samedi 1 juillet 2017

Vienne – Poitiers –MOUSSA PROFERE DES INSULTES ANTIJUIVES CONTRE LE MEDECIN.....


Un patient de Laborit est parti en prison pour un an. Mardi, il a menacé de mort du personnel de santé proférant insultes antisémites et références à Daesch.

Moussa est un calvaire et une terreur pour sa famille. L’alcool, le shit et sa bipolarité le rendent insupportable et incontrôlable. Après deux mois en hôpital psychiatrique pour soigner ses addictions, il est ressorti. Sans rien. Il est revenu chez sa mère, semant à nouveau le trouble.

Dimanche, les policiers sont appelés vers 21 h 45. Moussa est embarqué et redirigé vers Laborit où l’annonce de sa sortie ne lui plaît pas du tout.
Il s’emporte, insulte et surtout menace de mort un aide-soignant et trois infirmiers. « Je vais tous vous fumer. Je vais te tuer, toi et ta fille. 
Je vais vous égorger comme le fait Daesch », lance le quadragénaire qui lance aussi des menaces antisémites à l’encontre du médecin psychiatre.
A la barre, poursuivi pour menaces sur des personnels de santé et apologie publique du terrorisme, Moussa fait profil bas. 
« J’appréhendais ma sortie. Je ne partage pas les idées de Daesch. J’étais tellement en colère, je m’excuse, c’est choquant, c’est traumatisant ce que j’ai dit. » En plus de cet épisode violent, le procureur a rajouté une détention de shit et d’arme découverte au moment de son admission à Laborit. Un mousqueton soudé et transformé en poing américain et une barrette de shit étaient tombés de ses affaires.

« Cela fait vingt-quatre ans que Monsieur commet des infractions », relève la procureure Wojtas. Elle requiert deux années d’incarcération et, surtout, l’interdiction définitive du territoire français au regard de l’apologie du terrorisme (1).
« Il assume et il regrette », note Me Dusch en s’attachant surtout à contrer le risque de l’expulsion. « Toute sa vie est ici. » « Si vous m’expulser, c’est me condamner à mort », répète Moussa.

Le tribunal écarte cette hypothèse vu l’ancienneté de son ancrage en France et la présence de toute sa famille. Moussa est parti en détention pour un an.
(1) La justice doit rendre à la bibliothèque de Laborit deux livres sur Daesch qu’il avait emprunté. Deux livres qui n’en font pas l’apologie. L’un d’eux était titré : « Prisonnière de Daesch ».

happywheels

http://www.liguedefensejuive.com/vienne-poitiers-moussa-profere-des-insultes-antijuives-contre-le-medecin-2017-07-01.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un atelier de fabrication de shofars vend des cornes aux Juifs d’ici et d’ailleurs...

CIVAT YOAV, Plateau du Golan (JTA) – Shimon Keinan a une entreprise à faire tourner. Il n’a pas le temps d’enseigner à ses clients comm...