vendredi 9 décembre 2016

Un livre, une vie: Dr. Waldemar Mordekhaï Haffkine....


Le destin oublié d’un bienfaiteur de l’Humanité.....
C’est en marchant le long d’une allée du cimetière juif de Prilly (Lausanne) que l’on rencontre une tombe sur laquelle est gravé un nom à la sonorité un peu inhabituelle en terre helvétique: Waldemar Mordekhaï Haffkine. Sous les pierres froides et immobiles qui surgissent de terre dans ces lieux de repos éternel sont parfois enfouis des destins hors du commun qui attendent que l’on vienne les faire revivre.

C’est ce qu’a voulu faire Joël Hanhart, natif de Lausanne et aujourd’hui ophtalmologue à Jérusalem. Il a décidé de dédier sa thèse de doctorat à ce bactériologue aussi prestigieux qu’oublié, thèse qu’il vient de transformer en livre: Waldemar Mordekhaï Haffkine (1860-1930) Biographie intellectuelle (Ed. Honoré Champion).
Etrange et singulier parcours que celui de ce scientifique qui commence à contre- courant du mouvement intellectuel qui agite le peuple juif à son époque. Alors que les 18e et 19e siècles sont le théâtre d’un abandon progressif du judaïsme traditionnel au profit de la Haskala, le jeune Waldemar M. Haffkine va opérer une démarche inverse.  Né en 1860 à Odessa dans une famille « fervente » de l’Aufklärung, le jeune homme, presque totalement assimilé, va s’intéresser très tôt à ses racines juives et va aller à la rencontre progressive d’une tradition pleinement assumée.
Brillant élève, il se destine à la biologie et trouve sur son chemin Elie Metchnikov, qui le prend sous son aile  et deviendra plus tard une sommité mondiale récompensé par le prix Nobel de médecine.
Sa quête d’identité juive va très tôt le pousser à se mobiliser en faveur des Juifs victimes de pogroms en Russie et il sera même emprisonné pour port d’armes illégal. Renvoyé de l’université puis réintégré, il est sommé de se convertir au christianisme orthodoxe comme condition pour pouvoir achever son diplôme. Waldemar M. Haffkine refuse cette compromission et décide alors de quitter la Russie. Il rejoint Genève où étudient déjà d’autres refugiés juifs d’Europe de l’Est.
Un an plus tard il monte à Paris, où l’a devancé le Dr. Metchnikov, et se fait rapidement remarquer par Louis Pasteur. Là-aussi, son identité juive s’exprime fièrement: « Je suis juif » répond-il instinctivement au célèbre scientifique français qui lui demande sa nationalité. Signe supplémentaire de ce contre-courant à une époque où les Juifs préféraient cacher leur judéité au profit de leur citoyenneté! Non seulement il arbore fièrement sa judéité mais il est sympathisant du mouvement sioniste qui est pleine naissance et fréquente à Paris le mouvement des Hovevei Tsion, les Amants de Sion, fondé à dans sa ville natale Odessa par Léo Pinsker en 1881. Plus tard, il se distancera même du sionisme herzlien, le considérant trop « laïcisant ».
A l’Institut Pasteur, Waldemar Mordekhaï Haffkine se donne entièrement à la bactériologie, science à vogue à cette époque. Il cherche – et réussit – à trouver un vaccin contre le choléra (ndrl: selon certains étymologistes le terme de ‘choléra’ aurait une origine hébraïque: חולירע h’oli-ra = la mauvaise maladie).
Pour expérimenter sa découverte sur un large échantillon il part pour l’Inde en 1893 – Calcutta d’abord puis Bombay – où cette maladie fait des ravages à cette époque. Il y restera vingt-deux ans, obtenant des autorités les meilleures conditions pour y poursuivre ses recherches. Non seulement il arrive à juguler le choléra, mais il va également mettre au point un vaccin contre la peste à Bombay où les autorités indiennes l’ont envoyé en urgence en 1896.
Sa renommée devient internationale au point que l’on parle de haffkinisation ou encore de lymphe de Haffkine. Toujours jaloux de sa judéité il met un point d’honneur à exiger à ce que son second prénom hébraïque Mordekh’aï  soit toujours mentionné.
C’est durant cette longue période indienne qu’il va se lier d’amitié avec une famille qui va amplifier encore davantage sa quête d’identité. La célèbre famille Sassoon de Bombay, riches commerçants qui observent scrupuleusement les commandements de la Torah. De croyant il devient également pratiquant et milite pour le respect du Chabbat parmi les sujets britanniques juifs nombreux en Inde à cette époque.
La réputation de Waldemar M. Haffkine le propulse vers les sommets. Avec près de quatre millions de personnes vaccinées, Waldemar M. Haffkine est nommé directeur du Laboratoire de recherche contre la peste à Bombay, rebaptisé Institut Haffkine dans les années 1920 et toujours actif en Inde a l’heure actuelle. La reine Victoria lui remet personnellement la plus haute distinction de l’Empire.
En 1902, un événement fâcheux vient cependant perturber sa carrière fulgurante. Dix-neuf habitants d’un petit village du Pendjab meurent du tétanos après avoir été vaccinés à partir de la même bouteille. Une véritable cabbale aux relents antisémites se met alors en marche contre Waldemar M. Haffkine et malgré l’enquête qui prouvera que l’erreur était imputable au médecin local, sa carrière ne retrouvera plus jamais son éclat d’avant. Bien que blanchi, il sera remplacé à Bombay par son collaborateur écossais qui fut parmi ses détracteurs lors de l’éclatement de l’affaire.
