jeudi 2 février 2017

Le naufrage religieux : de la sainteté au massacre pour Allah....



Dans son essai, « Le naufrage des religieux : De la sainteté au massacre« *, l’auteur analyse les rouages théologiques de cette chute qu’il dénomme « l’escalier du malheur’’.
Tout commence par une certitude absolue, inscrite, lors de l’apparition d’une foi nouvelle, dans la théologie de la substitution : celui qui ose s’accrocher à la foi ancienne est frappé d’une altérité irréductible. 
Le processus se poursuit par la fossilisation d’un texte sacré, déclaré parfait et intangible ; elle débouche sur l’usurpation de l’identité divine : l’usurpateur croît désormais connaître la volonté de Dieu et s’estime investi de la mission de l’accomplir : le réfractaire sera « désaltérisé », dépouillé de sa qualité d’homme.
Le massacreur tire sa puissance de la confusion entre la foi et le politique, l’Eglise et l’Etat. La dérive n’est donc pas fortuite. Elle est inscrite dans la certitude initiale.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
En se fondant sur une analyse serrée de la Torah, écrite et orale, des Evangiles (et d’abord de celui de St Jean), et enfin du Coran, l’auteur examine comment les trois religions se sont inscrites (ou pas) dans cet escalier du malheur.
Existe-t-il des antidotes face à ce danger ? Le premier est l’association à la foi d’un minimum de questionnement et de doute.
Le naufrage des religieux : De la sainteté au massacre*, de Francis Weill, aux L’Harmattan, Paris, 2017.
* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Israël/Syrie: l'armée continuera à agir "pour protéger notre sécurité" (Netanyahou)....

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a déclaré lundi que l'armée de l'air israélienne continuera "d'agir ...