dimanche 2 octobre 2016

La France ferme des douanes avec la Suisse......


De nombreux djihadistes passent par l'aéroport de Genève pour rejoindre Daech, mais la France va supprimer deux brigades douanières en Haute-Savoie.


Au début de l'année, Christian Eckert, le secrétaire d'État chargé du Budget, annonçait à Saint-Julien-en-Genevois, à la frontière suisse, le recrutement au niveau national d'un millier de douaniers et 45 millions d'euros supplémentaires alloués à la modernisation de leur équipement. 

Afin de mieux lutter contre « une vague de terrorisme sans précédent », les douaniers français seraient dorénavant équipés de fusils mitrailleurs. Mais, en guise de renforts, ce sont deux brigades douanières qui s'apprêtent à fermer en Haute-Savoie, celles de Cluses et d'Annemasse, suivies un peu plus tard par celle de Gex, dans le département de l'Ain.
« Les deux premières fermetures doivent être entérinées le 5 octobre à Lyon. Alors que la France est devenue une cible prioritaire des groupes terroristes, des comptables administratifs poursuivent le démantèlement des douanes au nom d'impératifs budgétaires », déplore Emmanuel Bogillot, secrétaire national Unsa Douanes (Union nationale de syndicats autonomes), en poste en Haute-Savoie. 
La frontière avec Genève est pourtant particulièrement sensible. Adel Kermiche, l'un des terroristes qui ont égorgé le père Jacques Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray, s'était envolé en mai 2015 de l'aéroport de Genève pour rejoindre Istanbul. Avant de prendre l'avion, il avait fait un stop à la mosquée du Petit-Saconnex, dans le canton de Genève, gérée par l'Arabie saoudite.

30 routes et 3 postes-frontière

La lutte contre le terrorisme n'est pas la seule préoccupation des douaniers de la région lémanique. Au moment de l'affaire Cahuzac, ils avaient déjà déploré le manque criant d'effectifs pour lutter contre l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent. Alors que plus de trente routes mènent de la France à Genève, trois seulement comptent des postes-frontière fixes, Vallard (agglomération d'Annemasse), Bardonnex (Saint-Julien-en-Genevois) et Ferney-Voltaire. 
En quelques années, les effectifs avaient fondu de 610 à 425 douaniers. « La lutte contre le blanchiment n'est pas considérée comme prioritaire par notre administration », dénonçait alors Alain Court, secrétaire régional FO Douane Léman.
Pourtant, le travail ne manque pas. Il y a deux semaines, une brigade volante découvrait 845 000 euros dissimulés dans un véhicule à Viry. « Pour ne pas parler de fermetures, la direction des douanes évoque des fusions de structures. Or, il ne s'agit pas des mêmes tâches. 
Un douanier en poste à l'aéroport ne fait pas le même travail que celui qui contrôle inopinément une voiture ou un bus sur la route. Faute d'effectifs, le volet renseignement est abandonné. Il n'y a plus de remontée de terrain auprès des patrons de bars ou de boîtes de nuit », déplore encore Emmanuel Bogillot.

Intense trafic de drogue

Dans son édition de vendredi, La Tribune de Genève souligne que les députés (Les Républicains) Virginie Duby-Muller, de Haute-Savoie, et Stéphanie Pernod-Beaudon, de l'Ain, ont déjà alerté le ministre de l'Intérieur en juin dernier sur les « conséquences importantes en matière de lutte contre la fraude (stupéfiants, armes, contrefaçons, blanchiment) », en cas de disparition de brigades douanières. 
Il existe en effet un intense trafic de drogue, notamment de cocaïne, entre les agglomérations de Lyon et de Genève, mais aussi de… tabac à narguilé. Les douanes en ont saisi 360 kilos l'année dernière.
Ces cures d'amaigrissement continues provoquent parfois des situations ubuesques. Le poste de douane de Saint-Gingolph, à la frontière, a ainsi été fermé, et les douaniers affectés à Thonon-les-Bains (au milieu de la rive française du lac Léman), distant d'une trentaine de kilomètres. Mais l'administration a fini par se rendre compte qu'il fallait tout de même assurer une surveillance à la frontière. 
Ce sont les douaniers en poste à Thonon qui doivent dorénavant se rendre quotidiennement à Saint-Gingolph. « Les organisations criminelles et terroristes doivent se réjouir de nos futures implantations », dénonce le secrétaire national Unsa Douanes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Emmanuel Macron « mouché » par les Gardiens de la Révolution...

Le président français fait durement son expérience en matière de politique étrangère, en l’occurrence face au régime totalitaire et hég...