Le bactériologue s’installe alors à Calcutta jusqu’à sa retraite en 1914. Il souhaite alors émigrer en Palestine  après avoir reçu une proposition alléchante de l’Université hébraïque de Jérusalem. Mais avec le déclenchement de la 1ère Guerre mondiale qui a aussi des répercussions au Proche-Orient, il modifie ses plans et parte pour les Etats-Unis où une nouvelle et importante page de sa vie va s’ouvrir.
De passage outre Atlantique Waldemar M. Haffkine, retraité, ne veut et ne peut rester inactif. Il va entamer un nouveau combat qui allie sa solide identité religieuse et ses prodigieuses connaissances scientifiques. Confronté pour la première fois aux mouvements juifs libéraux, il veut démontrer que Torah et sciences ne sont pas antagonistes. En 1916 il publie Plea for Orthodoxy (Plaidoyer pour l’Orthodoxie) qui sera traduit en français sous le titre De la vitalité du Peuple juif  et publié en France en 1917. L’idée maîtresse de l’ouvrage est que le développement de la science est intimement lié au monothéisme tel qu’il est véhiculé par le peuple juif. La science n’est pas opposée à la Torah, mais elle affirme au contraire sa vérité transcendante et l’Unité divine,
Vers la fin de la guerre il choisit de revenir en Europe et se retrouve à Boulogne-Billancourt. Infatigable militant de la cause juive, il va y entamer un combat sur plusieurs fronts: les Juifs d’Europe de l’Est qui subissent les pogroms, la vie juive et la pratique des mitsvot, les yeshivot d’Europe de l’Est qui se battent pour leur survie mais aussi les colonies agricoles qui se développent dans le Yishouv en Palestine.
Waldemar Mordekhaï Haffkine use de son prestige mondialement reconnu ainsi que de sa fortune issue des royalties perçues pour ses vaccins pour soutenir les communautés juives en difficulté. Il prend la tête d’un lobby qui milite pour les droits des minorités juives d’Europe de l’Est, entre à l’Alliance Universelle dans l’espoir de lui insuffler un esprit plus traditionnel et achète des terres en Palestine. Malgré son âge et ses problèmes cardiaques il se rendra même en URSS en 1927 et y rencontrera officieusement le rabbi Yossef Itshak de Loubavitch afin de venir en aide autant que faire se peut à ces communautés qui ploient sous la dictature communiste.
La dernière partie de sa vie, Waldemar M. Haffkine la passera à Lausanne où il pourra accomplir le dernier projet qui lui tient tant à coeur: créer une fondation au profit des étudiants en yeshiva. Il y mènera une vie très simple afin de consacrer la quasi-totalité de sa fortune à ce projet auquel il consacrera sa volonté testamentaire.
Dr. Waldemar M. Haffkine décède à Lausanne en 1930 et est enterré au cimetière de la communauté juive situé dans la commune adjacente de Prilly. La fondation qu’il a créée existe encore aujourd’hui, et un comité se réunit chaque année à Lausanne pour allouer des aides à des yeshivot principalement en Israël.
Le Dr. Waldemar Haffkine aura réussi à réunir dans sa personne les trois axes que constituent Peuple-Terre et Torah et accomplissant tout au long de sa vie un impressionnant Qiddoush Ha-Shem, une sanctification du Nom divin face à son propre peuple ainsi qu’au reste de l’Humanité.
A la lecture de cette biographie riche et mouvementée on peut légitimement se poser la question de l’oubli relatif dans lequel l’Historiographie juive a laissé ce brillant scientifique et ce philanthrope au service de son peuple. Le Dr. Joël Hanhart émet une hypothèse qui voudrait que Waldemar M. Haffkine représentait un exemple de ce que la mouvement de la Haskala puis les divers courants libéraux du Judaïsme ne pouvaient admettre: que l’on puisse être à la fois un grand scientifique, un homme dans son temps, impliqué dans le progrès, tout en restant étroitement lié à la pratique antique des mitsvot de la Torah et à l’étude des textes séculaires dont voulaient à tout prix se débarrasser les courants dits-progressistes. Un intellectuel qui savait préserver une certaine modestie, celle du Talmid, en affirmant qu’il y avait une force spirituelle supérieure qui dépassait l’humain. Un enseignement dont devrait s’inspirer bon nombre d’intellectuels d’aujourd’hui et particulièrement dans le monde juif.
Enfin, la lecture de  ce volumineux ouvrage ne saurait être assez recommandée aux partisans du BDS et du boycott, car de nombreux traitements médicaux développés à partir des années 1960 l’ont été sur la base de la méthodologie mise au point à l’époque par le Dr. Waldemar M. Haffkine, un bactériologue…sioniste!
livre
Le livre est en en vente dans les libraires françaises, sur les sites de vente online ou directement via le site de l’éditeur.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Appelez-moi Sioniste. Lisez ce texte, il est sublime !

Appelez-moi Sioniste. Vous nous appeliez Judéens au temps du roi David. Vous nous appeliez Hébreux après notre exil forcé. Vous nous ...