samedi 23 juillet 2016

Ce que l’on sait de la fusillade à Munich..


Neuf personnes ont été tuées et seize blessées lors d’une fusillade dans uncentre commercial de Munich (Allemagne), vendredi 22 juillet en fin d’après-midi.« L’auteur est un Germano-Iranien de 18 ans de Munich » qui n’était pas connu des services de police, a déclaré le chef de la police locale, Hubertus Andrä, lors d’une conférence de presse, dans la nuit de vendredi à samedi.

Les motivations du tireur sont « totalement non élucidées » à ce stade et il s’est suicidé peu après l’attaque. Selon M. Andrä, il a crié quelque chose au moment depasser à l’acte. Mais le chef de la police a souligné que l’enquête n’avait pas encore permis de déterminer le contenu de ces cris. Une perquisition était en cours, samedi matin, au domicile de ses parents, dans un immeuble de la Dachauer Strasse où il vivait, selon plusieurs médias allemands.
La fusillade a éclaté à 17 h 52, devant un restaurant McDonald’s. Une vidéo amateur, postée sur les réseaux sociaux, montre des personnes en train de fuir le restaurant et un homme vêtu de noir tirant à plusieurs reprises sur eux au pistolet. 

Les tirs se sont poursuivis dans le centre commercial voisin. Il a ensuite pris la fuite. Un agent de police lui a alors tiré dessus : l’autopsie devra révéler s’il l’a touché ou non. Le tueur a ensuite été retrouvé mort vers 20 h 30, à environ un kilomètre du centre commercial. La police a constaté qu’il s’était donné la mort.

Parmi les seize blessés, trois sont très grièvement touchés ; elles se trouvaient entre la vie et la mort. Des enfants figurent parmi les blessés et de « jeunes personnes » parmi les morts, selon M. Andrä. Une nouvelle conférence de presse a été annoncé pour samedi, à midi.

  • Des motivations inconnues, l’ombre du terrorisme

En début de soirée, la police allemande parlait de « situation terroriste », mais affirmait qu’il n’y avait « pas de preuve d’un attentat islamiste ». Aucune hypothèse n’est exclue quant au mobile de l’attaque, a aussi déclaré Peter Altmaier, directeur de la chancellerie fédérale, après une réunion de crise. La chancelière allemande Angela Merkel a convoqué pour samedi matin à Berlin une réunion de son conseil fédéral de sécurité.
Dans un entretien à la télévision publique dans la nuit, le directeur de la chancellerie, Peter Altmaier, proche collaborateur d’Angela Merkel, qui dispose des informations des services de renseignements, a précisé « n’exclure aucune piste » sur les motivations de la fusillade. Il a évoqué la possibilité d’un acte islamiste, mais aussi d’autres motivations, en rappelant par exemple que le 22 juillet était la date anniversaire de la tuerie du terroriste d’extrême droite Anders Breivik, en Norvège, qui avait fait 77 morts.

Pour l’instant, la police a indiqué ne pas disposer de preuve tangible permettant d’étayer une thèse ou l’autre, le tueur n’ayant pas été entendu ou filmé proférant une allégeance religieuse, contrairement à certaines informations parues dans la nuit.

Lundi, une attaque à la hache avait été perpétrée dans un train à Würzburg, également en Bavière. L’assaillant, un demandeur d’asile afghan de 17 ans, avait blessé quatre touristes de Hongkong et une passante, avant d’être abattu par la police. L’attaque avait été revendiquée par l’organisation Etat islamique (EI). 

Il s’agissait de la première revendication formulée par l’EI en Allemagne, même si Berlin ne pense pas en l’état que le groupe ait commandité l’attentat. Thomas de Maizière, le ministre fédéral de l’intérieur, a averti mercredi ses concitoyens que l’Allemagne « se trouve dans le viseur du terrorisme international ».





