jeudi 28 juillet 2016

Mon petit dino végétarien, pourquoi as-tu de grandes canines ?


VIDÉO. Découvert en Afrique du Sud, l'Heterodontosaurus vient d'être entièrement ausculté par le synchrotron de Grenoble.



Voilà 200 millions d'années, ce mignon petit dinosaure de 1,20 m de hauteur gambadait gentiment sur un continent encore vierge de prédateurs humains. La vie était belle et l'herbe dont il se nourrissait, abondante. Reste qu'il possédait quatre longues canines aiguisées qui posent encore question aux paléontologues. Soudain, le voilà qui saute à deux pieds joints dans des sables mouvants. Pauvre petite bête qui s'enlise et meurt. Un drame passé sous silence par la SPA…
Deux cent millions d'années plus tard, en 2005, son fossile, prisonnier de la roche, réapparaît en surface, dans une rivière coulant pas loin de la ville du Cap. Par chance, le paléontologue Billy de Klerk passe au bon moment. Après de longues semaines d'efforts, il arrache à la roche le plus beau fossile jamais trouvé d'Heterodontosaurus. « Quelques années de plus dans ce lit de rivière et le fossile aurait été emporté. Nous étions juste là au bon moment, au bon endroit », confie de Klerk. Le souci est que le squelette fossile est si fragile qu'il est impossible de tenter de l'arracher à la roche. D'où l'idée, quelques années plus tard, de l'apporter au synchrotron de Grenoble (ESRF), le seul capable de scanner suffisamment en finesse l'animal à l'extérieur et à l'intérieur de la roche pour le reconstituer virtuellement dans le moindre de ses détails.

Les lignes de lumière combinant des faisceaux de rayons X larges de haute énergie et d'une brillance intense sont d'une rare efficacité pour arracher leur secret aux fragments d'os immergés dans la pierre. Ceux-ci permettront aux paléontologues Jonah Choinière (université de Witwatersrand) et Vincent Fernandez (ESRF) de bien mieux savoir comment ce sympathique dino mangeait, se déplaçait, respirait et faisait l'amour.
 Car même un dinosaure peut être romantique. « Sur les premiers scans, on peut voir les ouvertures dans le crâne pour les organes de l'équilibre, ce qui nous apprend comment il tenait sa tête quand il bougeait. C'est le genre de données que vous ne pouvez pas obtenir avec une vue 2D du crâne. C'est vraiment enthousiasmant », s'exclame Jonah Choinière. Mais, surtout, les chercheurs tenteront de comprendre à quoi lui servaient ces grosses canines aiguisées. À déterrer des racines, à combattre les autres mâles ?
Le synchrotron de Grenoble n'en est pas à son coup d'essai avec les fossiles. Il a déjà été à l'origine de nombreuses révélations sur des œufs d'un des plus vieux dinosaures au monde ou encore sur des fossiles de la lignée humaine comme Toumaï et Sediba. Son prochain défi sera de percer le mystère du crâne d'un célèbre fossile exhumé en Hongrie, le Sarkauzum nagybocsum.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une section du mur Occidental découverte 1 700 ans plus tard....

Une nouvelle partie du mur Occidental récemment mise au jour ainsi que les vestiges du premier bâtiment public romain découvert dans la...