jeudi 7 juillet 2016

Wolinski : ce caricaturiste juif assassiné par les ennemis de l’humour.......


 Lui qui aurait eu 82 ans le 28 juin 2016, a cru jusqu’à son dernier jour que “l’humour est le plus court chemin d’un homme à un autre”.

Mais la vie de Georges Wolinski s’est arrêtée dans le sang le 7 janvier 2015. Le caricaturiste a été tué de sang froid avec la rédaction de Charlie Hebdo et des policiers, par des terroristes de l’Etat islamique aux cris de “Allah est grand” et de “ le prophète est vengé”.

Le lendemain, 8 janvier, une policière est tuée à Montrouge, par le même terroriste, qui le lendemain prend en otage l’Hyper cacher de la porte de Vincennes, exécutant 4 juifs.
Comme Wolinski.
De ses véritables prénoms Georges David, Wolinski nait le 28 juin 1934 à Tunis.
Fuyant antisémitisme et misère en Pologne, son père Sygfrid Wolinski tombe amoureux et épouse une juive livournaise Lola Bembaron.
Mais Georges âgé d’à peine deux ans quand son père, qui tient une entreprise de ferronnerie d’art, est assassiné par l’un de ses employés. Un meurtre qui hantera tous les jours Georges Wolinski.
Malade, Lola Wolinski part se faire soigner en France.
LE COUSCOUS DU SHABBAT
Georges et sa sœur restent, eux à Tunis où ils sont élevés par leurs grand-parents paternels qui tiennent l’incontournable pâtisserie “chez les Nègres”, en face du lycée Carnot.
Le vendredi soir, avec ses grand-parents et ses oncles et tantes, il partage le couscous du shabbat. En été, il part dans le train en bois pour la Marsa ou à Khereddine.
Élève du lycée Carnot, Georges Wolinski doit le quitter quand les Allemands occupent Tunis en novembre 1942 et font de la prestigieuse école le centre de leur Kommandatur. Avec sa famille, il assiste en mai 1943 au débarquement des Américains qui lui font connaitre les cartoons, les bandes dessinées.
Georges fait sa bar mitsvah à Tunis, avant de rejoindre en France sa mère qui s’est remariée.
Apres avoir fait son service militaire en Algérie et travaillé dans l’entreprise de tricot de son beau -père, Georges Wolinski, qui avait toujours crayonné en Tunisie, travaille dans la publicité.
Un jour, il envoie ses dessins à Francois Cavanna, qui l’engage à Hara-Kiri. Wolinski y devient l’ami de Roland Topor, d’origine juive polonaise.
La carrière de Wolinski est lancée. Il collabore avec des journaux aussi différents politiquement que France-Soir, l’Humanité, Paris-Match et Charlie Hebdo, qui commet lui le crime de publier des caricatures représentant le prophète Mahomet. Il écrit aussi des livres et des pièces de théâtre.
COMMENT DEVENIR UNE MERE JUIVE
Georges Wolinski se sent profondément juif.
En 1965, il illustre le livre de Dan Greenburg “Comment devenir une mère juive en dix leçons”, et en 2007, crée avec Jean-Pierre Barkats Hannukah Harry, un personnage qui parcourt le monde et les époques pour prévenir la dégradation de la planète. La BD est préfacée par Nicolas Hulot.
Wolinski a du mal à y voir clair dan le conflit israélo-arabe. Ce qui l’inquiète, c’est la dérive religieuse des deux cotés.

Marié à Jacqueline Saba de 1961 à 1966, avant qu’elle ne se tue en voiture pour éviter un chien, Georges se remarie en 1971 avec Maryse, née elle en Algérie. De son mari assassiné, sa veuve déplore : ”Mon mari est mort au champ d’honneur de sa profession”.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La ministre israélienne de la Culture, Miri Regev, demande à la nouvelle directrice de l’UNESCO, Audrey Azoulay, d’annuler les décisions niant le lien entre le peuple juif et le Mont du Temple, Jérusalem et Hébron....

La ministre israélienne de la Culture, Miri Regev, a adressé hier une lettre à la nouvelle directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoul...