dimanche 27 novembre 2016

Incendies en Israël : La situation est gravissime, une analyse de Jean-Pierre Lledo...


Plus de 600 feux s’allument en Israël, en quelques jours. Il est vrai que cette année est anormalement sèche. Fin novembre, presque pas de pluie, et des vents très forts. Donc des conditions propices à l’incendie. Mais un feu sélectif attiré par les zones principalement juives ? Pas d’incendie à Hébron, ni à Naplouse, ni à Ramallah, ni à Rahat, ni à Bethléem, ni dans tous les villages arabes de Galilée ? Le vent serait-il devenu lui aussi judéophobe ? Ou serait-ce plutôt une nouvelle punition divine de YHWH, ce terrible dieu juif qui se distingue des autres pour être plus sévère avec les siens ?
Trêve de plaisanterie ! La situation est gravissime.
Non pas tant à cause du fait lui-même, des ravages matériels, des vies mises en danger, et de toute une vie spirituelle des habitants partie en fumée en quelques minutes… Que par la signification politique et symbolique de cet événement… Que plus encore par les réactions des divers acteurs politiques, mais aussi populaires, la vox populi s’exprimant désormais dans le veule anonymat des dits  ‘‘réseaux sociaux’’, nouvelle incarnation de l’instinct pogromique en milieux… arabes.
‘‘Arabes’’,  ‘‘musulmans’’, les deux mots à ne pas dire, en Israël comme dans le reste du monde : bravo l’OCI (organisation des 57 pays musulmans, seule organisation de ce type dans le monde) et votre campagne bien financée par l’argent du Qatar pour empêcher de dire ces mots !
Odeh, le président de la Coalition (arabe) à la Knesset, a de suite botté en touche : accuser aujourd’hui les Arabes, serait réitéré l’accusation contre les Juifs de l’époque du moyen-âge ! Au moins, il aura retenu quelque chose de l’enseignement que lui a prodigué le programme d’enseignement israélien. Mais que peut-il y avoir de commun entre le mensonge et la vérité entre les Juifs qui n’avaient pas répandu la peste, tandis que ce sont bien des Arabes israéliens qui aujourd’hui sont arrêtés en flagrant délit de pyromanie criminelle ?
Quant au gouvernement, ‘‘de droite’’ faut-il le rappeler, il lui a fallu 3 jours pour découvrir qu’il s’agissait d’une action ‘‘terroriste’’, des terroristes sans doute extra-terrestres, puisqu’ils ne sont pas nommés. Et alors que les services de sécurité ont été incapables de prévenir une telle catastrophe, ce qui en soi devrait réconforter chaque citoyen juif israélien, on se demande comment le ministre de la Sécurité (de droite) a pu soudainement avancer que 50% seulement de ces feux avaient une origine terroriste… Et les autres 50% ? Extra-terrestres ? YHWH ?
J’aimerais faire l’impasse sur les réactions de la gauche, tant la profondeur de sa stupidité est insondable. Comme par le passé, face à d’autres vagues de terrorisme, on minimise sinon la gravité matérielle du moins la gravité politique: des loups solitaires n’est-ce pas, des déséquilibrés, et d’ailleurs des extrémistes il y en a chez nous aussi… Sans parler de ce professeur de l’Université Hébraïque de Jérusalem (Quelle misère !) un certain Amiram Goldblum qui n’hésite pas à désigner Netanyahou, lui-même, comme le pyromane en chef, ce qui donne une fois de plus le lien qu’entretient cette gauche à la réalité… Sa cinglante défaite aux dernières élections israéliennes ne l’a manifestement pas soignée de son délire, mais il est vrai qu’à en croire les psy, une pathologie psychotique on ne s’en remet jamais.
Revenons aux choses sérieuses. D’abord pour faire deux constats.
