mercredi 25 janvier 2017

La guerre israélo-arabe est terminée : Israël a gagné...


Il n’y a plus aujourd’hui de menace existentielle sur l’Etat. Au contraire, Israël est devenu, pour la plus grande partie des puissances du monde, un Etat indispensable dont elles ne peuvent pas se permettre de se passer.

L’illustration la plus frappante de la victoire d’Israël réside dans la supériorité absolue que le pays a obtenue sur ses ennemis en matière d’armements.
Les Hébreux sont désormais en mesure de frapper toutes les cibles qu’ils souhaitent dans la région, en se jouant à la fois des missiles sol-air et des systèmes de brouillage, grâce à la gamme de missiles Spike (Tamuz).
Ils sont en train d’apporter la dernière main à la mise en place d’une superposition de systèmes anti-missiles (Flèche 3, Fronde de David et Dôme de Fer) qui rend entièrement vain l’investissement de dizaines de milliards d’euros effectué par l’Iran et ses alliés pour multiplier les missiles menaçant les Juifs.
Les drones israéliens améliorent chaque jour leurs capacités et le type de missions qu’ils peuvent accomplir. Les avions du Khe’l Avir sont équipés de diverses innovations qui améliorent systématiquement les modèles américains d’origine. En matière de renseignement militaire, Israël a acquis sur ses ennemis, en quelques décennies, une supériorité technologique équivalente à plusieurs siècles de développement. En matière de ressources humaines, le système israélien de conscription permet aux meilleurs talents de servir l’Armée au meilleur endroit possible.
Enfin, l’Armée israélienne peut désormais compter sur une véritable alliance stratégique avec l’Arabie Saoudite, engagée avec Israël dans une coopération de sécurité si étroite que toute guerre entre les deux Etats est devenue techniquement impossible. C’est à se demander si le développement impressionnant des systèmes d’armements hébreux, qui a certainement exigé des budgets gigantesques, ne doit pas une partie de ses succès à de discrets financements issus du pétrole de la péninsule.
Quoi qu’il en soit, la supériorité israélienne en matière d’armements et d’équipements militaire est désormais si écrasante qu’elle a des effets non seulement pour les ennemis d’Israël – dont les chances de victoire sont désormais réduites à zéro – mais aussi pour ses alliés et pour les puissances rivales. Il n’y a presque plus une seule puissance qui compte sur la planète et qui n’ait pas besoin, pour sa propre sécurité, d’une compétence israélienne. La Russie, qui a déjà acquis des drones israéliens, espère profiter d’éléments de technologie anti-missile. L’Amérique a besoin d’informations sur la situation au Moyen-Orient, et d’ingénierie israélienne pour développer les modèles qu’elle vend aux Hébreux. L’Europe a un urgent besoin d’aide israélienne pour la lutte contre le terrorisme.
La tension entre la fiction diplomatique – celle d’un Israël éternel coupable, dénoncé par la communauté internationale – et la réalité stratégique d’un Israël indispensable à la sécurité du monde, ne pouvait pas durer éternellement. Or, entre le mythe et la réalité, c’est toujours la réalité qui finit par l’emporter. L’effondrement de la Conférence de Paris n’est que la première étape de l’inévitable reconnaissance internationale de la victoire d’Israël.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Catherine Deneuve sur l'affaire Weinstein: "Il y a vraiment un déferlement qui est assez ignoble"

En pleine promotion de son nouveau film Tout nous sépare, l'actrice française a évoqué l'affaire Weinstein, producteur qu'el...