lundi 26 septembre 2016

Stéphane Benhamou imagine la vie en France si nous étions tous restés en vacances....


ROMAN Prenez deux minutes pour savoir si La rentrée n'aura pas lieu de Stéphane Benhamou est le livre qu'il vous faut...

Tous les jours de la semaine, la rédaction de 20 Minutes ou ses lecteurs vous proposent une idée de roman à dévorer ou à offrir. Aujourd’hui, La rentrée n'aura pas lieu de Stéphane Benhamou chez Don Quichotte (192 pages, 16,90€)

Une citation:

«La fin août n’a pas opéré comme passage, comme le sas habituel entre repos et travail. Quelque chose s’est déréglé dans la mécanique inexorable de la rentrée et a laissé une béance à sa place.»

Pourquoi choisir ce livre?

  • Parce que l’idée à l’origine du roman de Stéphane Benhamou est géniale : 11 millions d’aoûtiens refusant de quitter leur lieu de villégiature et tirant un trait sur le concept de rentrée.
  • Parce que l’auteur nous fait vivre cette crise depuis les bureaux dorés des ministères. Avec beaucoup d’humour et de mordant, il décrit le désarroi des puissants face à leur belle machine grippée.
  • Parce que la France vidée de ses vacanciers aurait pu nous faire penser au Mapleton des Leftovers mais qu’elle évoque plutôt l’ambiance 4h du mat’ place Schneider au Creusot.
  • Parce qu’il reste le meilleur de l’histoire à écrire, ce que construiront, sur leurs lignes de fuite, ces multitudes qui désertent. L’auteur a pris le parti de décrire l’événement d’en haut, comme les drones que la gendarmerie envoie surveiller les aoûtiens. Mais une fois le livre achevé, on ne peut s’empêcher, très terre-à-terre, de se demander ce que l’on ferait soi-même si la rentrée n’avait plus lieu.
  • Parce que la rentrée a eu lieu. Shit happens...

L’essentiel en deux minutes:

L’intrigue. Ils devaient rentrer, mais finalement ça ne les arrange pas. Cette année, 11 millions d’aoûtiens ont décidé de prolonger indéfiniment leurs vacances. Pour les convaincre de ramener leur petit cou bronzé à la machine à café, il va falloir batailler.
Les personnages. Michel Chabon, goncourt 2014 du panneau d’affichage autoroutier pour son désormais classique «1 trait=danger ; 2 traits=sécurité».  Gilbert Fourcade, patron des patrons de camping, Gattaz du bungalow, Poujade du Mobil-Home. Et quelques faire-valoir trop brièvement portraiturés.
Lieux. Castellane, Moustiers et Paris! Paris déserté, Paris vidé, Paris paralysé mais Paris libéré de ses Parisiens.
L’époque. Tout porte à croire que cela se passe en 2015. Malheureusement, c’était uneannée à rentrée. Pareil pour 2016. 2017 du coup?
L’auteur. On soupçonne Stéphane Benhamou d’être un redoutable concurrent au Trivial Pursuit mais c’est pas grave, si la rentrée est annulée, on veut bien passer le reste des vacances avec lui, son humour décapant et son imagination débridée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un atelier de fabrication de shofars vend des cornes aux Juifs d’ici et d’ailleurs...

CIVAT YOAV, Plateau du Golan (JTA) – Shimon Keinan a une entreprise à faire tourner. Il n’a pas le temps d’enseigner à ses clients comm...