samedi 10 décembre 2016

De quoi Asli Erdogan est-elle le symbole ?


Des écrivains rencontrés à Istanbul s'expriment sur Asli. Les soutiens à la romancière turque incarcérée se multiplient. Une lecture a lieu le 12 décembre à Paris.


Sur la route de l' aéroport qui mène au centre -ville d'Istanbul, on passe devant le quartier de Bakirköy. Là, dans la prison des femmes du même nom, est enfermée, depuis la nuit du 16 août, la romancière Asli Erdogan. On  découvre un peu plus tardsa photo au-dessus du stand de son éditeur , à la foire du livre d'Istanbul qui bat sonplein à la mi-novembre. Comme dans les librairies de la ville, ses livres y sont en vente . Voilà l'arbitraire de sa situation, et de celle de tant d' autres détenus dans les prisons turques aujourd'hui.
Les romans d'Asli Erdogan dans une librairie  © VMLM
Les romans d'Asli Erdogan dans une librairie © VMLM
Jusqu 'à quand ? Faudra-t-il attendre qu'Asli ne survive pas à ce traitement ? Ou qu'elle en ressorte handicapée, si l'on continue à ne pas lui fournir les soins médicaux que sa santé très fragile nécessite  ? Jusqu'à quand le président Erdogan, homonyme de l'écrivaine, fera-t-il la sourde et dédaigneuse oreille aux manifestations de soutien qui s'accélèrent partout en Europe , pour demander la libération de celle qui endosse peu à peu la figure de martyre de son régime ?
Il faut lire la dernière interview transmise par son avocate au Corriere della Serra et la dernière lettre de prison d'Asli Edorgan, datée du 2 décembre, parue dans le quotidien allemand  Süddeutsche Zeitung trois jours plus tard , pour approcher la réalité quotidienne . 
L'écrivaine y décrit ses conditions de vie, les détenues quiarriventjeunes filles arrêtées lors de manifestations, et parle de sa codétenue, la linguiste et traductrice Necmiye Alpay, qui a fêté son 70e anniversaire en prison, et pour laquelle le procureur a exigé la détention à vie
« Comme pour moi », précise Asli Erdogan, dont le procès aura lieu le 29 décembre. Et bien sûr, elle cite aussi tous ceux qui subissent avec elle cette accusation de «  propagande en faveur d'une organisation terroriste », parce qu'ils étaient conseillers au comité consultatif engagé du journal pour la condition des Kurdes, Özgür Gündem , fermé mi-août sur ordredes autorités.

Sa mère sera à la maison de la Poésie le 12 décembre

À quoi rime cet acharnement ? Une visite du député CHP (parti kémaliste), résumée dans le quotidien turc Hürriyet du 5 décembre, donne des détails sur le durcissement des conditions de détention des journalistes et des intellectuels. 
Les familles ne peuvent venir qu'une fois tous les deux mois. En ce qui concerne letéléphone , l'autorisation est désormais de 10 minutes tous les 15 jours au lieu de 10 minutes par semaine . Sans parler des conditions sanitaires ... 
Mais rien n'y fait. Pas plus que les manifestations, que ce soit en Turquie , comme ce concert de « veille pour les libertés » donné le 5 décembre devant la prison, ou en Europe (elles sont recensées sur la page dédiée Free Aslı Erdoğ an).
« Lisons partout les textes d'Asli Erdogan à voix haute, partageons leur beauté faceà un État devenu assassin . Jusqu'à la libération d' Aslı Erdoğan ! » Cet appel lancé par deux écrivainsTieri Briet et Ricardo Montserrat , a déclenché toute une séried'initiatives.
Celle de la comédienne Sophie Bourel, sensibilisée dès le mois d'août, est à l'origine de la soirée phare de la maison de la Poésie, le lundi 12 décembre. Elle accueille Mine Aydoslu, la mère d'Asli Erdogan, qui avait déjà été chercher en Suède le prix Tucholsky, attribué par le PEN Club, à sa fille incarcérée. 
Autour d'elle,Françoise Nyssen, présidente d' Actes Sud , Timour Muhidine son éditeurPierreAstier , son agent littéraire , Yiğ it Bener, écrivaintraducteur et interprète turc,Emmanuelle Collas, directrice des éditions Galaade et Selin Altiparmak, comédienne, évoqueront la situation des écrivains. 
Des extraits de l'œuvre d'Asli Erdogan seront lus, dont, en avant-première, des chroniques parues dans Özgür Gündem, extraites du recueil de ces textesMême le silence n'est plus à toi qu'Actes Sud publiera le 4 janvier. On y projettera aussi un court-métrage d'Eren Topcu : Chroniques du fascisme, aujourd'hui.

« Son arrestation est le signe de ce qui allait arriver » (Yigit Bener, écrivain)

