dimanche 25 décembre 2016

Le réalisateur Pierre Rehov passe à l’offensive contre l’Unesco… Il a besoin de votre aide;;;

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAprès les votes honteux de l’Unesco et de l’Onu avec la complicité d’Obama, il vous reste une semaine pour aider Pierre Rehov à rétablir la vérité avec son film coup de poing.
Voici le teaser que Pierre Rehov a préparé avec vos premières contributions :
Comme suite à la déclaration infamante de l'UNESCO et de l'ONU, niant toute connexion entre le judaïsme et le Mont du Temple, nous sommes en train de réaliser un documentaire destiné à remettre les pendules à l'heure !

Il reste une semaine avant la fin du crowd funding, et Dreuz, qui est associé à ce projet, vous encourage à lui apporter les derniers financements qui permettront le plein succès du film.

Le lien pour participer financièrement : indiegogo.com.

La majorité automatique qu’obtiennent les 58 pays musulmans, assistés par les pays non alignés et les dictatures communistes ou post communistes contre la seule petite nation juive seraient du domaine du risible, de la pantalonnade, s’il n’existait une majorité silencieuse consensuelle, prête à gober comme vérité d’évangile toutes les crasses et exactions commises par cette organisation grassouillette et corrompue, rackettée par les tyrannies, mais censée agir au nom de la paix et des droits de l’homme : l’UNESCO.
Depuis l’époque où Idi Amin Dada était acclamé, après avoir érigé une statue à la mémoire d’Hitler en Ouganda, en passant par la déclaration « Sionisme = racisme » votée à une grande majorité sous la direction de Kurt Waldheim, ancien Nazi bombardé secrétaire général, aux accusions portées contre Israël dans le domaine de la santé et du droit des femmes et des minorités (tandis que les tyrans, morts de rire, continuaient de pendre et torturer leurs propres citoyens, tout en présidant ou participant à de tels comités), les Nations Unies n’ont cessé de se comporter comme un groupuscule infâme, où l’antisionisme officiel masque un authentique antisémitisme, promu avant tout par les pays arabo-musulmans.
Mais il arrive un moment où, à force de trop vouloir en faire, l’organisation, drapée dans sa fausse vertu et réfugiée derrière sa pseudo légitimité, dépasse non seulement les bornes de l’abject, mais aussi du ridicule.
Car, c’est officiel. Depuis que le terroriste Arafat en a eu l’idée, la non judaïcité – et par là même la déchristianisation- du Mont du Temple et du Kotel (mur des lamentations) font partie d’une réécriture de l’histoire savamment orchestrée par l’Autorité Palestinienne et ses acolytes, et confortée par la lâcheté pour ne pas dire la veulerie des pays de l’Union Européenne.
Le journal Le Monde, qui, pourtant, n’est pas réputé pour son indulgence à l’égard d’Israël, et n’a jamais manqué une occasion de fustiger l’Etat Juif, souvent à partir de fausses nouvelles, en a même été choqué.
« Ce texte, déjà soumis au vote en commission le 13 octobre, ne fait référence qu’aux noms musulmans des sites religieux, en évitant par exemple l’expression mont du Temple pour l’esplanade des Mosquées. En semblant nier les liens historiques et spirituels du judaïsme avec ce lieu, l’Unesco a provoqué une condamnation unanime de la part des dirigeants du pays, (ainsi que de la part des USA, de l’Angleterre et de l’Allemagne) qui fustigent la partialité anti-israélienne de la plupart des forums multilatéraux…
Depuis des années, l’Unesco sert de tribune privilégiée pour les défenseurs de la cause palestinienne. »
Et ainsi, en effet, depuis le 13 octobre, l’on peut considérer que le Temple de Salomon, détruit par les Perses, reconstruit par Hérode, et de nouveau détruit par l’Empereur Titus en 67, sur lequel, par la suite, plusieurs églises ont été construites avant que l’envahisseur arabe n’en prenne possession pour y édifier deux mosquées à partir d’un texte religieux révisé pour la circonstance, n’a jamais existé.
Selon Arafat, Jésus était un « palestinien ». Désormais, d’après l’UNESCO, le Christ a chassé les marchands de… l’esplanade des Mosquées !
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
Vous êtes révoltés ? Il n’y aurait rien à faire ?
Le réalisateur Pierre Rehov n’est pas de cet avis.

Rehov a décidé d’entrer en guerre contre la déclaration de l’UNESCO

Auteur de 14 films et de dizaines de clips destinés à déjouer la propagande islamo-fasciste, Rehov n’en est pas à son coup d’essai. On lui doit, notamment,
  • « Crimes de guerre à Gaza », qui remet les pendules à l’heure d’une information contrôlée par le Hamas.
  • « Au delà du mensonge », qui explore la vie quotidienne des minorités non Juives en Israël, et dévoile l’antisémitisme virulent des membres du BDS.
  • Mais aussi « Suicide Killers » (considéré pour un Oscar à Hollywood), pour lequel Rehov a rencontré et conversé avec près d’une cinquantaine de terroristes, à Gaza, Ramallah, Bethléem, dans les prisons israéliennes et même en Irak.
  • Et encore « Les réfugiés du silence », film coup de poing qui a permis de dévoiler la tragédie du million de Juifs chassés des pays arabo-musulmans et spoliés, après 1948…
Rehov a donc décidé d’entrer en guerre contre la déclaration de l’UNESCO par la production d’un film destiné à restaurer le Mont du Temple dans sa réalité historique.
Il s’agit de réaliser un documentaire complet, dans l’esprit de « National Géographique » qui envahira de façon professionnelle les réseaux sociaux (meilleur moyen, désormais, de communiquer en dehors du politiquement correct médiatique).
Un tel film ne peut pas se réaliser avec des bouts de ficelles et un téléphone portable. Rehov lance donc un appel à toutes les communautés scandalisées par cette infamie, à travers un crowd funding.
Son initiative est soutenue et encouragée par Dreuz.info.
Voici le lien pour participer à ce crowd funding : indiegogo.com
(c’est en anglais, mais il suffit de cliquer pour participer à ce projet méritant)
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le monde, l’innovation et Israël selon Binyamin Netanyahu....

Le dynamisme économique peut aider à faire des amis aussi bien que des fortunes, explique Binyamin Netanyahu, Premier ministre d’Israël...