lundi 19 décembre 2016

États-Unis : des voitures d'occasion en distributeur automatique...


Le cauchemar des concessionnaires de voitures d'occasion devient peu à peu réalité aux États-Unis : des distributeurs automatiques permettent d'acheter un véhicule de deuxième main en se passant des services d'un vendeur. 

Après une expérience lancée à Nashville (Tennessee, sud) il y a un an, une nouvelle structure vient de sortir de terre à Houston, au Texas. Elle présente trente voitures derrière des vitres transparentes, réparties sur huit niveaux.
Après avoir procédé à leur achat en ligne, les clients peuvent se rendre dans ce bâtiment qui longe une autoroute, introduire un jeton spécial et sélectionner leur véhicule qui leur sera alors automatiquement et immédiatement acheminé sur l'une des quatre plateformes de livraison.
Carvana, des voitures d'occasion dans un distributeur
Carvana, des voitures d'occasion dans un distributeur.





Simple gadget ou coup de génie marketing ? Ces nouvelles machines pourraient, en cas de succès, être aux concessionnaires de voitures ce que le géant américain du commerce en ligne Amazon représente pour les magasins en dur : une menace pour leur survie.
 À l'origine de cette initiative, le site de vente de voitures en ligne Carvana qui espère que ce projet peut changer le marché des voitures d'occasion et l'image d'Épinal de vendeurs peu scrupuleux et d'arnaques potentielles.
Le but, explique à l'AFP le PDG et cofondateur de Carvana Ernie Garcia, est de "rendre l'achat de voitures amusant". L'idée phare du projet est directement inspirée du succès d'Amazon : se débarrasser des concessionnaires qui ajoutent, selon M. Garcia, 400 dollars en moyenne au prix des voitures sur lequel se greffe aussi 1 400 dollars pour couvrir les frais de personnels. 
Mais c'est sans doute oublier un peu vite la révision et la remise en état plus la garantie professionnelle apportée par un concessionnaire. Des services qui ont un prix.

Sept minutes pour acheter

les fondateurs de Carvana
Les fondateurs de Carvana.





Fondé en 2013, Carvana cherche justement à répondre aux inquiétudes d'acheteurs de modèles d'occasion qui veulent être certains que la voiture est fiable et que son prix de vente n'est pas abusif. Le site offre des comparaisons en ligne, propose des voitures "restaurées" et des systèmes de financement et d'échanges de véhicules pour simplifier la vie des clients.
Résultat : un client peut finaliser l'achat de sa voiture en à peine sept minutes, avance M. Garcia. Jusqu'à présent, l'entreprise assurait une livraison gratuite dès le lendemain de l'achat, mais grâce à ses distributeurs automatiques, elle propose désormais au client de venir chercher lui-même sa voiture, réduisant ainsi les coûts d'acheminement. 
L'acheteur dispose d'un délai de sept jours pour se rétracter et obtenir un remboursement intégral.
Carvana, des voitures d'occasion dans un distributeur ©  DR
Carvana, de rutilantes voitures d'occasion aussi belles que neuves, au moins pour appuyer la campagne de communication de ce nouveau service. © DR

"Il y a toute une série de preuves qu'une politique de restitution simplifiée permet d'améliorer l'achat de voitures", assure M. Garcia. Pour le moment, sa recette semble fonctionner. Son chiffre d'affaires, 350 millions de dollars, a plus que doublé cette année. Il ne s'agit toutefois pas de la première entreprise qui tente de radicalement changer la manière dont s'achète une automobile.
Plusieurs options existent en ligne, dont l'entreprise CarMax qui a bouleversé le marché avec sa politique de prix fixes, d'échanges simplifiés et son image de transactions équitables. Mais cette entreprise utilise encore des concessionnaires traditionnels, souvent dans des zones où d'autres vendeurs de voitures sont installés.
Carvana, des voitures d'occasion dans un distributeur ©  DR
Carvana va ôter le sourire du vendeur de voitures d'occasion "à l'ancienne".     © DR





Les distributeurs automatiques de voitures pourraient-ils tout chambouler ? Ses promoteurs espèrent provoquer une révolution comparable à celle qui a eu lieu sur le marché de la vidéo quand des nouveaux acteurs comme Netflix ont rendu obsolètes les magasins de location de DVD.
Difficile de le savoir pour le moment. Carvana refuse de fournir les chiffres sur les ventes réalisées avec son distributeur de Nashville et se contente d'assurer que la réaction des clients a été "incroyablement positive". M. Garcia affirme même vouloir construire d'autres installations similaires "aussi vite" que possible, même si certains obstacles restent difficiles à surmonter.
Selon plusieurs médias, son entreprise a ainsi essayé d'acheter des terres près de Richmond (Virginie, est) pour y construire un distributeur, mais elle s'est heurtée à la population locale qui redoutait les nuisances liées à l'éclairage intense du bâtiment.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le monde, l’innovation et Israël selon Binyamin Netanyahu....

Le dynamisme économique peut aider à faire des amis aussi bien que des fortunes, explique Binyamin Netanyahu, Premier ministre d’Israël...