mardi 8 mai 2018

Oh Jérusalem ! Par Avraham Azoulay....


Notre capitale éternelle ne sait plus où mettre la tête, elle en rougit presque. Du jour au lendemain, pour les 70 ans du pays, voilà que tout le monde lève les yeux sur elle et veut venir la visiter, l’embrasser, lui demander pardon. 
Certains avaient même du mal à prononcer son nom jusqu’à l’éviter en étant de passage dans la région. Beaucoup se vantaient d’aimer Israël, de se baigner à Tel Aviv ou Eilat, mais oubliaient que Jérusalem faisait partie du pays, et en était tout simplement la capitale. Yeroushalayim a toujours eu ce statut de ville religieuse, trop particulière, trop lourde de sens  pour intégrer la tournée générale. 
Même les grandes rencontres internationales se sont  presque toujours déroulées à Tel Aviv, afin de ne pas effrayer, ni faire fuir nos visiteurs si compatissants.
Jérusalem a subi les pires affronts, comme un enfant si différent, si particulier, que la société a du mal à accepter. La ville d’or a cru qu’après 67, après cette réunification de la guerre des Six Jours, tout allait changer. Eh bien non, elle est restée incomprise, montrée du doigt, à présent trop réunifiée. Les nations du monde n’aiment pas nous voir si forts, en  ce lieu magique qui révèle le cœur de notre histoire, de notre unité, de notre indépendance et de notre sainteté. Nous leur faisons peur. Ils se sentent moins importants, ils deviennent jaloux, pour certains, haineux.

Or le grand jour est arrivé. Non seulement les dirigeants mais aussi les habitants du monde entier ont les yeux, parfois le cœur, tournés vers la capitale d’Israël. Il n’y a plus un seul jour où la ville de lumière n’éclaire l’actualité internationale. Des milliers de touristes arrivent du monde entier pour courir, pédaler, débattre, échanger des idées ou goûter les meilleurs mets. D’autres viennent à Jérusalem pour prier ou recevoir  une bouffée d’air pur. Chaque grande histoire démarre ici, dans le berceau de l’histoire juive, à Jérusalem.
Il n’y a pratiquement plus de place pour y dormir, pour y loger. La demande est trop importante, on n’y était pas préparé. Cette ville trois fois millénaires vient de reprendre sa place naturelle, d’enfant légitime, à présent admiré.
Chaque religion veut s’approprier son âme, sa beauté, son éclat. Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que le cœur de Jérusalem est déjà pris, depuis toujours… Son unique amour reste le peuple juif. Mais pour pouvoir durer à jamais, cet amour doit être en permanence entretenu de confiance de notre part, parce que l’histoire du peuple juif est liée, pour toujours, à celle de Jérusalem.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LE CARDINAL SARAH AUX 12.000 PÈLERINS DE CHARTRES : TERRE DE FRANCE, RÉVEILLE-TOI !

Peuple de France, retourne à tes racines ! On peut décider de ne pas en parler. C’est, d’ailleurs, le choix d’une grande partie de la...