vendredi 3 février 2017

L'Allemagne vote Macron....Vidéos !


Macron au coude à coude avec Marine Le Pen. La nouvelle s'est propagée comme une traînée de poudre jeudi matin. Les Allemands ont du mal à suivre le cours précipité des événements en France

La classe politique outre-Rhin, réputée pour sa probité, observe avec stupeur le Penelopegate et la dégringolade accélérée de celui qu'ils croyaient intouchable et qu'ils voyaient déjà installé à l'Élysée. Pas plus tard que le 23 janvier, François Fillon était reçu à déjeuner à la Chancellerie et accueilli à bras ouverts par l'establishment de la CDU, le parti d'Angela Merkel, comme le futur président français. 

Mais à peine plus d'une semaine plus tard, voilà que Berlin n'écarte plus le scénario du retrait de la course du prétendant conservateur, rattrapé au grand galop par le candidat indépendant Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron était venu en Allemagne au début du mois de janvier. S'il n'avait pas été reçu par la Chancelière, il avait tenu un discours fort remarqué à l'université Humbold de Berlin. Le candidat de En marche ! s'était adressé en anglais à une salle comble. 
Il avait rendu hommage à la politique d'Angela Merkel dans la crise migratoire et a réitéré son engagement pro-européen. Des louanges flatteuses pour Angela Merkel qui se représente pour un quatrième mandat au mois de septembre.


Jeune premier beau gosse, sympathique et charismatique...

Très intrigués par cette « nouvelle jeune star de la politique française », cet « enfant prodige », les Allemands suivent depuis des mois déjà la carrière en flèche d'Emmanuel Macron. Leur vision de l'ancien ministre de l'Économie est plutôt flatteuse : un jeune premier beau gosse, sympathique et charismatique, capable de mobiliser les foules fatiguées par les affaires et les scandales. 
Cet ancien banquier semble en outre capable de répondre au vœu le plus cher des dirigeants allemands : soigner la France malade et relancer sa croissance poussive en lui administrant une vigoureuse cure de réformes.
Les Allemands comparent Macron à Steve Jobs, le fondateur d'Apple. Ils espèrent qu'il suivra l'exemple de leur ancien Chancelier social-démocrate Gerhard Schröder avec son agenda 2010. Pour l'hebdomadaire Der Spiegel, Macron est « l'homme au charme juvénile et aux réformes libérales » qui se sent investi d'une « mission », un prétendant à l'Élysée « frais et dynamique ». 
Car même s'il a été membre du gouvernement Hollande, Macron n'est pas immédiatement identifié comme un rouage de l'establishment politique dont les Français se méfient tant.
Dans un long portrait, l'hebdomadaire Die Zeit saluait il y a quelque temps un homme politique capable de plaire aux Allemands : « S'il existe une raison pour se laisser à nouveau séduire par la politique française – comme en mai 68 ou comme au temps du non à la guerre en Irak -, alors cette raison s'appelle Emmanuel Macron. 
» À côté de François Fillon discrédité un peu plus chaque jour et de Benoît Hamon « un rêveur », dont le « programme » ressemble davantage à une « grande utopie sociale » (selon le quotidien Die Welt), Macron a-t-il aujourd'hui une chance de défier et de battre Marine Le Pen ? C'est la question que tout le monde se pose.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Netanyahu à Bruxelles : Reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël « rend la paix possible »

BRUXELLES – En visite au siège de l’Union européenne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a expliqué lundi que la majorité des p...