lundi 19 décembre 2016

Omerta dans la médecine.PAR SOPHIE COIGNARD...


Ancien doyen de l'hôpital Necker, Philippe Even est connu pour son franc-parler et son goût de la provocation. À 84 ans, alors qu'il n'exerce plus depuis des années, il vient d'être radié de l'Ordre des médecins. Une sanction d'autant plus ridicule qu'il s'est volontairement désinscrit en 2015. C'est un peu comme si un employeur s'amusait à licencier un salarié qui a d'ores et déjà démissionné....

Quelle faute terrible a donc commise Philippe Even ? Dans un livre intitulé De la crédulité à la corruption médicale, paru au Cherche-Midi en septembre 2015, il s'en prend à ceux de ses confrères qui multiplient les contrats avec les grands laboratoires, poussant certes un peu loin l'art de la critique en les traitant de « putains académiques ». 
Quatre cardiologues, parmi les six qu'il met en cause, ont porté plainte en diffamation contre lui, mais l'audience ne se tiendra pas avant plusieurs mois. La chambre disciplinaire du Conseil de l'ordre, elle, a délibéré plus rapidement, considérant que ce médecin a « manqué à ses obligations de moralité et à son devoir de confraternité » et a « gravement déconsidéré la profession médicale ». 
Le condamné, pour sa part, prend cette décision comme une « décoration ». C'est d'ailleurs un récidiviste. En 2014, il avait écopé d'un blâme pour avoir, avec le Pr Bernard Debré, démasqué les médicaments inefficaces ou dangereux dans un best-seller intitulé Guide des 4 000 médicaments, dont une nouvelle édition vient d'être publiée.

Transparence en trompe-l'œil

Philippe Even dénonce en effet depuis plus de dix ans les conflits d'intérêts qu'entretiennent certains professeurs de médecine avec les laboratoires pharmaceutiques. « Ils ne sont qu'une minorité, mais n'hésitent pas à multiplier les collaborations, explique-t-il. Certains ont ainsi jusqu'à 70 contrats financiers personnels avec l'industrie ! 
Dans le monde anglo-saxon, on les appelle les KOL, Key Opinion Leaders, et je les ai rebaptisés Kings of liars [rois des menteurs]. Ils sont payés pour, entre autres, porter la bonne parole dans tous les congrès et autres symposiums, eux-mêmes sponsorisés par les grandes marques du secteur. »
Et encore ! Aux États-Unis comme dans presque tous les pays occidentaux, ces liens, à défaut de disparaître, sont dûment répertoriés dans des bases de données consultables par tous, qui indiquent aussi le montant de ces contrats. Presque tous les pays…, sauf la FranceIl a fallu attendre la loi de 2011 pour qu'un tel registre soit consultable sur le site internet du ministère de la Santé.
 Et encore : les libellés sont très flous et les montants ne sont pas indiqués. La loi Sapin 2, promulguée le 9 décembre dernier, doit y remédier en ce qui concerne les montants des « contrats financiers personnels » dont bénéficient les médecins. Reste à savoir si les décrets d'application seront publiés un jour…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En Israël, « Le sens de la fête » devient « C’est la vie »

Eric Toledano et Olivier Nakache se sont rencontrés en colonie de vacances et pendant 20 ans ils ont été successivement pensionnaires, ...