Yigit Bener ©  VMLM
Yigit Bener dans un restaurant hautement littéraire de l' avenue de Bagdad, à Istanbul. © VMLM
À Istanbul, mi-novembre, nous avonsrencontré celui qui s'exprimera sur cette scène lundi soir,  Yigit Bener , l'auteur duRevenant (Actes Sud), un romanremarquablement éclairant sur la Turquiecontemporaine, et dont le prochain livreparaîtra aux éditions de la MEET, enattendant un autre roman à venir chez Galaade. Nous lui avons demandé de quoi Asli Erdogan est le symbole.
« Son arrestation était le signe de ce qui allait arriver, alors qu'on était en train de parler de reconstruire un système démocratique tous ensemble  », décode Bener. « Sauf que le pouvoir était en train de purger tous ceux qui étaient dits gulénistes (la secte de Fethullah Gulen accusée d'avoir fomenté le coup d'État du 15 juillet dernier, NDLR), qui ne sont certes ni des démocrates ni des anges
Personne ne s'est opposé alors à l'éviction de généraux putschistes, de magistrats pourris. Mais que dire des renvois de milliers d' enseignants pour leur supposée appartenance à un mouvement dont les dirigeants auraient fait un coup d'État ? Ça devenaitproblématique , mais personne n'a osé protester. 
Or, quand Asli a été arrêtée, il devenait clair qu'on visait directement une personne qui n'avait rien à voir avec le mouvement guléniste : le prétexte de son arrestation nous signalait ce qui se passerait par la suite, puisqu'il semblait normal d'arrêter des gens pour leur simple sympathie ou convergence à une organisation hier légale, mais aujourd'hui cataloguée comme terroriste-putschiste (les gulénistes), alors on pouvait appliquer la même logique pour le PKK, également catalogué comme organisation terroriste : 
tous ceux qui, de près ou de loin, auraient collaboré avec la branche légale du mouvement kurde (que le gouvernement assimile désormais dans sa totalité au PKK) sont donc susceptibles d'être arrêtés sous l'inculpation de terrorisme. »

Pire qu'après le coup d'État de 1980

Asli Erdogan a collaboré au journal Özgür Gündem , accusé d'être lié au PKK. Dans sa lettre envoyée de prison le 2 décembre, elle souligne que, selon la législation des médias, les membres du conseil consultatif du journal (c'était son cas) ne sont pas responsables du contenu rédactionnel. Ajoutant que… de « tels détails n'intéressent plus personne en Turquie  ». 
Elle cite aussi les noms de ceux qui sont aujourd'hui emprisonnés comme elle, arrêtés dans des conditions « kafkaïennes », soumis à « l'arbitraire, le harcèlement et la privation de droits ». Une situation bien pire qu'après le coup d'État de 1980, précise-t-elle.
«C'est méconnaître Asli que de pouvoir croire une seule seconde à un appel à la violence de sa part », poursuit Yigit Bener. « Malgré cela, elle a été arrêtée et là, on a perdu une première bataille parce qu'il n'y a pas eu dans l'immédiat, en dehors des manifestations des écrivains, assez de réactions massives à cette dérive autoritaire. Notamment du parti kémaliste, CHP, qui aurait pu réagir plus fort, en s'associant avec le Parti du mouvement kurde (HDP). 
Rien n'est arrivé, un boulevard s'ouvrait pour le pouvoir : dans la foulée, d' autres intellectuels ont été arrêtés, puis le quotidien laïque Cumhuriyet a été touché , puis les maires du HDP ont été destitués et arrêtés, et enfin les députés et dirigeants du HDP. 
Le tribunal a réclamé le maximum pour Asli, la perpétuité, et si la peine de mort avait été rétablie, comme le souhaite Erdogan (après avoir lui-même légalisé son abolition, NDLR), on aurait donc demandé sa mort », souligne l'écrivain.

Une situation folle

À Istanbul, chacun parle de situation folle, inimaginable, plus grave que ce que la Turquie a jusque-là connu, et pourtant l'histoire n'a jamais épargné les écrivains opposants au pouvoir… Son ami l'écrivain et dramaturge Murathan Mungan , rencontré dans sa maison d'édition Metis à Istanbul et dont Galaade publiera la traduction du premier roman en janvier, confie : 
« Je suis très malheureux, cela fait bientôt cent jours. Asli Erdogan est une amie à moi. Elle et Necmiye Alpay sont deux personnes qui demandent simplement la paix. Elles sont toutes deux connues et donc mises en avant par leur popularité à titre de symboles. 
Mais il y a beaucoup d'autres journalistes et écrivains en prison pour des raisons semblables. Le but ? Faire peur aux Turcs qui ne sont pas Kurdes, auxquels on dit : Regardez, si vous vous en mêlez, cette vague d'emprisonnements s'amplifiera. C'est du moins ce que je ressens personnellement. »
Que faire ? « Ces outrances poussent justement les gens à réagir et à se fédérer petit à petit », constate Yigit Bener. Pour sa part, la romancière Oya Baydar, qui vient de recevoir le prix France Turquie 2016 pour son livre Et ne reste que des cendres(Phébus), le dédie à tous ceux qui sont en prison. Son mari, journaliste à Cumhuriyet y est resté six jours avant d'être libéré pour raisons de santé, ainsi que deux autres confrères, sur les treize incarcérés. 
Collaborateur lui aussi du journalCumhuriyet , depuis 20 ans,le poète Ataol Behramoglu, qui en a vu d'autres, rappelle en forme d'adage universel : « Un écrivain est en prison, tout le pays est en prison. »
À LIRE aussi :

Lectures du Batiment de pierre d'Asli Erdogan : le 10 décembre à 17 heures, au théâtre de la Bastille à Paris par Clotilde Hesme ; le 11 décembre à 16 heures, à la librairie Maupetit à Marseille. Le 12 décembre à 18 heures, à l'espace LCause à Brest. Parmi les prochaines lectures : 12 décembre à 17 heures, à La Machine à Musique à Bordeaux. À 19 heures, à La Manufacture des tabacs à Nantes (le collectif Free Aslı Erdoğan donnera des lectures en français mais aussi en turc de ses textes). Le 12 décembre 2016 à 20 heures, à la maison de la Poésie à Paris.

http://www.lepoint.fr/culture/de-quoi-asli-erdogan-est-elle-le-symbole-10-12-2016-2089404_3.php?M_BT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire