mardi 7 août 2018

Affaire Benalla : la fausse information sous serment du préfet de police....


Le couple arrêté par Alexandre Benalla le 1er mai n'avait pas menti à la police... Selon "Le Monde" de ce 7 août, les deux trentenaires ont bien livré leur véritable identité aux forces de l'ordre, contrairement à ce qu'a affirmé sous serment le préfet de police, le 25 juillet dernier, devant la commission d'enquête de l'Assemblée.
Qu'est-il passé par la tête du préfet de police, Michel Delpuech ? Le 25 juillet dernier, le haut-fonctionnaire a expliqué devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale, réunie pour tirer au clair les évènement du 1er mai, que les deux trentenaires vivement appréhendés par le collaborateur du président de la République, Alexandre Benalla, place de la Contrescarpe, "n’avaient pas de papiers sur eux" et avaient "déclaré de fausses identités". Une information qui pouvait jeter le discrédit sur un couple au mensonge suspect. Or, Le Monde révèle ce mardi 7 août que les trentenaires, un jeune homme de nationalité grecque, travaillant à Paris comme cuisinier, et une jeune graphiste française, ont bien dit la vérité aux forces de l'ordre. Tous deux ont notamment livré leur véritable identité aux policiers.
C'est la sûreté territoriale de Paris - un service situé sous l'autorité de la préfecture de police - qui a confirmé cette information à la justice. Dans une lettre au parquet, ses responsables expliquent que toutes les personnes ne s'étant pas signalées par des "atteintes particulières ou dangereuses" et n'appartenant pas à "la mouvance black bloc" ont été relâchées, le 1er mai au soir. Ce qui est donc le cas de ce couple, ce que confirme par ailleurs la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP). Le rapport concernant le restaurateur grec fait bien état de son véritable nom, de sa véritable adresse et de son adresse exacte. Quant à la graphiste, elle a présenté ses papiers à... Philippe Mizerski, le major chargé d'accompagner Alexandre Benalla. C'est lui qui a rédigé sa fiche, entièrement renseignée. 
Le 25 juillet dernier, Michel Delpuech, le plus haut gradé de la préfectorale, a donc délivré une information fausse - selon ses propres services - , alors qu'il s'exprimait sous serment. Comment cette erreur a t-elle été possible ? Aux enquêteurs de le dire. Selon l'article 434-13 du code pénal, applicable aux commissions d'enquête parlementaires, "le témoignage mensonger fait sous serment devant toute juridiction ou devant un officier de police judiciaire agissant en exécution d'une commission rogatoire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d'amende".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La leçon du Moyen-Orient: les fils d'anciens autocrates sont des autocrates modernes....

Encore et encore, les fils d'autocrates arabes aiment se présenter comme des «réformateurs» des régimes autoritaires mis en place ...