Cette action terroriste visant les populations juives d’Israël, de très grande ampleur puisqu’elle va du Nord au Sud, et totalement inédite dans l’histoire du terrorisme mondial, vient couronner une vague terroriste d’un type nouveau qui a commencé au moins depuis deux années d’abord par les voitures-béliers, ensuite par les agressions aux couteaux, sans négliger les armes à feu… Si l’on en observe le   crescendo, on peut légitimement se dire : pour quand les gaz toxiques, pour quand la bombe atomique ? comme vient d’ailleurs de le proposer dans un sermon à la mosquée El Aqsa, le grand Imam Abd Al-Salam Abu Al-Izz, (toujours en liberté depuis, vive Israël !).
Et c’est justement parce que je constatai la progression de ce harcèlement guerrier contre le peuple juif d’Israël, auquel il faudrait ajouter la tentative d’interdire aux Juifs l’accès à leur Mont du Temple, et ce avec la complicité de l’Unesco et de l’Europe, comme cette provocation ouverte qui consiste à décupler le volume sonore des hauts parleurs des mosquées dans toutes les villes d’Israël où les zones de population juive sont proches, que je me demandais récemment si ces appels à la prière sur-amplifiés ne préparaient pas… un Appel à la rébellion. Jusque-là, on pouvait dire qu’il n’y avait pas de fumée sans feu. A présent il y a la fumée et le feu. Et en prime la jouissance de la jeunesse arabe exultant comme leur ancêtre Amin El Husseini devant son maître es crémation, Hitler…
Le deuxième constat est qu’il ne ‘‘faut pas sortir de Saint-Cyr’’ comme disent les Français, ou du Technion comme on pourrait le dire ici, pour comprendre que lorsqu’une   même action   se produit dans divers endroits, il y a forcément un Plan   derrière lequel se dissimule une   Volonté  … Laquelle s’énonce dans un Discours. Tout le contraire donc de la ‘‘spontanéité’’… !
Et le fait qu’aujourd’hui les   ‘‘réseaux sociaux’’   donnent à cette volonté la possibilité d’être connue du plus grand nombre, quasiment à la vitesse de la lumière, n’amoindrit pas la   Responsabilité   des Chefs, mais au contraire l’aggrave. Il n’est donc pas besoin d’être devin pour avancer que cette  Volonté est actuellement incarnée par   les chefs falestiniens  , qu’ils entourent Israël ou qu’ils y habitent : en effet ces derniers refusent ouvertement, y compris à la Knesset, de respecter tous les symboles de la souveraineté israélienne, et ne manquent plus une occasion de proclamer publiquement leur ‘‘falestinité’’.
J’entends déjà, bien sûr, les objections de cette frange politique ci-dessus caractérisée de ‘‘délirante’’. Odeh, le chef de la coalition arabe, n’a-t-il pas condamné les pyromanes (sans émettre la moindre hypothèse quant à leur origine, ce qui est déjà un grave défaut pour un dirigeant) ? L’Autorité falestinienne n’a-t-elle pas envoyé des pompiers ? Ahmed Tibi, vice-président de la Knesset (!) et ténor du personnel politique arabe n’est-il pas allé jusqu’à dire : S’il s’avère que la plupart des incendies sont le fait d’Arabes, il s’agirait d’une chose terrible, vile et condamnable, qui nécessitera une introspection de la société arabe israélienne 
En attendant que le héros judéophobe du Congrès du Fatah en 2009 passe à l’acte dans les plus brefs délais,  les premiers coupables arrêtés étant tous arabes, parmi lesquels il y a même des étudiants du Technion de Haifa, (l’équivalent du Polytechnique français), il serait bon que le personnel politique ashkénaze se fasse briffer par le séfarade.
En effet, les Juifs chassés du monde musulman (événement commémoré officiellement en Israël le 30 de ce mois) malgré une présence de 20 siècles et une antériorité à l’islam de près de 15 siècles, pourraient leur expliquer le ‘‘concept’’ mohamédien de ‘‘taqya’’…   Lequel consiste à annoncer le contraire de ce que l’on va faire ou de que l’on a fait !
