jeudi 14 juillet 2016

Theresa May, nommée Première ministre par la reine Elizabeth II mercredi, est une fervente partisane d’Israël...


Deuxième femme à diriger le gouvernement britannique depuis Margaret Thatcher il y a 26 ans, Theresa May dont les idées et les discours ne sont pas forcement ceux de l’ancienne premier ministre, a en commun avec la « dame de fer »  son amitié pour Israël, la preuve par les actes….


Theresa May, tout comme Margaret Thatcher, décédée en 2013, est issue des classes moyennes et a effectué la quasi-totalité de ses études dans des écoles publiques. Thatcher était la fille d’un épicier et Theresa May vient également d’un milieu modeste.
Margaret Thatcher bien connue pour ses sévères politiques socio-économiques et son ultra-libéralisme, était une fervente partisane de l’Etat d’Israël et une grande amie du peuple juif. Elle fut le premier Premier Ministre britannique à visiter Israël au cours de son mandat en 1986. C’était un souhait qu’elle avait exprimé dès le début de sa carrière politique. Elle était aussi réputée au sein de la communauté juive britannique pour avoir une profonde admiration envers celle-ci, qu’elle considérait comme une communauté ayant une vraie éthique de travail et qui n’attendait pas d’aide de l’Etat pour atteindre le succès. Elle avait écrit dans ses mémoires : « Je n’ai jamais vu un Juif se laisser entraîner dans la pauvreté et le désespoir. Les Chrétiens devraient prendre exemple sur la façon dont les Juifs se prennent en main et réussissent par eux-mêmes ».
Theresa May entretien le même rapport que Tatcher avec Israël et avec la communauté juive britannique...
On se souvient encore du discours de la nouvelle premier ministre britannique prononcé à l’occasion de Yom Haatsmaout (Journée de l’Indépendance d’Israël) en 2015, organisé dans une synagogue de Londres par le mouvement de jeunesse Bne Akiva international. Lors de cette soirée, Theresa May n’avait pas tenus les propos conventionnels de la plus part des politiques européens, mais bien au contraire, elle avait tenu un discours chaleureux et compréhensif.


En 2014, Theresa May a  déploré l’assassinat des trois adolescents israéliens et a salué les courageux soldats israéliens qui ont payé « le prix ultime » pour défendre Israël en temps de guerre et contre le terrorisme.
Theresa May promet en outre de redoubler d’efforts pour éradiquer l’antisémitisme en Grande-Bretagne, elle a déclaré à l’instar de Valls que « Sans les Juifs, la Grande-Bretagne ne serait pas la Grande-Bretagne ». Mais aussi : « Le peuple Juif est, depuis longtemps, une partie importante et intégrale de ce pays » et « Nous chérissons l’énorme contribution que vous apportez » avait-elle ajouté.
Elle se considère donc être une véritable ami d’Israël et du peuple juif  à juste titre car c’est elle qui a , dans le cadre de ses fonctions ministérielles, modifié la législation britannique pour que des personnalités israéliennes n’aient plus de problème à mettre le pied sur le sol britannique sous peine d’être arrêtés et poursuivis.
C’est aussi elle qui a brandi l’écriteau « Je suis Juif », après l’attentat contre l’Hypercasher.
En 2014, elle a interdit à Dieudonné d’entrer au Royaume-Uni. Elle a également interdit l’entrée sur le territoire britannique à des islamistes antisémites. En décembre dernier, elle remplaçait David Cameron à la fête de Hanoukka de Downing Street aux côtés de grand rabbin Ephraim Mirvis.
La nouvelle Premier ministre britannique a commencé à former son gouvernement. Parmi les nominations importantes, celle de Boris Johnson, ancien maire de Londres, qui est nommé ministre des Affaires étrangères. Il s’agit encore d’une très bonne nouvelle pour Israël car Boris Johnson aussi est un ami enthousiaste d’Israël.
La dernière visite de Johnson en Israël remonte en novembre dernier, il avait déclaré admirer « Israël pour l’audace, le courage et la volonté de prendre des risques ». Et il avait surtout qualifié BDS (boycott, désinvestissement et sanctions anti-israélien) de « gauchistes universitaires en chemise de velours côtelé».
On se souvient aussi de sa declaration qui avait fâché les palestiniens : « Je n’imagine pas que l’on puisse  boycotter la seule démocratie dans la région, le seul endroit qui, à mon avis, est une société ouverte et pluraliste ».
En outre, espérons que Theresa May et son nouveau ministre des Affaires Étrangères restent les mêmes à l’égard d’Israël après leur ascension au pouvoir….

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Français, sortez vos chéquiers : une nouvelle loi permettra aux Algériens de venir plus nombreux se faire soigner en France....

Quelques jours seulement après la visite du Président français Emmanuel Macron en Algérie, les lobbyistes algériens de l’Assemblée Nati...