  • A Munich, la panique et la confusion

La ville de Munich a connu une soirée de peur et de confusion. La police avait d’abord évoqué « jusqu’à trois » tireurs présumés en fuite, avant d’estimer finalement qu’un seul a participé à la fusillade. Une voiture suspecte avec deux hommes à bord avait été aperçue par des témoins en train de fuir à vive allure près de l’endroit des faits. « Il est apparu que les deux hommes n’avaient absolument rien à voir », a expliqué M. Andrä, lors de sa conférence de presse.



L’agglomération bavaroise avait été placée en état d’alerte en début de soirée, avec la mobilisation de l’ensemble des « moyens disponibles », selon la police de Munich. Des hélicoptères ont sillonné le ciel. L’unité d’élite de la police spécialisée dans les affaires de terrorisme (GSG9) et la police fédérale ont été mobilisées, dans une vaste intervention dans toute la ville à la recherche des assaillants.
La police a affirmé réagir « comme si c’était une attaque terroriste », permettant dedéployer une mobilisation maximale. Un vaste secteur autour du centre commercial Olympia, le plus grand de Bavière, a été rapidement bouclé par les forces de l’ordre.


La police locale a recommandé à la population d’« éviter la zone autour du centre commercial », ainsi que les rues et tous lieux publics, et invité à rester chez soi, évoquant une situation très confuse. L’ensemble des transports en commun (métro, bus et tramway) ont été suspendus, et la gare centrale de Munich évacuée. Les habitants de Munich ont lancé une opération sur Twitter pourpermettre aux personnes dans la rue de se réfugier chez eux ; les mosquées de Munich ont également ouvert leurs portes :

La police a mis en place un numéro d’urgence pour informer les citoyens : 089-29101910 ; la police locale de Munich a ouvert une hotline pour les proches : 0800-7766350 (+ 49 depuis la France).
L’ensemble de ces mesures ont finalement été levées à 1 h 30. Les transports en commun ont donc repris. Seuls les stations à proximité du centre commercial restent fermées, rapportait la police locale, samedi matin.
  • Soutiens d’Obama et de Hollande

Les réactions politiques en Allemagne sont restées très limitées. Contrairement àBarack Obama, à François Hollande ou à d’autres responsables politiques, qui se sont exprimés très vite dans la nuit, la chancelière, Angela Merkel, en vacances, n’est pas intervenue directement.

Le président allemand, Joachim Gauck, s’est dit « horrifié » par cette « attaque meurtrière », tandis que Thomas de Maizière, le ministre de l’intérieur, qui venait de partir pour les Etats-Unis, a décidé d’interrompre ses vacances et de regagnerl’Allemagne.
Seul le directeur de la chancellerie, Peter Altmaier, a donné une interview à la télévision publique dans la nuit.
Le président américain, Barack Obama, a promis aux Allemands « tout le soutien dont ils auront besoin », et le président François Hollande a adressé un« message personnel de soutien » :
« L’attaque terroriste qui a frappé Munich, faisant de nombreuses victimes, est un nouvel acte ignoble qui vise à saisir d’effroi l’Allemagne après d’autres pays européens. Elle fera face. Elle peut compter sur l’amitié et la coopération de la France. »

Le ministère iranien des Affaires étrangères a également condamné l’attaque menée par le suspect Allemand qui avait la double nationalité iranienne. L’Iran« exprime sa solidarité avec le peuple et le gouvernement allemand », a déclaré Bahram Ghassemi, porte-parole de la diplomatie iranienne, cité par les agences de presse Irna et Isna. M. Ghassemi a condamné « l’assassinat d’innocents sans défense » et a affirmé qu’« il n’y a d’autres choix que la lutte totale et sans distinction » contre le terrorisme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Aller de l’avant… par Avraham Azoulay...

Lors de cette fameuse réunion annuelle initiée par le ministère de l’Alya et de l’intégration, toutes et tous y étaient. La ministre So...