiles peuvent atteindre Tel Aviv, Jérusalem et peuvent transporter une ogive d’une demi-tonne. 

Le satellite Eros B commandé par ImageSat International (ISI) a localisé deux lanceurs de missiles sol-sol SS-26 Iskandar russes de longue portée sur la base aérienne syrienne de Latakia. Cette base est également utilisée par les Forces Aériennes Russes.
Ci-dessous, on aperçoit les premières photos haute définition jamais publiées de ces rampes de lancement présentes en Syrie.
Les experts d’ISI disent que ces rampes de lancement sont dissimulées sous des filets de camouflages, la majeure partie du temps, mais que les fortes pluies qui ont frappé la région au cours de ces dernières semaines ont contraint les Russes à déplacer ces lance-missiles de dessous les filets, les exposant ainsi aux clichés du satellite.

SS-26 launchers
Rampes de lancement de SS-26

Deux autres véhicules ont été aperçus dans cette zone et il semble qu’ils fassent aussi partie du même système de lancement de SS-26 Iskandar.
Les missiles Iskandar sol-sol sont capables de frapper à 400-500 kms. Ils ont une précision de moins de 5 m et ils peuvent transporter une ogive pesant la moité d’une tonne; Tel Aviv, Jérusalem et Haïfa sont à portée de ces missiles.

Missile sites covered with camouflage nets
Les emplacements de Missiles recouverts de filets de camouflage 

Exposed missile launchers and support vehicles
Les lanceurs de missile à découvert avec leurs véhicules de soutien 

Les Russes ont utilisés leurs SS-26 au cours du conflit contre la Géorgie en 2008 et leur efficacité a démontrée sans l’ombre d’un doute.
On a aussi aperçu ce missile en action en Syrie en diverses occasions.
Le régime Assad et les Iraniens ont tous deux demandé aux Russes la possibilité d’acheter des systèmes de missiles, mais ils ont jusqu’à présent, refusé leurs requêtes à l’insistance d’Israël. Cependant, cette requête n’a pas empêché les Russes de faire eux-mêmes usage de ces missiles contre Daesh et le Fatah alSham (anciennement Al Nusra).
Israël s’inquiète du fait que certains de ces missiles puissent être volés aux Russes en Syrie et donnés au Hezbollah. En même, l’Occident en général est inquiet de la présence de ces missiles en Syrie, principalement à cause des lourdes ogives qu’ils transportent.
Tout se passe comme si les Russes avaient installé ces missiles à l’ouest de la Syrie, pour faire dissuasion envers l’Occident, en particulier à la lumière du fait que les nations européennes augmentent les dépenses en matière de systèmes anti-missiles balistiques, alors que les nations européennes entament des jeux de guerre dans les pays de la Baltique longeant la Russie.

Iskandar SS-26 missile system
Système de missiles Iskandar SS-26

De façon notable, la Russie a annoncé vendredi son intention de rapatrier son porte-avions, et de réduire la présence de ses troupes armées en Syrie. On pense que le porte-avions et les divers missiles avancés que les Russes ont ramené avec eux en Syrie ont surtout servi de dissuasion contre toute intervention occidentale.
Un officier de haut-rang dans Tsahal a déclaré que la Syrie dispose de la meilleure défense anti-aérienne non-occidentale au monde, dont les missiles sol-air S-400, les SA-3 et SA-17. Des sources étrangères ont révélé que ces systèmes sol-air avancés ont aussi été distribués au Hezbollah, et que certains auraient été détruits par Israël, alors que ces missiles étaient en route vers les bases du groupe terroriste libanais.
Les Russes redoutent encore que les Américains tentent d’attaquer leur allié syrien, particulièrement à cause des affirmations répétées du Président Barack Obama que le régime syrien  combat en utilisant des armes chimiques. Cependant, avec l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche, les Russes peuvent commencer d’envisager qu’il y a moins de risque d’intervention militaire américaine et ls devraient, par conséquent être plus désireux de retirer la présence de leurs troupes et de leur armement sophistiqué.
Ron Ben Yishai et Yoav Zitun|

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Français, sortez vos chéquiers : une nouvelle loi permettra aux Algériens de venir plus nombreux se faire soigner en France....

Quelques jours seulement après la visite du Président français Emmanuel Macron en Algérie, les lobbyistes algériens de l’Assemblée Nati...