Les musulmans, eux, très au fait de cette tactique, comprennent parfaitement que les condamnations éventuelles de leurs dirigeants ne sont pas un appel à y mettre fin, mais une simple manière de donner le change à l’opinion publique internationale. Ce qui fait que chaque ‘‘condamnation’’ est au contraire perçue comme un appel à persévérer !
L’histoire musulmane regorge de manifestations de cette ‘‘tactique’’ et pour ma part, j’aimerais citer le massacre du 5 Juillet 1962 à Oran (le jour même de l’indépendance algérienne !), où précisément   les pyromanes se sont transformés en pompiers  , puisqu’après avoir poussé le peuple à trucider deux milliers de chrétiens et de juifs, les chefs de l’armée algérienne jetèrent en prison quelques lampistes (libérés quelques mois plus tard !!!)
D’une façon générale, le personnel politique israélien aurait aussi grandement besoin de s’intéresser à la source d’inspiration principale des Falestiniens, je veux parler de la guerre dite de ‘‘libération’’ menée par le FLN d’Algérie, mais qui fut en réalité une guerre   d’épuration  , puisqu’un million de non-musulmans furent obligés de quitter précipitamment leurs terres dès l’indépendance acquise.
Il y découvrirait peut-être aussi la raison de cet embrasement, en ce moment. Car de la même manière que le FLN déclencha ses actions terroristes contre les civils juifs et chrétiens pour attirer l’attention internationale et pouvoir s’imposer à l’ONU, ne peut-on penser qu’aujourd’hui les dirigeants falestiniens (in ou out Israël) tentent de freiner le cours de l’histoire qui va porter au pouvoir Trump aux USA et Fillon en France ? Ne tentent-ils pas par cette violence commanditée, tels des despérados, d’appuyer le forcing diplomatique falestinien soutenu par un Hollande en fin de course pour tenter de faire sortir Obama de son coma après le Knock-out des élections, dans l’espoir précisément d’entraver la future politique du nouveau président des USA ? Espoir vain car la victoire de ce dernier a été trop écrasante pour qu’il puisse se sentir entravé d’une quelconque façon par les misérables manœuvres d’un pouvoir (socialiste) qui ne se fait plus d’illusion sur son sort… 
Mais tout au-delà des mobiles réels des chefs falestiniens, il nous faut revenir à l’essentiel, qui ne tient aucunement à cette conjoncture. Et l’essentiel, c’est d’examiner la réponse de l’Etat juif visé par l’une des plus graves agressions intérieures de toute son existence.
Le foudre de guerre Netanyahou, ainsi caractérisé par cette frange psychotique de l’échiquier politique israélien, vient de proférer la sentence : chaque coupable sera considéré comme un terroriste ! Wouah !
L’establishment politique israélien le plus lucide dont le centre de gravité s’est déplacé, depuis la victoire de Begin, vers la droite, et ceci non de façon conjoncturelle mais comme une tendance lourde, croit-il sérieusement que cette mesure serait dissuasive ? Les vagues terroristes précédentes à la voiture ou au couteau ne lui auraient-elles rien appris ? Détruire leurs maisons les ont-elles enrayées ? Condamner aujourd’hui les pyromanes est effectivement un minimum, mais est-ce suffisant ?
Ces lampistes n’agissent-ils pas selon une certaine   Volonté   assumée par des Chefs falestiniens au non d’un Discours clair où l’objectif des ‘‘2 Etats’’n’est que le prélude à la modification de la nature d’Israël puis à sa destruction… ?
