dimanche 25 décembre 2016

Les excuses hystériques des journalistes « d’Enquête exclusive » Victor PEREZ.


Suite aux contestations multiples s’élevant contre la teneur du reportage « Enquête exclusive : Jérusalem, quand la ville sainte se déchire », Bernard De La Villardière et Vincent Prado ont réagi de la manière qui sied aux journaleux qui n’ont jamais tort !

Pour De La Villardière, s’adressant dans une lettre ouverte au président du Crif : « vous avez fait état des nombreuses pressions dont vous étiez l’objet depuis dimanche soir. Vous donnez des gages. Je ne vous en veux pas», ou encore « J’aurais aimé en ce qui vous concerne que vous ne cédiez pas aux braillards et aux hystériques de la mémoire ».

Pour Vincent Prado, « Le reportage ne peut pas être accusé de partialité. Il est équilibré», « Les critiques sont surtout le fait de juifs extrémistes qui estiment que le reportage est pro-palestinien » !

Si l’on comprend bien les deux responsables de ce reportage, les critiques ne sont aucunement justifiées, elles émanent de la part ‘’d’extrémistes’’ qui, justement, sont l’objet de l’émission !

Classique !

Le seul hic à cette pitoyable défense est le manque de justification en ce qui concerne la falsification de l’histoire, les mensonges colportés ou encore les raccourcis nombreux qui mènent tous à une compréhension biaisée du conflit. 

Toutes choses qui confirment l’incompétence et l’ignorance de ces deux individus, se croyant journalistes attachés à la déontologie de la profession, et qui mettent hors de soi les plus paisibles des juifs, porteurs de mémoire et très loin de toute hystérie.

Charles Enderlin est passé par là !
   
Un seul exemple suffira à le démontrer !

Il est dit, dans ce reportage, qu’en 1947  « La Jordanie, elle, cède un bout de son territoire, la Cisjordanie, cela doit devenir le futur état palestinien. Mais en 1967 Israël entre en guerrecontre ses voisins et annexe la Cisjordanie. C'est le début de l'occupation des territoires palestiniens ».

Quatre mensonges en trente neuf mots ! Digne de leur mentor Charles Enderlin.

« cède » : Ce pays n’a jamais, lorsqu’elle le pouvait entre 1948 et 1967, octroyé un quelconque territoire pour la création d’un quelconque pays. 

Pas même l’Egypteoccupant la bande de Gaza.

« Israël entre en guerre » : Ce pays n’a jamais déclaré de guerre hors en situation de légitime défense. En 1967 l’Etat d’Israël s’est vu menacé par un blocus naval égyptien et par les armées des quatre pays frontaliers soutenus par l’Ouma.

« annexe » : A l’heure où sont écrites ces lignes, les autorités israéliennes n’ont toujours pas annexé ce territoire. Elles se contentent de le gérer tels les accords d’Oslo le préconisent.

« territoires palestiniens » : Chacun aura beau faire, mais nul n’a pu à ce jour démontrer la propriété ‘’palestinienne’’ de ces territoires, ni légalement ni historiquement. Des territoires qui ont comme seuls noms Judée et Samarie. « Cisjordanie » ou « rive ouest » étant les noms donnés suite à une occupation illégale de cette région.

Des assertions, de fait, dignes de la Pravda soviétique !

Que comprendre d’autre de cette présentation du conflit si ce n’est que l’Etat d’Israël est à désigner comme fauteur de guerre ? Quid de l’intellect du juif paisible devant cet amas de stupidités, qu’elles soient volontaires ou non ?

Ce reportage est truffé d’inepties de ce genre. Et ces deux journaleux ne comprennent pas l’honnête indignation qui s’est élevée ?

Si l’on peut un conseil, que pour leur prochaine émission sur le conflit ils se passent de l’aide de l’auteur de l’affaire A-Dura, qu’ils s’entourent d’historiens respectables et acceptent la critique constructive en corrigeant leurs éventuelles erreurs le cas échéant.

Leur métier ne pourra alors qu’en sortir grandi !

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quand demander les pluies en Israël et en diaspora......

  Quand demander les pluies en Israël et en diaspora.. Halakha No 1 Comme nous l’avons rapporté nous avons commencé à réci...