samedi 4 août 2018

L’ancien ministre koweïtien Sami Al-Nesf fustige la stratégie extrémiste palestinienne : « Les Arabes ont perdu toutes les guerres contre Israël et doivent en payer le prix » (Vidéo)



Sami Abdullatif Al-Nesf, ancien ministre koweïtien de l’Information, a déclaré que tout au long de l’histoire, la cause palestinienne a souffert à cause des extrémistes. « Les terres sont récupérées par la paix, pas par la guerre », a-t-il affirmé. Il a critiqué le Grand Mufti de Jérusalem, Hajj Amin Al-Husseini, pour avoir contrecarré le plan de partage, exhorté les Palestiniens à partir, en réaction démesurée à Deir Yassin et maintenu les Palestiniens dans des camps de réfugiés.

Al-Nesf, pilote et ancien président et directeur général de Kuwait Airways, a déclaré : « Tant que nous ne nous tournerons pas vers le genre de pensée raisonnable qui nous fait défaut depuis un siècle, nous continuerons à accuser les voix de la raison d’être des traîtres, des criminels et des collaborateurs, pour emprunter la voie de l’extrémisme, qui débouche toujours sur une catastrophe. »

Et d’ajouter : « La question du déplacement [de personnes] est une chose courante » et « nous avons choisi de faire la guerre et l’avons perdue, ainsi, logiquement, nous devrions en payer le prix ». L’interview avec Al-Nesf a été diffusée sur la chaîne web koweïtienne Diwan Al-Mulla le 11 juillet 2018. 

Extraits : 
Sami Abdullatif Al-Nesf : A travers l’histoire, personne n’a autant nui à la cause palestinienne que les groupes qui rivalisent dans leur degré d’extrémisme. Peu de gens savent qu’en 1937, la Commission royale Peel britannique avait conclu qu’il devrait y avoir deux Etats, solution dont on pleure aujourd’hui la perte.
La commission Peel a octroyé aux Palestiniens 90 % de la terre – 25 000 kilomètres carrés – tandis que les juifs ont reçu un mini-Etat de 2 500 kilomètres carrés, dans des zones qui étaient juives à travers l’histoire, aux alentours de Tel-Aviv. […]
Les slogans bruyants et vides du mufti Amin Al-Husseini ont contrecarré le plan des deux Etats. Al-Husseini s’est enfui chez Hitler, en misant sur le mauvais cheval. Ce que j’essaie de montrer, c’est qu’historiquement parlant, la cause palestinienne a perdu du temps, et une fois de plus à cause des extrémistes, non à cause des modérés.
Journaliste : A cause des braillards extrémistes…
Sami Abdullatif Al-Nesf : Israël n’a jamais bénéficié des modérés, mais des gens qui crient : « L’Accord du siècle ? Non à la paix ! » Une autre chose dont j’ai été témoin personnellement, contrairement à beaucoup d’autres qui parlent de la cause palestinienne, sont les changements sur le terrain. Aujourd’hui, quand vous allez à Jérusalem et en Cisjordanie, vous voyez que tout a changé. Le nombre de colons a atteint un million, et ils ne partiront jamais. Il n’y a plus des structures préfabriquées, comme au début. Aujourd’hui tout est en béton. Aucune colline n’est laissée vacante. Ainsi, à moins que nous ne nous tournions vers le genre de pensée raisonnable qui nous fait défaut depuis un siècle, nous continuerons d’accuser les voix de la raison d’être des traîtres, des criminels et des collaborateurs, pour emprunter la voie de l’extrémisme, qui débouche toujours sur une catastrophe. […]
[Les juifs ont dit] que tout Etat vaut mieux que pas d’Etat du tout. Ils ont dit qu’accepter [le plan] valait mieux que le rejeter, dans l’espoir que l’autre camp le rejetterait. Ainsi, la partie juive a accepté ses 10 %…
Journaliste : Alors que les Arabes ont refusé…
Sami Abdullatif Al-Nesf : Où est allé [Al-Husseini] ? Il s’est enfui chez Hitler… A ce jour, la cause palestinienne paie le prix des photos de lui avec Hitler. […]
Premièrement, [Al-Husseini] a rejeté le plan de partition de 1948, par lequel [les Palestiniens] auraient gagné…
Journaliste : Il comprenait la Cisjordanie et l’ensemble de…
Sami Abdullatif Al-Nesf : Deuxièmement, il a exhorté les Palestiniens à partir, en exagérant ce qui s’est passé à Deir Yassin et ailleurs. Pour votre information, des massacres ont eu lieu des deux côtés. Il l’a exagéré, en raison de sa théorie selon laquelle les Palestiniens devaient partir pour faciliter l’intervention des armées arabes.
En outre, il pensait que les Palestiniens pourraient recevoir des armes à l’étranger. Eh bien, ils sont partis et ne sont jamais revenus. Le plus grand crime d’Al-Husseini a été son insistance pour maintenir les Palestiniens dans des camps de réfugiés. Quand les Arméniens ont émigré, ils ne sont pas allés dans des camps de réfugiés. Quand les Kurdes ont émigré, ils ne sont pas allés dans des camps de réfugiés. […]
Cet homme, avec son extrémisme, a nui à la cause palestinienne. Il a dit : Pour éviter de perdre la cause palestinienne, maintenons les Palestiniens dans des camps de réfugiés au Liban, en Jordanie et partout ailleurs. Ils ont été placés dans des camps de réfugiés, et jusqu’à ce jour, ils en paient le prix. Je dis à nos frères palestiniens : Les propos radicaux sont-ils tout ce qui vous intéresse ? Voulez-vous vraiment que votre cause soit perdue ?
Journaliste : Les slogans sont-ils tout ce qui les intéresse ?
Sami Abdullatif Al-Nesf : Tout à fait. Les slogans. Laissez-moi vous raconter ce que Mahmoud Abbas m’a dit, et ce que j’ai dit à Khaled Mashaal à Damas, et à Ismail Haniya à trois reprises, alors que nous dînions chez lui à Gaza. Abbas a déclaré : « La cause est sur le point d’être perdue. Trouvons une solution avec Israël, afin de conserver au moins ce qui reste de la terre. » Chaque fois que les extrémistes provoquent une guerre, de nouvelles terres sont perdues, et chaque fois que la paix est signée, la terre est récupérée. Le Sinaï n’a pas été récupéré par la guerre. Il a été perdu deux fois en temps de guerre et a été regagné par la paix. C’est par la paix que la Jordanie a repris la terre qu’elle avait perdue dans la guerre de 1967. Les terres sont récupérées par la paix, non par la guerre. […]
