samedi 11 février 2017

Nomination d’un Palestinien à un poste de l’ONU bloquée par Trump, Jérusalem mentionnée comme capitale d’Israël : ça chauffe pour l’OLP...


Le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a informé le Conseil de sécurité cette semaine de son intention de nommer Salem Fayyad pour diriger la mission de soutien de l’ONU en Libye.

Nikki Haley, la formidable ambassadrice des Etats-Unis auprès de l’ONU nommée par Donald Trump a interdit cette nomination en déclarant :
« Je ne soutiens pas le signal que cette nomination enverrait au sein des Nations Unies [car] l’Etat de Palestine ne dispose pas de tous les droits des Etats. »
Le nouveau Secrétaire général de l’ONU, le portugais Antonio Guterres a informé le Conseil de sécurité cette semaine de son intention de nommer Fayyad pour diriger la mission de l’ONU en Libye et aider aux négociations politiques.
En réponse, Haley a dit être « déçue » de voir cette lettre de Guterres, car c’est la première personne qu’il nomme comme envoyé sur un conflit majeur.
« Pour trop longtemps, l’ONU a été injustement biaisée en faveur de l’Autorité palestinienne au détriment de nos alliés en Israël, » a déclaré l’ambassadrice.
« A partir de maintenant, les Etats-Unis vont agir, et pas se contenter de paroles, pour soutenir nos alliés. »
Fayyad, 64 ans, a été Premier ministre de l’Autorité palestinienne de 2007 à 2013, et deux fois ministre des Finances, et a été considéré pour remplacer l’Allemand Martin Kobler, envoyé en Libye depuis novembre 2015.
Le rejet de Fayyad est intervenu alors que le Conseil de sécurité était en train de discuter sur les termes d’un communiqué préparé par les Etats-Unis pour condamner l’attentat commis par un Palestinien jeudi en Israël.
La Bolivie a soulevé des objections, disant qu’on devait inclure une référence à la résolution de l’ONU condamnant les implantations.
L’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU Danny Danon a applaudi la décision des USA, la décrivant comme « le commencement d’une nouvelle ère où les Etats-Unis se tiennent fermement derrière Israël contre toutes les tentatives menées pour heurter l’Etat juif. »
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
Et pour couronner le tout, l’administration Trump vient de publier un document « sensitif, mais non classé » du Bureau de l’inspection générale du Département d’Etat, qui reconnaît Jérusalem comme faisant partie d’Israël.
Le Département d’Etat fait référence à “Israël, Jérusalem” dans une liste de pays et de capitales — parmi lesquels il mentionne : “Egypte, Le Caire,” “Liban, Beirut” et “Irak, Bagdad” — en appendice d’un rapport détaillant les réseaux de télévision du Moyen-Orient, qui a été distribué à plusieurs médias américains, dont notre confrère et ami Algemeiner, qui remarque que le New York Times a étrangement décidé de ne pas évoquer cette importante nouvelle.
Enfin, le Conseil de sécurité de l’ONU doit discuter mercredi prochain du conflit israélo-palestinien, exactement le même jour où le président Trump rencontre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à la Maison-Blanche.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Catherine Deneuve sur l'affaire Weinstein: "Il y a vraiment un déferlement qui est assez ignoble"

En pleine promotion de son nouveau film Tout nous sépare, l'actrice française a évoqué l'affaire Weinstein, producteur qu'el...