jeudi 9 février 2017

Et si François Fillon n’avait rien détourné, rien fait de répréhensible, et que tout ait été fabriqué par les usines à Fake News ?


Si Fillon devait rembourser les sommes qu’on lui reproche d’avoir détourné pour sa femme et ses enfants, il se les rembourserait à lui-même, car l’argent lui reviend de droit

Nous nous apercevons chaque jour, et encore ce dimanche sur BFMTV lors de certaines questions posées à Éric Ciotti puis, ensuite, les interventions de têtes politiques comme Christophe Barbier et Laurent Neumann.
Je vais donc tenter d’éclaircir certains points sur cette profession peu connue du public en vous livrant le témoignage de l’un d’eux, Vincent Gayet, 5 années attaché parlementaire, titulaire d’une licence de philosophie politique à la Sorbonne, d’une maîtrise d’histoire contemporaine et d’un master en stratégie et décisions publiques et politiques. (Source : Politique Matin du 02 février 2017).
  • Le député, ou sénateur embauche et rémunère librement ses collaborateurs sur la base d’un contrat de travail de droit privé, qui prend fin automatiquement en cas d’interruption du mandat parlementaire.
  • Chaque député, ou sénateur dispose d’une enveloppe mensuelle de 9651 euros lorsqu’il laisse l’Assemblée nationale gérer ses contrats et payer les charges patronales, ou de 14 341 euros s’il gère ses contrats personnellement.
  • En général, la majorité des députés laisse à l’Assemblée le soin de s’occuper de cette comptabilité.
  • Chaque député organise comme il l’entend le travail de son équipe. C’est un travail très prenant qui oblige bien souvent les attachés à recevoir l’aide de plusieurs bénévoles.
  • Élément très important, les députés et sénateurs peuvent conserver le reliquat de l’enveloppe mensuelle attribuée. Donc cet argent ne retourne jamais dans les caisses de l’Assemblée nationale.
  • Comme dans n’importe quelle TPE, il est fréquent que le conjoint participe à l’activité du parlementaire sans percevoir de salaire et il peut fort bien, et légalement, recevoir par la suite un rattrapage salarial pour toutes ses activités de bénévolat.
  • La France autorise à salarier ses proches, c’est le cas de très nombreux élus et c’est surtout le cas de nombreux enfants d’élus, étudiants, qui entrent ainsi dans la vie professionnelle et politique.

Examinons à présent le cas particulier de François Fillon :

  • Il est attaqué non pas pour avoir rémunéré son épouse et deux de ses enfants mais parce qu’il est soupçonné d’avoir rémunéré des emplois fictifs, sans contrepartie aucune.
  • En ce qui concerne son épouse, elle n’a pas été rémunérée entre 1981 et 1997. Par la suite elle a bénéficié d’un salaire comme attachée parlementaire jusqu’en 2013.
  • Elle a perçu un montant de 639 000 euros durant cette période (et non pas un salaire brut de 830 000 euros affiché pour gonfler la somme), y compris un rattrapage pour les précédentes 16 années de bénévolat. Soit, pour 32 années de collaboration, un salaire mensuel d’environ 1530 euros/mois.
  • Quant à deux de ses enfants qui faisaient des études de droit (ils sont depuis devenus avocats), ils avaient la compétence nécessaire pour aider leur père dans certaines missions parlementaires. Il ne s’agissait donc pas d’emplois fictifs.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
  • Les attachés parlementaires sont surtout des passionnés en politique, ce qui explique la brillante réussite de certains. Il est donc inimaginable qu’un élu puisse faire une carrière politique de plus de 35 ans, comme c’est le cas Fillon, élu pour la première fois en 1981, sans que sa femme, sa compagne, ne lui apporte un soutien et une aide quotidienne, surtout si elle n’a aucune autre activité professionnelle.

    • Quel travail a pu effectuer Mme Fillon ? S’occuper du courrier reçu au domicile quand son mari parlementaire est absent, ce qui est très fréquent.
    • Un soutien logistique, également un travail de conseil, une relecture, une représentation en accompagnant son mari, ou quand il est indisponible, etc.
  • Certes elle pouvait parfaitement remplir toutes ces tâches sans être rémunérée, mais c’est un choix.
  • D’autre part elle avait parfaitement le droit de travailler pour le suppléant de son mari, lorsque celui-ci, par exemple, est devenu Premier ministre.
Ce comportement de l’attaché parlementaire est identique pour tous les députés et sénateurs, mais seul François Fillon est candidat, et était favori, à l’élection présidentielle de 2017.
Pour conclure, et en réponse à tous ceux qui lui conseillent de rembourser ces sommes importantes, ils doivent savoir que cet argent ne retournerait ni dans les caisses de l’Assemblée nationale ni dans les poches des contribuables français : François Fillon se le rembourserait à lui-même, il lui reviendrait de droit.
Il est nécessaire que cela se sache.
Je ne voterai pas Fillon lors de la prochaine campagne, mais j’ai fait campagne pour lui lors de la primaire (lire nos articles) uniquement dans l’objectif d’éliminer Juppé.
Dans l’éventualité d’un duel au second tour entre Marine Le Pen et un autre candidat, et devant la certitude d’un front «républicain» [NDLR qui est tout sauf républicain], il me semble préférable que ce soit un Fillon qui soit élu plutôt qu’un Macron ou un Hamon.
Cela va de soi en ce qui me concerne… et pour vous ?
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A l’abri du déluge par Avraham Azoulay....

Il y a à peine un mois, on ne parlait que de rentrée, et on y croyait ! En fait c’était comme on dit, une « fake news » ! Le début c’es...