Si les dirigeants actuels veulent être à la hauteur de leur mission historique, ne devraient-ils pas, le plus tôt possible, d’abord faire le lien entre ces quatre choses, Volonté, Discours, Responsabilité et Passage à l’acte terroriste   (ce dernier n’étant que la conséquence et non la cause !) ? Puis agir en conséquence   à ces 4 niveaux ? Et d’abord à l’encontre de la coalition arabe a laquelle semble avoir été dévolu la tâche de harceler et d’affaiblir le pouvoir israélien de l’intérieur même de la Knesset ?
Mais cette action ne nécessite-t-elle pas au préalable une refonte totale du modèle de société qu’Israël a tenté de mettre en place jusqu’ici, c’est-à-dire une sorte d’État bi-national qui ne dit pas son nom ?
En attendant que ce chantier gigantesque soit ouvert et il devrait l’être sans tarder, n’est-il pas urgentissime de s’attaquer aux discours proférés ouvertement par les dirigeants falestiniens, au sein même de la Knesset, où les conquérants musulmans du 7eme siècle d’une terre juive appelée Judée déjà depuis 20 siècles que les Romains avaient débaptisé en ‘‘Palestina’’ sont présentés comme les véritables propriétaires d’une terre qui était juive avant l’arrivée de ces colons musulmans ? 
Et dans la foulée de cette contre-offensive immédiate n’est-il pas aussi urgentissime de rendre   hors la loi   tout mouvement et tout discours qui remettrait en cause la légitimité juive en cet endroit du globe et d’ôter la nationalité israélienne à leurs tenants ?
Hors ces deux mesures immédiates, il serait illusoire de parler de  ‘‘souveraineté juive’’ laquelle continuera à être bafouée par les discours et donc par leurs conséquences, les actions terroristes.
Différer ne ferait qu’encourager le processus d’autodestruction que la gauche a inaugurée depuis 20 ans, sans doute au départ naïvement, ignorante de ce qu’est la Taqya, puis au fur et à mesure, de plus en plus pathologiquement, en s’obstinant à ne pas tenir compte de la réalité du désir falestinien, incarné hier par Arafat et aujourd’hui par Abbas et pis encore par le Hamas.
Combien de victimes juives faudra-t-il encore pour que la droite israélienne assume pleinement le rôle qui lui est dévolue par l’histoire, celle de réligitimer au niveau national, régional et international, l’État du peuple juif lequel sur toute la planète, faut-il le rappeler, n’en a qu’un seul ?
La récente élection de Trump devrait pourtant lui faire comprendre qu’en cas de défaillance prolongée, surgira forcément un homme qui balayera tous les establishments, de gauche comme de droite, et qui ne sera ni un homme providentiel ni donc un messie, mais un homme tout simplement à la hauteur de son peuple, dans notre cas, un peuple qui n’a pas traversé les pires épreuves que l’on puisse imaginer durant ces derniers 2000 ans, sous le joug chrétien, musulman, communiste et enfin nazi, pour accepter à nouveau le joug musulman et de façon plus générale tout joug quel qu’il soit, et encore moins pour s’humilier et être humilié une nouvelle fois en exil.
Source : La fumée et le feu, http://alyaexpress-news.com/fumee-feu-jean-pierre-lledo/
Jean-Pierre Lledo, né en 1947 à Tlemcen, est originaire d’Algérie depuis 26 siècles par sa mère juive, et depuis quatre générations par son père d’origine espagnole. Il a dû quitter l’Algérie en 1993, face aux menaces islamistes. Réalisateur de cinéma, ses derniers films sont tous consacrés à l’échec du rêve d’une Algérie indépendante et multiethnique. Son dernier film Algérie, histoires à ne pas dire a été interdit en Algérie en 2007, et le demeure. Les Editions Colin ont publié ses deux derniers livres sur le Monde arabe : ‘’La Révolution démocratique dans le monde arabe, Ah ! si c’était vrai’’ (2012), ‘’Le Monde arabe face à ses démons, Nationalisme, Islam, et Juifs’’ (2013)., source http://www.huffingtonpost.fr/bloggers/jean-pierre-lledo/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire