samedi 17 décembre 2016

«Le dernier hôpital d'Alep», cette «intox» qu'auraient débusquée les prorusses....


Les soutiens de Poutine et d'Al-Assad ironisent sur la propagande autour du «dernier hôpital d'Alep».

INTOX. «Le dernier hôpital d’Alep» : depuis des semaines, voire des mois, la formule fait rire les partisans des Russes et du régime syrien. En ironisant sur cette phrase qu’ils auraient lue et entendue des quinzaines de fois, de nombreux prorusses en profitent, parfois, en creux pour remettre en question la réalité des frappes sur les hôpitaux dans les quartiers d’Alep tenus par la rébellion. 
En début de semaine, Djordje Kuzmanovic, secrétaire national du Parti de gauche en charge de l’international, tweete :
C'est intéressant mais le "dernier hôpital d'" (entendu Alep-EST pour les initiés) a été "détruit" 15 fois en 6 mois. Record absolu !
Il rejoint sur ce point l’ancien directeur du Front national de la jeunesse, Julien Rochedy :
Encore un hôpital de détruit à Alep, qui était manifestement la ville qui comptait le plus d'hôpitaux aux mètres carrés du monde ☝️ https://twitter.com/infosfrance_/status/800263755519164416 
.@CavalierBleme Oui, Bachar et les Russes détruisent "le dernier hôpital d'Alep" toutes les semaines depuis 6 mois. 👏
Pour étayer leurs propos, une image circule beaucoup : une compilation d’une quinzaine de tweets annonçant le bombardement d’un hôpital à Alep. Une liste reprise par ailleurs sur le blog conspirationniste Les Crises le 13 décembre, qui a finalement rajouté un edit : «Il semble bien, hélas, que la nouvelle soit finalement devenue vraie.»
DÉSINTOX. Les comptes s’amusant de ce «mythe du dernier hôpital détruit» égratignent volontiers la désinformation des médias mainstream… En fait, la plupart des tweets épinglés provient de comptes d’individus (un chercheur londonien, un média kurde, un compte proche des Anonymous, et des opposants au régime d’Al-Assad pas forcément présents à Alep), et non de médias. Même dans la liste mise à jour sur le blog Les Crises, les quelques médias cités parlent en fait du «plus grand hôpital d’Alep» et pas forcément du dernier. 
Voici ce qu’on a pu lire depuis quelques mois : «Les deux plus grands hôpitaux d’Alep ont été bombardés» (fin septembre), «Le plus grand hôpital d’Alep a été détruit» (en octobre), ou encore que «L’un des derniers hôpitaux d’Alep-Est a été détruit» (en novembre).
Le dernier hôpital, on en parle vraiment à la mi-novembre: le 20, l’OMS annonce que tous les hôpitaux d’Alep-Est ont été détruits, à la suite des bombardements menés cette semaine-là. Ce qui explique pourquoi on compte de nombreux tweets sur la destruction du dernier hôpital entre le 16 et le 20 novembre. 
Quand l’émission 28 Minutes d’Arte interroge le docteur Raphaël Pitti sur la destruction du dernier hôpital d’Alep le 30 novembre, celui-ci précise bien que «c’était il y a quinze jours». Même chose dans C à vous le 8 décembre, où il explique que «le dernier hôpital a été détruit il y a trois semaines exactement».
Pour comprendre comment cette impression d’avoir lu ou entendu plusieurs fois que «le dernier hôpital a été détruit» a fait son chemin, il faut voir comment fonctionne, tant bien que mal, en guerre, le système de santé à Alep-Est, dans les zones tenues par les rebelles. Et constater que la récurrence de la formule, moquée par certains, n’enlève rien à la réalité des bombardements sur les infrastructures de santé.. grand nombre d’attaques menées sur des infrastructures de santé. Et de très loin. 
L’Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM) a dénombré 117 attaques sur des infrastructures médicales d’Alep entre mars 2011 et novembre 2016. Depuis le début du conflit, plus de 750 personnels médicaux seraient morts en Syrie selon l’organisation. En septembre, Alep-Est comptait, selon Médecins sans frontières (MSF), huit hôpitaux avec des capacités chirurgicales. 
Le 20 novembre, l’OMS publiait un communiqué pour déplorer le bombardement des dernières infrastructures médicales, notant toutefois que «quelques services de santé sont encore accessibles».
LIRE AUSSI LA CHRONOLOGIE
Cinq ans et demi de descente aux enfers
Retour sur quelques dates non exhaustives montrant la succession de bombardements sur les hôpitaux des zones tenues par les rebelles. En avril, 14 infrastructures ont été ciblées à Alep. Un rapport de MSF sur les bombardements sur l’hôpital d’Al Quds, le 27 avril, explique que l’hôpital a été mis hors-service mais a pu rouvrir partiellement vingt jours plus tard. Car c’est ainsi que fonctionnent les hôpitaux de campagne à Alep-Est : bombardés régulièrement, ils sont détruits, remis en service ou déplacés, et de nouveau bombardés. Et ainsi de suite. Les équipes se sont aussi réfugiées dans les sous-sols des hôpitaux, y déménageant les blocs opératoires, une fois les étages détruits par les bombardements. «Il y a toujours la possibilité de soigner les malades, mais les équipes sont parties au sous-sol pour se protéger», explique le docteur Ziad Alissa, président de l’UOSSM France.
Le 24 juillet, quatre hôpitaux et une banque de sang ont été bombardés. Un événement auquel font référence plusieurs des tweets compilés dans le montage. A propos de l’hôpital le plus sérieusement touché ce jour là, Al-Jezira précise qu’«on nous dit qu’il sera remis en service dans quelques jours». Le tableau ci-dessous montre les attaques recensées par MSF sur des infrastructures médicales d’Alep-Est entre le 15 juillet et le 15 août dernier.
Pour des questions de sécurité, les hôpitaux de campagne sont qualifiés par des noms de code (la lettre M suivie d’un numéro). L’hôpital M10 par exemple : il a été bombardé à de nombreuses reprises, et donc régulièrement cité dans les médias. Le 3 octobre, il est bombardé pour la troisième fois en une semaine. C’est à ce moment-là qu’il a été affirmé par de nombreux médias (Libé compris) que le plus grand hôpital a été détruit. Or, on nous parle d’un nouveau bombardement sur cet hôpital le 14 octobre. Ziad Alissa explique : «On a pu affirmer que l’hôpital avait été détruit car le bâtiment était complètement détruit mais les équipes étaient parties au sous-sol.» Une tactique qui visait à «se protéger […] pour ne plus être pris pour cible» par les frappes du régime ou des Russes. Et qui a pu donner l’impression d’avoir entendu trop souvent parler du «dernier hôpital». Mais ceci, qui s’explique par des raisons de sécurité, ne suffit pas pour ironiser sur un «mythe» du dernier hôpital.
Au final, on pourra évidemment trouver ces derniers mois quelques tweets affirmant que le dernier hôpital a été détruit avant que cela ne soit le cas. Mais il n’en demeure pas moins que les infrastructures de santé ont été régulièrement bombardées à Alep-Est, qu’il n’existe plus à ce jour que de petits centres de santé de fortune, et selon l’UOSSM, une quinzaine de médecins et infirmières seulement.
Pauline Moullot


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Autriche: le vainqueur des législatives exige un engagement contre l'antisémitisme....Vidéo !

Une organisation a listé pas moins de 60 dérapages antisémites et xénophobes imputables à des cadres du FPÖ Le jeune conservateur...