mercredi 9 mai 2018

Réaction du président Macron et du reste du monde à l’annonce du retrait des Etats-Unis des Accords sur le nucléaire iranien...



Le président français Emmanuel Macron dit que la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni « regrettent » la décision des États-Unis d’abandonner l’accord nucléaire iranien.

C’est pas la fête à Macron ces temps-ci : alors que les médias disaient qu’il a une influence énorme sur Trump, ce dernier a refusé de revenir dans les Accords de Paris sur le climat, et maintenant il se retire des Accords sur le nucléaire iranien !
Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
  • Emmanuel Macron vient de déclarer :
« Le régime de non-prolifération nucléaire est en jeu. » Ce qui en langage clair veut dire : « Les intérêts commerciaux du géant français de l’énergie Total en Iran sont en jeu. »
  • Le Président Trump a eu des mots très forts pour expliquer sa décision. Dans sa courte allocution depuis la Maison-Blanche, il a déclaré :
« Nous allons instituer le plus haut niveau de sanction économique contre l’Iran.
Tout pays qui aide l’Iran dans sa quête d’armes nucléaires pourrait également être fortement sanctionné par les États-Unis.
L’Amérique ne sera pas prise en otage par le chantage nucléaire. »
  • Marco Rubio, sénateur de la Floride, vient de tweeter :
« Ce que les analystes ignorent sur le #IranDeal est le fait qu’il les a libérés et leur a permis de devenir plus dangereux au Moyen-Orient. Depuis l’accord, ils ont accru leur contrôle sur la Syrie, accru leur influence en Irak, parrainé la guerre civile au Yémen, exploité la division du Golfe et élargi la portée du Hezbollah. »
  • John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Trump, a expliqué que :
« La décision de Trump signifie que les sanctions qui existaient au moment de la signature de l’accord avec l’Iran sont de nouveau en place. » Il a ajouté que « les gens se tromperaient lourdement en supposant que la décision de terminer l’accord nucléaire est le précurseur d’une intervention américaine sur le sol iranien.
  • Le nouvel ambassadeur américain en Allemagne Richard Grenell vient d’écrire sur Twitter :
« Les entreprises allemandes qui font des affaires en Iran devraient mettre fin à leurs activités immédiatement. »
  • Quant au Premier ministre israélien, il a remercié le Président Trump pour son « leadership courageux » et a déclaré que la décision de Trump est « courageuse et correcte ».
  • Il faut noter que l’Arabie Saoudite est en phase totale avec Israël et vient de déclarer :
« Nous soutenons pleinement les mesures prises par le président américain Trump en ce qui concerne le JCPOA. Nous avons toujours eu des réserves en ce qui concerne les clauses de fin de contrat, le programme de missiles balistiques et le soutien de l’Iran au terrorisme dans la région. »
C’est également ce qu’a dit Trump, qui a explosé Obama dans ce commentaire :
« Au cœur du #IranDeal était une fiction géante, à savoir qu’un régime meurtrier ne souhaitait qu’un programme d’énergie nucléaire pacifique »
Le Trésor américain a déclaré dans un communiqué, que les personnes concernées devraient prendre des mesures pour mettre fin aux activités qui avaient été autorisées par les Accords.
Sur la BBC, la journaliste a totalement perdu les pédales et déclaré comme si elle venait d’arriver de la planète Mars :
« D’abord, le #JCPOA était destiné à obtenir à une plus grande paix au Moyen-Orient, et maintenant Trump a fait disparaître les chances que cela se produise. »
De leur côté, les Iraniens serrent les fesses. Ils espèrent maintenant que l’accord continuera de tenir et que la Russie, la France, l’Allemagne, la Chine et la Grande-Bretagne restent solidaires de l’Iran et essaient de faire en sorte que cela fonctionne.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L’accord de paix israélo-jordanien est solide – malgré l’ingratitude d’Amman....

En refusant de renouveler l'annexe portant sur la location de deux parcelles de terrain, le roi Abdallah tente largement d'apai...