mercredi 12 juillet 2017

Une nouvelle technologie de l’Université de Tel-Aviv pour lutter contre les bactéries résistantes aux antibiotiques.....


Une équipe de chercheurs de la Faculté de Médecine de l’Université de Tel-Aviv a développé une technologie de pointe susceptible de neutraliser l’activité nuisible des bactéries pathogènes et de restaurer leur sensibilité aux antibiotiques. La nouvelle méthode basée sur l’élargissement de la gamme d’action des bactériophages, virus infectant les bactéries, servira de base au développement de médicaments innovants.
L’étude, menée par les Dr. Ido Yosef et Moran Goren et les doctorants Rea Globus et Shahar Molshanski-Mor sous la direction du Prof. Udi Qimron, a été publiée en couverture de la prestigieuse revue Molecular Cell de juin.
La résistance aux antibiotiques développée par les bactéries est l’une des plus grandes menaces connues pour la médecine actuelle. A présent, les chercheurs de l’Université de Tel-Aviv ont développé une technologie de pointe basée sur l’élargissement de la gamme d’action des bactériophages (nom composé de ‘bactérie’ et ‘phage’ – manger), virus qui attaquent les bactéries dans le corps humain en leur insérant un nouvel ADN qui perturbe leur activité.
Un seul bactériophage pour affronter des dizaines de bactéries
« Ces dernières années, la science utilise les capacités du génie génétique pour lutter contre les bactéries pathogènes, y compris celles qui résistent aux antibiotiques, et redeviennent agressives et dangereuses « , explique le Prof. Qimron. « Dans notre laboratoire, nous tentons de modifier les propriétés des bactéries en changeant  leur ADN. De cette façon, nous pouvons leur donner les caractéristiques que nous choisissons, et neutraliser leurs fonctionnalités nuisibles pour l’homme, comme la création de toxines, la production de maladies et la résistance aux antibiotiques ».
Le fait d’utiliser les bactériophages contenus dans le corps humain, possédant une ‘expérience’ de milliards d’années d’évolution dans la pénétration des bactéries, pour leur introduire un nouvel ADN, est courant. Mais, selon le Prof. Qimron,  » le processus s’est heurté jusqu’à aujourd’hui à un obstacle important: chaque bactériophage attaque de manière sélective un nombre très limité de types de bactéries. En d’autres termes, pour introduire de l’ADN dans une bactérie particulière les chercheurs doivent utiliser le bactériophage spécifique qui lui convient, ce qui rend la technique difficile, et réduit en grande partie ses possibilités. Nous avons mis au point un bactériophage capable de s’attaquer à un nombre considérable de microbes, et donc d’élargir la gamme des hôtes bactériens auxquels il peut injecter l’ADN désiré ».
Transformer les bactériophages de la tête à la queue
Dans une première étape, les chercheurs ont conçus des bactériophages qui convenaient à leur but. « Chaque bactériophage se compose d’une tête et d’une queue », explique le Prof. Qimron. « La tête contient du matériel génétique et la queue cible et se connecte à une bactérie spécifique, et lui injecte ce matériel. En utilisant des techniques de génie génétique, nous avons pu transformer les bactériophages de la tête à la queue. Nous avons introduit dans la tête l’ADN que nous désirions, par exemple de l’ADN qui augmente la sensibilité des bactéries aux antibiotiques, et nous avons relié à chaque tête la queue qui lui convient, pour qu’elle se fixe sur les bonnes bactéries ». Comme preuve du potentiel du processus innovant de ces croisements, les chercheurs ont créé un bactériophage capable d’injecter l’ADN sélectionné à des dizaines d’espèces différentes de bactéries.
La deuxième partie de l’étude visait à améliorer la capacité des bactériophages a transférer de l’ADN à la bactérie choisie.  » Nous avons adopté la méthode de l’évolution accélérée en laboratoire », explique le Prof. Qimron. «Nous avons mis en présence in vitro une bactérie avec des milliards de bactériophages possédant des queues différentes. Seuls ceux dont la queue convenait à la bactérie ont pu y introduire l’ADN. Cela a créé une sélection évolutionnaire en faveur de ces queues. Après un grand nombre de cycles de sélection, nous avons pu produire des bactériophages à la queue qui injectent de l’ADN à cette même bactérie avec une efficacité multipliée ».
Le Prof. Qimron conclut: « Changer l’ADN des bactéries pathogènes en utilisant des bactériophages est une technologie prometteuse dans la lutte contre de nombreuses maladies. Entre autre, elle peut aider à restaurer la sensibilité aux antibiotiques des bactéries qui ont développé une résistance aux médicaments communs. Nous croyons que notre technique contribuera à de grands progrès dans ce sens, et servira de base pour de futurs médicaments innovants « .
La recherche a été financée par le Fonds Momentum de Ramot, la société de commercialisation de technologies de l’Université de Tel-Aviv, créé dans le but de financer la recherche de pointe. Le projet a été identifié il y a deux ans à son stade préliminaire et a bénéficié d’un financement à hauteur de 700 000 dollars à ce jour, exceptionnel dans le champ universitaire, qui a permis le développement des recherches à un stade avancé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le secret d’Adolf Jacob Hitler, Petit fils illégitime de la famille Rothschild ? Vidéo !

Sur cette fiche des Renseignements Généraux que le magazine Sciences et Avenir a publié en mars 2009, on peut clairement lire le deuxiè...