mercredi 9 mai 2018

"L'Iran appelle à la destruction de 6 autres millions de Juifs", déclare Netanyahou......


Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou s’est entretenu mercredi avec le président russe Vladimir Poutine dans un contexte de vives tensions au sujet de la Syrie, théâtre de frappes israéliennes présumées mardi soir et au lendemain du retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien.
Au début de leur réunion, M. Netanyahou a remercié M. Poutine pour l’avoir invité à assister au défilé célébrant le 73ème anniversaire de la victoire de l'Union soviétique sur l'Allemagne nazie.
"Merci, Monsieur le Président, il m'est difficile de vous décrire la profondeur de mes impressions sur cette cérémonie émouvante de la victoire sur les nazis", a déclaré le chef d’Etat hébreu.
"Nous, en Israël, nous n'oublions pas un instant l'énorme sacrifice du peuple russe et le sacrifice de l'Armée rouge dans la victoire sur le monstre nazi", a-t-il poursuivi ajoutant qu’Israël n’oubliera jamais le sacrifice de la Russie et des centaines de milliers de soldats juifs qui ont "sauver le sort de la Russie, de l'humanité et de notre peuple, le peuple juif".
Le Premier ministre israélien a ensuite souligné que malgré les leçons tirées de la Shoah, il reste "un pays au Moyen-Orient, l'Iran, qui appelle à la destruction de six autres millions de Juifs" précisant cependant que "la différence, c'est que nous avons un État aujourd'hui".
MAXIM SHIPENKOV (POOL/AFP)Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, le président serbe Aleksandar Vucic, le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Moscou, le 9 mai 2018
MAXIM SHIPENKOV (POOL/AFP)
Netanyahou a terminé en exprimant son impatience d’aborder avec le président Poutine "les problèmes de la région et les tentatives de résoudre les crises et d'éliminer les menaces de façon éclairée et responsable".
La réunion entre les deux dirigeants intervient après que mardi soir, l'armée israélienne a demandé aux autorités locales du Golan d'ouvrir et de préparer les abris antimissiles en raison "d'activités inhabituelles des forces iraniennes en Syrie", de l'autre côté de la ligne de démarcation.
Quelques instants plus tard, les médias d’Etats syriens ont affirmé que l’Etat hébreu avait ciblé une base militaire au sud de Damas, tuant 15 personnes dont 8 Iraniens.
Le mois dernier, Poutine avait appelé Netanyahou à "s'abstenir de toute action qui déstabiliserait encore plus la situation", face à la recrudescence des frappes israéliennes présumées en Syrie, notamment pour lutter contre l’établissement militaire iranien.
Concernant l'accord nucléaire iranien, Moscou et Jérusalem ne partagent pas la même position. Si M. Netanyahou a salué la décision "courageuse" de son allié américain, Moscou a réitéré son soutien à l'accord nucléaire, M. Poutine estimant qu'il est "d'une importance primordiale pour assurer la stabilité et la sécurité internationale".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La France est en guerre avec Israël. Par Guy Millière...

Peut-on le dire ? La France est en guerre contre Israël. La guerre qu’elle livre n’est pas une guerre militaire directe. L’Armée frança...