[Le Hamas a dit à Abbas] qu’ils voulaient un gouvernement d’unité. Très bien, a-t-il dit. La différence entre nous est que vous ne reconnaissez pas Israël. Exact, ont-ils dit. Nous voulons libérer la Palestine du fleuve à la mer. Il leur a demandé : Avec quelles armes allez-vous le faire ? [Abbas] dit : Depuis que nous avons été expulsés des terres de 1967 à cause de l’extrémisme arabe – en Syrie, en Égypte et ailleurs – nous sommes devenus complètement dépendants d’Israël. Il a dit : Si nous donnons des postes ministériels  au Hamas, où est-ce qu’un ministre de l’Agriculture [du Hamas] obtiendra-t-il de l’eau ? L’eau vient d’Israël. Disons que vous êtes le ministre des Finances. La monnaie qui a cours à Gaza et en Cisjordanie est le shekel. Si vous voulez de l’argent, vous l’obtenez d’Israël. L’électricité à Gaza et de Cisjordanie provient aussi d’Israël.
Journaliste : Le pétrole provient d’Israël…
Sami Abdullatif Al-Nesf : La nourriture, l’eau, tout… […] En 1917, tout comme il y avait des extrémistes, il y avait également des gens sages et raisonnables. L’un d’entre eux était [l’homme politique libanais] Shakib Arslan. Il a dit : Lorsque j’ai visité les colonies [juives], j’ai compris qu’elles étaient comme une locomotive moderne, qui pourrait nous sortir de notre ignorance, de notre pauvreté, etc. Ces gens étaient des Européens, venus cultiver la terre des colonies, a-t-il dit. Il y avait des Palestiniens qui ont dit la même chose. Certains Palestiniens ont dit : [Les juifs] sont ici depuis 1700-1800 et à travers l’histoire. Les Israélites et la Terre d’Israël sont mentionnés dans le Coran. Où était-ce ? En Afrique ? Non, c’est la même terre. Trouvons un terrain d’entente, ont dit ces gens. Al-Husseini, Arafat, Ahmad Shukeiri et tous ceux qui ont brandi la bannière de l’extrémisme ont nui à la cause palestinienne et à la cause des Arabes. […]
Les Palestiniens aujourd’hui, avec leur extrémisme rhétorique… Ce ne sont pas seulement les Palestiniens, mais nous, les Arabes en général. Nous constituons le meilleur type d’ennemi du monde : des terroristes malfaisants et méchants, qui sont faibles. Eh bien, vous ne pouvez pas avoir les deux. Le Hamas, avec tous ses slogans, devrait nous montrer les avions et les tanks qui reflètent sa capacité à faire ce qu’il dit. Il n’en a aucun. Certains disent : ô pour les jours de Saladin… Les [croisés] européens ne sont pas venus en colons. Ils ont été incités par le mensonge selon lequel les Arabes les opprimaient. Ils n’ont fait qu’entrer et sortir. C’était une affaire triviale pour eux… Même Jérusalem – après sa libération par Saladin, son frère, Al-Adil I, a essayé de la rendre aux croisés, mais ils n’en voulaient pas. Ils ont dit qu’ils ne voulaient que les villes côtières. Il en va de même avec tout le problème des colonies… Les Blancs d’Afrique du Sud sont toujours là-bas. Ils ne sont pas partis […]
La question du déplacement [de personnes] est une chose courante. Nous avons prétendu que [1948] était la première fois que cela se produisait, mais ce n’est pas vrai, que cela nous plaise ou non. En outre, il est important de comprendre – et c’est une chose avérée à travers l’histoire –  que si vous perdez une guerre, vous en payez le prix. Nous sommes les seuls à refuser de payer le prix, alors que nous avons perdu la guerre de 1948. Nous avons perdu les guerres de 1956 et 1967, mais nous refusons de payer le prix. Ça ne marche pas comme ça. Nous avons choisi de déclencher la guerre et avons perdu, donc logiquement, nous devrions en payer le prix. Une autre chose s’est avérée à travers l’histoire. Si je fais un marché pour vous acheter cette table pour 10 dinars, cette offre est valable seulement maintenant. Si vous acceptez le prix de 10 dinars, l’accord entre en vigueur maintenant. Mais sinon, je ne peux pas revenir un an ou deux plus tard, après qu’il s’avère que la table vaut une fortune – disons 1 000 dinars – et vous dire : Abou Ahmad, vous vous souvenez de notre marché de l’année dernière ? L’offre était de 10 dinars, mais aucun accord n’a été signé. Si les Palestiniens avaient accepté l’une de ces transactions du passé, la balle aurait été dans le camp israélien maintenant. […]
Jérusalem était sous l’occupation des croisés pendant 200 ans, mais il n’y avait pas une seule fatwa interdisant de visiter la ville.
Journaliste : Exact.
Sami Abdullatif Al-Nesf : L’Egypte était sous occupation depuis 1882, mais personne n’a dit que vous ne pouviez pas visiter l’Egypte ou Al-Azhar. Toute l’Afrique du Nord était sous occupation, mais il n’y avait pas une seule fatwa interdisant les visites à la Grande Mosquée de Kairouan… Laissez-moi vous donner un exemple encore meilleur : La Mecque. Le prophète Mohammed s’y est rendu en pèlerinage lorsqu’elle était encore gouvernée par les infidèles. Il n’a pas dit qu’il ne pouvait pas y aller parce qu’elle était occupée par les infidèles. Il y a eu des gens qui nous ont trompés et nous ont dit de ne pas visiter [la Palestine], et qui ont remis la Cisjordanie, Jérusalem, et les Palestiniens aux [Israéliens].

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Disparu depuis un an, le chef séparatiste nigérian Nnamdi Kanu refait surface à Jérusalem !!!.........

Portant kippa et Talit (châle de prière), Nnamdi Kanu, le leader séparatiste nigérian disparu, se recueille devant le Kotel (Mur des La...