lundi 23 mai 2016

Sur l’Airbus Egyptair MS804, l’inscription d’un graffiti disait « nous allons abattre cet avion »


Egyptair savait que des menaces terroristes pesaient sur la compagnie, y compris une, spécifique, inscrite en arabe sous le fuselage de l’avion qui s’est écrasé en Méditerranée il y a 3 jours : « nous allons abattre cet avion ».

Il y a deux ans, un graffiti a été découvert sur (ou plutôt sous) cet Airbus A320 d’Egyptair, avec l’inscription suivante : « nous allons abattre cet avion ».
Selon le New York Times qui révèle le prémonitoire graffiti, le graffiti est apparu lors d’une manifestation des Frères musulmans et a été interprêté alors par la compagnie aérienne non pas comme une menace terroriste, mais comme un signe de protestation contre le président Abdel Fattah El-Sisi, qui avait renversé à la demande du peuple, le président Mohammed Morsi, un Frère musulman qui s’était fait démocratiquement élire, puis avait immédiatement vérouillé la démocratie, en modifiant la constitution et s’attribuant les pleins pouvoirs.
En 2013, la compagnie aérienne purgea son personnel d’un certain nombre d’employés suspectés d’être des terroristes car ayant des liens avec l’organisation des Frères musulmans, classée terroriste dans plusieurs pays arabes.
Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et choisissez le montant de votre don.
Trois responsables sécurité d’EgyptAir ont expliqué avoir déterminé que le graffiti, qui a été inscrit il y a environ 2 ans, était le travail d’employés de l’aéroport du Caire. Jouant sur les similarités entre les dernières lettres de l’immatriculation de l’avion SU-GCC, et le surnom du président égyptien el-Sisi, d’autres employés inscrivèrent également les mots « traitre » et « meurtrier », expliquent les agents, qui ont été séparément questionné et ont demandé à garder l’anonymat.
Depuis ces incidents, la compagnie avait mis en place de nouvelles mesures de sécurité, en réponse aux attentats jihadistes dans le désert du Sinaï et de l’attentat contre l’avion russe de Metrojet qui a tué 224 personnes en octobre. Parmi ces mesures, EgyptAir a expulsés des employés jugés trop proches de l’islam, et a ajouté un agent de sécurité sur les vols. Trois de ces agents ont trouvé la mort dans le drame du vol 804.
22SECURITY2-master675
Bien entendu, ces considérations pèsent lourd dans les questions que se posent les experts sur les causes possibles de l’écrasement de l’avion. Notamment, il semble maintenant probable – mais pas confirmé – que l’ouverture d’une fenêtre à droite dans le cockpit est le signe d’une explosion depuis l’intérieur de l’avion, car sa partie droite a subie de plus gros dégâts qu’à gauche. 

De plus, les autorités françaises du BEA confirment que plusieurs signaux d’alarme de fumée se sont activées tandis que l’avion plongeait vers la mer, tout en observant que ces signaux ne donnent cependant pas assez d’informations sur les causes du crash.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Français, sortez vos chéquiers : une nouvelle loi permettra aux Algériens de venir plus nombreux se faire soigner en France....

Quelques jours seulement après la visite du Président français Emmanuel Macron en Algérie, les lobbyistes algériens de l’Assemblée Nati...