jeudi 29 mars 2018

Les cercles politiques tunisiens ont peur du Mossad....


Le régime tunisien, qui est incapable depuis 7 ans de mette fin à la menace terroriste malgré la mobilisation de son armée et de ses forces de l’ordre, continue de dissimiler ses échecs à ses citoyens en se cachant derrière le mythe du Mossad.

Le président de l’Instance tunisienne de lutte contre la corruption, Chawki Tabib, a déclaré, il y a quelques jours, sur les ondes d’une radio privée, qu’un haut responsable de l’Etat lui a révélé que le Mossad a largement infiltré les services de l’Etat.
Dans sa déclaration reprise par le site Tunisie Numérique, Chawki Tabib accuse les Israéliens d’avoir mis sur écoute le gros du personnel politique tunisien à travers un réseau parallèle d’écoute. Il s’est dit, par ailleurs, étonné de «la passivité des services du ministère de l’Intérieur face à cette situation».
Ce n’est pas la première fois qu’un tel péril est évoqué. La presse tunisienne a révélé aussi récemment l’existence d’un vaste réseau d’espionnage animé par un Français et dans lequel sont impliquées de hautes personnalités de l’Etat tunisien. Ce réseau compterait même dans ses rangs de proches collaborateurs de la Présidence tunisienne. L’éclatement du scandale a débouché d’ailleurs sur l’arrestation d’un conseiller du ministre de la Santé ainsi que d’un directeur central au niveau du ministère tunisien des Domaines de l’Etat.
De son côté, Borhène Bsaïes, chargé des affaires politiques du parti au pouvoir Nidaa Tounes, avait qualifié sur sa page Facebook cette affaire de «séisme politique», confirmant l’existence d’un tel réseau qui travaille à fournir des éléments secrets et confidentiels à un homme d’affaires français établi en Tunisie. Bsaïes avait aussi déploré le fait que l’Etat veuille imposer un blackout sur cette information.
Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
Le fait d’évoquer cette question dans l’espace public est une victoire en soit pour le Mossad. Par ailleurs, les Israéliens peuvent se féliciter du fait qu’Israël soit pionnière en matière de renseignement sur le monde arabe. Sur un autre plan, le plus grand défi que les Israéliens doivent relever aujourd’hui réside dans le maintien de cette peur  effective  chez les responsables arabes. Israël doit garder un œil sur tous ces trouillards arabo-musulmans. Les services de sécurité israéliens du Maghreb Operations Center, qui suivent de près l’évolution au Maghreb, font preuve d’une véritable efficacité logistique dans la direction des opérations et des actions clandestines.
Le professionnalisme des Israéliens et leurs capacités extérieurs les font redouter par les responsables maghrébins qui ont du mal à comprendre comment le Mossad opère si loin de ses bases. C’est d’ailleurs grâce au long travail de coulisse mené par les katsas [officiers des collections], les sanayim [assistants, en hébreu] et d’autres alliés que les services du Mossad ont pu remporter de nombreuses opérations et cela, les responsables maghrébins ne le digèrent pas.
Les Israéliens ont depuis longtemps leurs entrées au Maroc et en Tunisie. Les ressortissants israéliens peuvent d’ailleurs voyager sans problème dans ces deux pays. L’Algérie est actuellement le pays qui résiste le plus au Maghreb. Les services spéciaux israéliens et les officiers traitants du Clandestine Information Staff accordent un intérêt particulier aux projets de l’armée algérienne, tout comme ils scrutent de très près les relations qu’entretient l’Algérie avec la Russie, le Hezbollah et l’Iran, ses plus farouches ennemis.
Moscou entretient de profondes relations et surtout des coopérations militaires avec ce pays. Moscou approvisionne l’Algérie en armes ultra-développées, dont les missiles S-400 et Iskander. Israël doit aussi, dans sa stratégie future, contrer l’Algérie qui gagne du terrain sur le continent.
Le Mossad, qui a renforcé sa position ces dernières années en Éthiopie, au Kenya, au Ghana, au Nigeria et en Ouganda, peut s’infiltrer en Algérie après une réorganisation complète des méthodes du travail imaginées par le Support Resources Staff et une division opérationnelle connue sous le nom de Tsomet (intersection) ou Melukha (royaume).
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
La communauté du renseignement et les unités d’analyses du Mossad continuent de concevoir les meilleurs solutions possibles pour renforcer les « stations » et « bases » réparties sur l’ensemble du continent africain, dont leurs télécommunications extrêmement sophistiquées conçues par la Technology Management center.
Quand on tente de dresser un bilan de l’efficacité du Mossad, on est impressionné par la puissance logistique de cette organisation : la direction des plans à Tel-Aviv, avec ses analystes et ses archives, la direction technique, la centrale de la liaison avec l’étranger, les services du monde arabe, la division Maghreb et les bureaux européens et africains.
Le Mossad n’a apparemment pas de problèmes de recrutement : si vous voulez accéder aux cerveaux arabes en Algérie, en Tunisie ou au Maroc sachez qu’ils font leurs études à l’étranger.
Si vous voulez accéder aux officiers supérieurs de l’armée ou leurs pilotes, ils sont tous formés en France, aux Etats-Unis et en Russie. Leurs commandos s’entraînent en Italie, et en France. Vous pouvez les recruter dans ces pays : c’est bien plus facile, et bien moins dangereux ! La plupart des pays arabes n’ont pas de grandes écoles militaires.
Si vous voulez recruter un diplomate marocain, vous n’avez pas à aller à Rabat pour ce faire. Vous pouvez le faire… à Paris ! Si vous voulez des infos sur un missile algérien, vous l’obtiendrez à Paris, ou à Moscou, capitales des pays où ce missile est fabriqué. Vous obtiendrez moins d’infos sur un sujet particulier en Tunisie de la part des Tunisiens eux-mêmes que vous n’en recueillerez auprès des Français ou des Américains.
Si vous voulez accéder aux cercles politiques, il y a une série de procédures à suivre mais tout est possible surtout que ces pays sont très corrompus. Si l’organisation découvre assez vite que certaines de ses recrues sont des “planches pourries” elle recrute des individus d’une certaine valeur et arrive même à s’introduire chez un président de la République… dans un pays au Maghreb.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

"On peut enfin écouter toutes les chansons dont l'EI nous a privés pendant 3 ans": à Mossoul, One FM veut effacer l'idéologie terroriste;...

Sans jihadistes pour brouiller les ondes, les radios fleurissent à Mossoul... A l'époque des jihadistes, il n'existait qu'...