dimanche 8 avril 2018

La Tunisie a peur des Juniors de Taekwondo israéliens ©


Les Israéliens interdits d’entrée aux championnats du monde Junior de Taekwondo par le pouvoir antisémite tunisien...

 Même en acceptant de participer sans marques extérieures israéliennes sur leurs tenues, la délégation israélienne aux championnats du monde junior de Taekwondo s’est vue refuser tous ses visas par les autorités antisémites tunisiennes, qui ont prétendu que les papiers n’auraient pas été soumis à temps ; le président de la fédération israélienne de Taekwondo a atterri en Tunisie avec un passeport français pour assister à l’assemblée de la fédération internationale, mais il s’est fait refouler vers Paris.

Lors d’un nouvel exemple d’injection bien trop fréquente d’idéologie (antisioniste) dans les sports, l’équipe nationale junior de Taekwondo n’a pas obtenu le permis d’entrée en Tunisie [qui fait ainsi la preuve éclatante de son arriération culturelle et que l’organisation d’aucun jeu sportif ne devrait jamais été confié à un pays arabe, tant qu’il n’a pas fait la preuve de sa sportivité et de son respect des règles] pour participer aux championnats du Monde Junior 2018, qui devaient s’ouvrir dans ce pays nord-africain, et dans le cadre d’une autre compétition organisée là simultanément, en préparation des Jeux Olympiques de la Jeunesse.
Les responsables du sport en Israël avaient complété par avance l’enregistrement des athlètes israéliens, dont certains participent aux  compétitions aux plus hauts niveaux de ce sport et ont marqué de leurs empreintes des réalisations dignes d’intérêt dans l’arène internationale.
De plus, les compétitions pour la sélection aux Jeux Olympiques des Jeunes ont commencé vendredi en Tunisie, la victoire au cours de cette manifestation donnant accès aux Jeux, organisés en Argentine, entre le 6 et le 18 octobre.

Former medalist at the previous Junior World Championships Avishag Samberg was denied entry to Tunisia (Photo: Israeli Taekwondo Federation)
L’ancienne médaillée aux précédents Championnats du Monde Junior Avishag Samberg fait bien trop peur aux arriérés culturels tunisiens pour qu’on la laisse entrer  (Photo: Israeli Taekwondo Federation)

La délégation israélienne au tournoi tunisien devait comprendre Avishag Samberg, qui a remporté la médaille de bronze aux précédents championnats du monde Junior, en septembre 2016 et au cours des précédents championnats d’Europe en novembre dernier.

Samberg won the bronze at the 2016 Junior World Championships (Photo: Israeli Taekwondo Federation)
Samberg remporte le bronze aux championnats du monde Junior 2016 Junior (Photo: Israeli Taekwondo Federation)

Samberg est également un espoir olympique en taekwondo, dans la catégorie des moins de 49 kgs.
Excepté Samberg, la délégation devait aussi comprendre le champion d’Europe cadet Tom Pashevsky (qui concourt dans la catégorie des moins de 45 kg aux championnats du monde et dans la catégorie des moins de 48 kg aux sélections olympiques), la 2ème au championnat d’Europe cadet Dana Azran (dans la catégorie des moins de 73kg au championnat du monde, et oins de 67kg pour les sélections olympiques).
Les papiers nécessaires à l’enregistrement ont été envoyés bien à l’avance, joints avec les demandes de visas pour la délégation israélienne en Tunisie. Après une période exagérément prolongée de temps, les responsables tunisiens (sans foi ni loi) ont ignoré ces demandes, mais cependant, les Israéliens ont reçu la promesse de bénéficier de visas et, pour les experts de taekwondo, de recevoir l’autorisation de pouvoir participer à la compétition sans insignes ni symboles israéliens.

Deputy European cadet champion Dana Azran was also set to compete in Tunisia (Photo: Israeli Taekwondo Federation)
La championne cadette n°2 au niveau européen Dana Azran devait aussi se produire en compétition en Tunisie (Photo: Israeli Taekwondo Federation)

La délégation israélienne a, en effet, accepté de combattre sans drapeaux de l’Etat ni l’écriture d'”Israel” sur leurs uniformes rembourrés (dobok, équivalent du  keikogi/dōgi japonais), et sans que l’hymne israélien ne soit joué si jamais l’un d’entre eux gagne la médaille d’or, mais les autorités tunisiennes ont, néanmoins, refusé de les autoriser à se présenter aux compétitions, prétextant que les papiers n’auraient pas été envoyés à temps.
Un responsable de la fédération israélienne de taekwondo est révolté, et a déclaré : “Nous leur avons envoyé tous les papiers à temps, y compris l’enregistrement. Nous avons tout fait de façon ordonnée et méthodique pour obtenir ces visas. Ils n’ont jamais répondu et ont ensuite promis que nous obtiendrions les visas. A présent, ils mentent comme des arracheurs de dents et prétendent que nous n’aurions pas soumis les papiers à temps”.
Le Président de la Fédération Israélienne de Taekwondo, Michel Madar, qui occupe également une position au sien du Bureau Mondial de Taekwondo – anciennement la Fédération Internationale de Taekwondo – est arrvié en Tunisie avec son passeport français et à titre professionnel, dans le but de participer à l’Assemblée Générale de la fédération internationale.
Madar assistait aussi à la conférence en espérant obtenir l’approbation pour la délégation israélienne d’entrer dans ce pays antisémite. Dès que le responsable de l’aéroport tunisien a remarqué que le passeport français de Madar a été établi à Jérusalem, les agents de police l’ont remis dans un avion et l’ont expulsé sans cérémonie vers Paris.

Israel Taekwondo Federation Chairman Madar (L) was ejected from Tunisia when officials discovered his French passport was issued in Jerusalem (Photo: Reuven Schwartz)
Le président de la Fédération Israélienne de Taekwondo Madar (G) a été éjecté de Tunisie sans ménagement quand les responsables de l’aéroport de Tunis ont réalisé que son passeport français a été établi à Jérusalem (Photo: Reuven Schwartz)

Les dirigeants du Comité Olympique israélien ont commencé à travailler sur le sujet, en rentrant en contact avec le Comité Olympique International et autant les responsables mondiaux du taekwondo.
“Nous avons fait tout ce qu’il y avait à faire selon les règles, avons attendu les visas pendant des lustres et ne les avons jamais obtenus, malgré le fait d’avoir accepté de combattre sans les symboles israéliens. C’est une question grave [qui ne sera pas sans conséquence]”, en a conclu le responsable israélien.

Tomer Ganor
Adaptation : Marc Brzustowski


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La France est en guerre avec Israël. Par Guy Millière...

Peut-on le dire ? La France est en guerre contre Israël. La guerre qu’elle livre n’est pas une guerre militaire directe. L’Armée frança...