mercredi 12 juillet 2017

Klarsfeld : « Si Israël avait existé, il n’y aurait pas eu de Vel d’Hiv »


Si Israël avait existé, il n’y aurait pas eu de Vel d’Hiv », a déclaré lundi l’historien Serge Klarsfeld à l’AFP, estimant que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait « toute sa place » aux commémorations du 75e anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv.

Samedi, le Parti communiste a déploré la venue de M. Netanyahu à la cérémonie prévue dimanche à l’emplacement de l’ancien Vélodrome d’hiver, en présence du président Emmanuel Macron, au motif qu’elle devait « envoyer un message fort de paix », et que le Premier ministre israélien « est un homme de guerres et de violences ».

« Si j’avais à répondre d’une phrase, je dirais que s’il y avait eu un État d’Israël, un État juif, à l’époque, il n’y aurait pas eu de Vel d’Hiv », a dit M. Klarsfeld, dont les travaux d’historien et les actions de « militant de la mémoire » ont contribué à faire connaître le processus de mise en œuvre de la Solution finale en France.
L’Etat d’Israël n’a vu le jour qu’en 1948, après la Shoah, à l’issue d’un vote de l’ONU. Pendant la Seconde guerre mondiale, les Juifs européens ont été exterminés sans possibilité d’être défendus par leur Etat.
Benjamin Netanyahu « a tout à fait sa place et je suis heureux que, pour la première fois, un Premier ministre d’Israël soit présent à cette cérémonie », a ajouté l’historien de 81 ans, rappelant qu’en signe de « réconciliation », l’ambassadeur d’Allemagne et celui de Pologne assistaient à la cérémonie depuis plusieurs années.
L’ex-avocat a aussi récusé l’affirmation du PCF selon qui la commémoration devait « envoyer un message de paix ».
« Ce n’est pas du tout un message de paix ! Quelle paix ? S’il y a un message en ce qui concerne les Juifs c’est qu’il faut se défendre », a-t-il ajouté, rappelant que ces derniers n’avaient « même pas eu une arme pour se défendre » contre les persécutions pendant la Seconde guerre mondiale.
« Le message devrait être qu’on devrait laisser en paix les Juifs et l’Etat juif. Le monde arabe devrait accepter de faire la paix et reconnaître l’Etat d’Israël », a-t-il encore dit.
Les 16 et 17 juillet 1942, 13 152 hommes, femmes et enfants juifs avaient été arrêtés à la demande des nazis et sur ordre du pouvoir français en place pendant l’Occupation.
La rafle, la plus massive jamais organisée sur le territoire français, représente à elle seule près du tiers des 42 000 Juifs envoyés de France à Auschwitz en 1942. Seuls 811 reviendront chez eux après la fin de la guerre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Défense: La tactique de Tsahal pour détruire les tunnels terroristes du Hamas...

Parfois, la meilleure solution pour contrer une menace est de l’affronter sur le terrain. C’est ce que fait l’unité Yahalom du Corps du...