samedi 24 septembre 2016

Requiem pour Najat Vallaud-Belkacem.....


Najat Vallaud-Belkacem voudrait-elle nous offrir un super bêtisier pour le Nouvel An ?

Najat Vallaud-Belkacem voudrait-elle nous offrir un super bêtisier pour le Nouvel An ? On pourrait la soupçonner de tenir chaque jour un propos incongru pour faire parler d’elle. Qu’elle se rassure ! Personne n’oubliera son œuvre destructrice : la réforme du collège, ses EPI et ses programmes aberrants. Personne n’oubliera non plus ses prises de position partisanes sur les études de genre.
Hier, sur BFM TV, ce n’est pas une , mais plusieurs incongruités qu’elle a proférées.
Pratiquant, mieux encore que son maître, la méthode Coué, elle ne se contente pas d’un « ça va mieux ! » mais, comme dans la chanson, répète que tout va très bien. Elle défend « un bilan de qualité » et souhaite que François Hollande se représente. Non contente de célébrer son Président, elle se projette dans l’avenir, lance l’idée d’une scolarité obligatoire de 3 à 18 ans, au lieu de 6 à 16 ans actuellement : « Il ne s’agit pas d’une réforme qui a vocation à être faite avant la fin de ce quinquennat », précise-t-elle toutefois. On s’en serait douté !
Une telle mesure permettrait, selon elle, de réintégrer dans le système scolaire 80.000 décrocheurs âgés de 16 et 18 ans.
Bien sûr, cela nécessiterait la création de « 5.000 à 7.000 postes de professeurs supplémentaires ». Une bagatelle, alors que l’Éducation nationale n’arrive pas à pourvoir tous les postes inscrits au budget, faute de candidats ! Sans doute recruterait-elle des enseignants à Pôle emploi ou, comme on le voit dans quelques académies, appellerait-elle à l’aide des étudiants qui n’ont pas leur licence.
Il serait plus efficace de développer des écoles de la seconde chance, comme le DAEU (Diplôme d’accès aux études universitaires), permettant à de jeunes adultes volontaires, qui ont arrêté précocement leur scolarité, de reprendre confiance et de poursuivre des études supérieures. Mais cela demanderait trop d’initiative : obsédée par le préjugé égalitariste qui lui sert de pensée, notre ministre ne peut avoir d’autre idée que de mettre tous les élèves dans le même lit (de Procuste), au lieu d’adapter les structures.
Mais le plus remarquable, dans ses propos, c’est quand elle déclare que 600 élèves seraient « considérés comme dangereux », ajoutant aussitôt que « ça ne veut pas dire que chacun de ces élèves est dangereux ». Ouf ! Nous voilà rassurés ! Et de citer « trois cas suivis en justice » : les adolescents interpellés dans l’enquête sur la fausse alerte d’attentat dans une église parisienne. Certes, ils ont eu un comportement imbécile, mais rien à voir avec ce que dénonce le député Malek Boutih dans son rapport sur la radicalisation des jeunes.
Najat Vallaud-Belkacem se sacrifie sur l’autel de son maître. Manifestation de courage, dans un certain sens, alors que les membres des cabinets ministériels se recasent, quittant comme des rats le navire en perdition. Mais aussi illustration de son aveuglement et de son sectarisme. Elle accompagne François Hollande dans son naufrage. Elle chante son propre requiem : je n’oserai pas dire, comme Serge Gainsbourg, « Requiem pour un c… »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire