jeudi 22 décembre 2016

☆ Israël: le député parlementaire Ghattas arrêté par la police.....


"Je n'ai rien fait qui nuise à la sécurité de l'Etat" (Basel Ghattas)
La police israélienne a arrêté jeudi soir le député de la Liste arabe unifiée Basel Ghattas suite à son interrogatoire et de peur qu'il ne quitte le pays, rapportent les médias israéliens.
Basel Ghattas sera présenté devant un juge vendredi matin à Rishon Le Tzion près de Tel Aviv qui décidera de la prolongation éventuelle de sa garde à vue.
Les autorités israéliennes espèrent trouver les complices qui ont aidé Ghattas et lui ont fourni l'équipement introduit illégalement en prison.
Le président du Parlement israélien (Knesset) Yuli-Yoel Edelstein a annoncé jeudi après-midi que l'immunité de ce dernier avait été officiellement retirée.
Ghattas avait annoncé plus tôt au président de la Knesset qu'il renonçait à son immunité parlementaire et était prêt à à répondre aux questions des policiers.
Le député a par ailleurs fait savoir dans une vidéo diffusée sur les réseaux en arabe qu'il comptait coopérer avec les enquêteurs.
"Je n'ai rien fait qui nuise à la sécurité de l'Etat, et je répondrai à toutes les questions des enquêteurs", a-t-il déclaré.
Ghattas a également rappelé que c'était la première fois dans l'histoire d'Israël qu'un député voyait son immunité parlementaire retirée et que "cette décision était inappropriée ".
Le député Basel Ghattas, interrogé mardi par la police israélienne, est accusé d'avoir livré des téléphones portables miniatures et des notes secrètes à deux détenus palestiniens membres du Fatah, en usant de son immunité parlementaire pour échapper à la fouille.
Juste après sa visite en prison, plusieurs téléphones ont été retrouvés en possession des détenus, dont Walid Daka, reconnu coupable en 1984 d'avoir participé au meurtre d'un soldat israélien.
D'après le procureur général, des vidéos montrent Ghattas remettant des documents à Daka et quatre enveloppes à un second détenu, en prison pour terrorisme.
Le député arabe a tout d'abord nié les faits, avant de reconnaître avoir donné les enveloppes au prisonnier devant les preuves vidéos, tout en précisant ne pas connaître leur contenu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire