vendredi 9 février 2018

Antisémitisme moyenâgeux à la télévision égyptienne....


Si les relations israélo-égyptiennes sont bonnes au niveau des dirigeants, notamment pour des raisons d’intérêts régionaux communs et de lutte conjointe contre le terrorisme, la haine d’Israël et des Juifs n’a de loin pas disparu dans la population y compris et surtout dans l’élite du pays.
La députée Nashwa Al-Dib, membre du parlement était invitée à un débat sur un plateau de télévision sur la question de la normalisation des relations entre l’Egypte et Israël. Elle a appelé son pays à rompre les accords de paix, utilisant des propos empruntés aux thèmes de l’antisémitisme du Moyen-Âge et qui sont aujourd’hui passés dans la propagande arabe et arabe palestinienne: “Nos manuels scolaires devraient revenir à l’expression ‘entité sioniste’ pour se référer à Israël… afin d’enseigner à nos enfants que cette entité est une spoliation de terre, d’honneur, de lieux saints et de ressources, et qu’ils sucent le sang des enfants et tuent nos martyrs, nos enfants, nos jeunes et nos mères depuis de nombreuses années”.
La députée s’exprimait dans le cadre d’un débat, mais face à elle, sa “contradictrice” Farida Shoubashi était apparemment d’accord avec elle sur ce point: “Les croisés ne se trouvaient-ils pas ici pendant 200 ans ? Les Israéliens partiront aussi. Israël est voué à la perdition. Pour moi c’est clair comme le jour. Quoi qu’il arrive (…) Nous sommes trois-cent millions d’Arabes. Ne pouvons-nous pas ‘gérer’ quinze millions de juifs ?!!”
Le monde arabe est devenu aujourd’hui le meilleur élève de l’antisémitisme chrétien qui a fait des ravages lors du Moyen-Âge avec des effets terribles bien au-delà.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

« 35 ans après, la France doit obtenir que les terroristes de la rue des rosiers soient extradés, jugés et punis ! »

Mercredi  soir, le député Meyer Habib a interpellé le Ministre des Affaires étrangères sur l’attentat de la rue des rosiers. Bref rap...