jeudi 2 juin 2016

Karim Benzema, tais-toi !


L'avant-centre du Real a encore perdu une belle occasion de se taire. Et se découvre bien tardivement une âme de militant antiraciste !


ll y a trois ans, Karim Benzema se targuait de ne pas chanter La Marseillaise et affichait son mépris à la face de ceux qui le lui reprochaient. Nous avions alors publié une tribune, Karim Benzema, tais-toi !, fustigeant ce comportement bêtement provocateur et infantile. Les réseaux sociaux s'étaient enflammés et l'agent de l'avant-centre de l'équipe de France nous avait menacés de mille représailles. Le joueur n'a visiblement pas tenu compte de ce conseil, pourtant bien intentionné. 

Dans le journal espagnol MarcaBenzema accuse le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps d'avoir « cédé à la pression d'une partie raciste de la France » en ne le choisissant pas pour l'Euro. Commode anathème qui évite à celui qui le prononce de faire son examen de conscience, de se demander s'il était vraiment utile au collectif souhaité par Deschamps et si son image de « fouteur de merde », d'élément qui peine à se fondre dans une équipe, n'était pas une raison suffisante pour justifier sa non-sélection.

Les mots justes de Dominique Sopo

Au lieu de cela, Benzema a décidé de dégainer l'arme atomique. Il n'existe guère d'arguments plus inélégants et choquants qu'une telle sortie. Le racisme et l'antisémitisme sont des maux trop graves pour laisser un égoïste individualiste et plein de lui-même les utiliser à son seul profit pour se faire passer pour une victime. Et d'allumer à dessein un dangereux et injustifié contre-feu communautariste... Quelques médias sont tombés dans le piège. Dominique Sopo, président de SOS Racisme, ne s'est pas laissé abuser et a renvoyé vertement le footballeur dans ses buts. Il a eu des phrases définitives et convaincantes. « C'est bien la première fois que j'entends Karim Benzema s'intéresser aux questions de racisme, a-t-il ironisé. Et il se trouve qu'il le fait lorsque son cas personnel est engagé. »
Le président de l'association antiraciste a ajouté qu'il aurait « beaucoup aimé » que le footballeur mette sa notoriété « au service du drame des migrants qui meurent en Méditerranée » ou « au service des jeunes de quartier qui subissent la discrimination quand ils sont trop bronzés ». « Nous sommes face à un personnage qui montre un certain degré d'égoïsme et de narcissisme, et qui ne porte d'intérêt à la question du racisme que quand ça le concerne », a-t-il déploré. Avant de dire tout haut ce que l'immense majorité pense tout bas : les déclarations de Benzema sont « du foutage de gueule ».
La liste des 23 joueurs retenus par Didier Deschamps prouve qu'aucun critère racial n'est entré en ligne de compte. Depuis 1998, l'équipe de France est Black-Blanc-Beur. Prétendre le contraire est un mensonge. Cet Euro de football ne nous permettra pas de savoir si Benzema est un grand joueur, mais confirmera qu'il est un petit monsieur !
Accédez à l’intégralité des contenus du Point à partir de 1€ seulement >>
http://www.lepoint.fr/sport/football/euro-2016/karim-benzema-tais-toi-episode-2-02-06-2016-2043782_3088.php?M_BT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Appelez-moi Sioniste. Lisez ce texte, il est sublime !

Appelez-moi Sioniste. Vous nous appeliez Judéens au temps du roi David. Vous nous appeliez Hébreux après notre exil forcé. Vous nous ...