jeudi 22 décembre 2016

ONU/Conseil de sécurité: le vote sur les implantations israéliennes reporté...


Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé jeudi de reporter à la demande de l'Egypte un projet de résolution réclamant qu'Israël cesse le développement de ses constructions en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, ont rapporté des diplomates.
Le Caire qui est à l'origine de ce texte sur lequel un vote était prévu dans l'après-midi à New York, a réclamé plus de temps pour mener des consultations sur le sujet, mais aucune nouvelle date ou horaire n'ont été évoqués, selon ces diplomates.
Plus tôt dans la journée, le président élu Donald Trump a appelé les Etats-Unis à opposer leur veto.
"Comme les Etats-Unis le disent depuis longtemps, la paix entre les Israéliens et les Palestiniens ne peut venir que de négociations directes entre les parties, et non à travers des conditions imposées par les Nations unies. Cela place Israël dans une très mauvaise position de négociation et est extrêmement injuste envers tous les Israéliens.", a déclaré le futur président américain, cité dans un communiqué.
The resolution being considered at the United Nations Security Council regarding Israel should be vetoed....cont: https://www.facebook.com/DonaldTrump/posts/10158338539250725 
"Il faut mettre un veto à la résolution étudiée aux Conseil de sécurité des Nations unies" a-t-il tweeté.
Les Nations unies considèrent la présence juive en Cisjordanie comme illégale au regard du droit international et ont appelé à plusieurs reprises Israël à y mettre fin.
Le projet de résolution exhorte l'Etat hébreu à "cesser immédiatement et complètement" le développement de ses constructions en Cisjordanie et à Jérusalem-Est
Selon le projet de résolution égyptien, les implantations "mettent gravement en péril la viabilité de la solution à deux Etats", qui ferait coexister Israël avec un Etat palestinien.
Mettre fin aux implantations est "essentiel pour sauver la solution à deux Etats", affirme le projet de résolution, qui appelle à prendre des mesures "immédiatement pour renverser la tendance négative sur le terrain".
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a appelé les Etats-Unis à bloquer le projet de résolution en utilisant le droit de veto dont ils disposent en tant que membre permanent du Conseil de sécurité.
"Les Etats-Unis doivent opposer leur veto à la résolution anti-israélienne au Conseil de sécurité de l'ONU jeudi", a écrit M. Netanyahou sur Twitter.
L'ambassadeur d'Israël aux Nations unies, Danny Danon, a qualifié le projet de résolution de "sommet de l'hypocrisie" et a estimé que son adoption "ne ferait que récompenser la politique palestinienne d'incitation (à la haine, ndlr) et de terrorisme".
"Nous nous attendons à ce que notre plus grand allié ne permette pas que cette résolution partiale et anti-israélienne soit adoptée par le Conseil de sécurité", a déclaré le diplomate dans un communiqué.
Dans la foulée de l'élection de Donald Trump en novembre aux Etats-Unis, Israël a relancé un projet de construction de 500 logements à Jérusalem-Est.
Des diplomates aux Nations unies spéculent depuis plusieurs semaines sur un possible changement d'orientation de l'administration du président sortant Barack Obama.
Ils se demandent notamment si, à quelque jours du départ de M. Obama de la Maison Blanche, les Etats-Unis pourraient ne pas mettre leur veto à un tel projet de résolution.

Un texte "équilibré" pour Paris

La France, qui est également membre permanent du Conseil de sécurité, pourrait également soutenir la résolution égyptienne.

La nouvelle ambassadrice de France en Israël, Hélène Le Gal, a déclaré jeudi que le texte était "équilibré" et qu'il correspondait à la position française.
i24news
"L'ambassadrice de France en Israël, Hélène Le Gal invitée de Paris/Jaffa sur i24news le 12 décembre 2016"
"Le texte est équilibré: les colonies sont considérées comme un obstacle à la paix, tout comme la violence (...) Les colonies sont encouragées par le gouvernement (...) Il y a beaucoup de signaux qui indiquent qu'Israël agit activement à l'encontre de la solution des deux États. C'est la raison de cette résolution", a déclaré Le Gal.
La France a lancé une initiative visant à relancer les pourparlers de paix israélo-palestiniens, avec l'annonce d'un sommet international qui doit se tenir à Paris, bien qu'Israël a déjà annoncé qu'il n'y participera pas, prônant des négociations directes avec les Palestiniens.
Le Gal a déclaré que malgré le déclin d'Israël, le gouvernement français continuerait à travailler à la convocation du sommet.
L'ambassadeur de France aux Nations Unies a annoncé la semaine dernière que la conférence, prévue pour la fin de l'année, a été reportée à janvier parce que les conditions pour des négociations entre Israël et les Palestiniens n'étaient pas réunies.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire