samedi 4 février 2017

Donald Trump défend sa vision de la liberté religieuse.....


Trump a assisté au “petit déjeuner de la prière nationale” (organisé annuellement par la Fellowship Foundation, à Washington), dont l’importance des propos qu’il a tenus exige d’en publier des extraits – surtout que vos médias ne publient que des commentaires négatifs ou accusateurs contre lui.

« Aujourd’hui, nous continuons une tradition qui a commencé avec le Président Eisenhower il y a 64 ans de ça. Cette réunion est le témoignage de la puissance de la foi, une des grandes traditions de notre pays, et j’espère être ici avec vous sept autres fois. (rires et applaudissements dans la salle.)
[…]
Nous avons un invité qui vient d’être confirmé [par le Sénat] hier soir – Rex Tillerson, le nouveau secrétaire d’Etat. Il va faire un excellent travail. Il y a des gens qui ne l’aiment pas du fait qu’il s’entend bien avec les dirigeants du monde entier. Je leur réponds qu’ils doivent comprendre que c’est une bonne chose (Rires) »
(Trump en a profité pour envoyer une petite pique à l’ex-gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger qui l’avait publiquement critiqué :)
« Nous avons eu un succès extraordinaire avec [l’émission TV] The Apprentice et quand je me suis lancé dans la course à la présidence, j’ai dû la quitter ». Ils ont embauché une star du cinéma, Arnold Schwarzenegger, pour me remplacer. Et nous avons vu ce qui s’est passé : une chute vertigineuse des audiences, un désastre total ».
« Je veux prier pour Arnold et pour ses audiences, OK ?”
Eclats de rires dans l’assistance.
« Mais le plus important aujourd’hui, je veux remercier le peuple américain. Votre foi et vos prières m’ont soutenu et m’ont inspiré pendant des moments très, très difficiles. De tous les coins d’Amérique, j’ai rencontré des gens extraordinaires dont les mots de soutien et les encouragements ont été pour moi une source constante de force.
[…]
C’est le grand Thomas Jefferson qui a dit : “Le Dieu qui nous a donné la vie nous a donné la liberté.” Jefferson a posé cette question : “Est-ce que les libertés d’une nation peuvent être préservées quand nous cessons de croire que ces libertés sont un don de Dieu ? »
[…]
La liberté religieuse est un droit sacré, mais c’est aussi un droit menacé partout autour de nous, et le monde est sérieusement menacé de plusieurs façons. Et je n’ai jamais vu cette menace aussi ouvertement et puissamment exprimée que depuis que j’ai été élu président. Le monde est troublé, mais nous allons l’aider à se redresser. D’accord ? C’est ce que je fais. J’arrange les problèmes. Nous allons le redresser, croyez moi.
Quand vous entendez parler des conversations téléphoniques difficiles que j’ai [NDLR : avec l’Australie], ne vous inquiétez pas de ça. Vraiment, ne vous inquiétez pas. (Rires) Ils sont durs, nous devons être durs. Nous sommes à une époque où nous devons être un petit peu dur mes amis. On profite de nous pratiquement de tous les côtés du monde. Ca n’arrivera plus. Ca ne va plus se passer comme ça.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
Nous avons vu des musulmans qui veulent la paix être brutalisés, victimisés, assassinés et oppressés par les tueurs de l’Etat islamique. Nous avons vu de nouvelles menaces d’extermination contre le peuple juif. Nous avons vu des campagnes d’ISIS et le génocide des chrétiens dont ils coupent la tête. On n’avait pas vu ça depuis le Moyen-Âge [NDLR : au sens figuré].
Je veux dire clairement aujourd’hui que mon administration fera tout ce qui est en son pouvoir pour défendre et protéger les libertés religieuses dans notre pays. L’Amérique doit rester à jamais une société tolérante où toutes les croyances sont respectées, et où tous nos citoyens peuvent se sentir en sécurité.
Par conséquent, dans les jours qui viennent, nous allons développer un système pour s’assurer que ceux qui sont admis dans notre pays acceptent totalement nos valeurs de liberté personnelle et religieuse, et qu’ils rejettent toute forme d’oppression et de discrimination. Nous voulons que les gens viennent dans notre pays, mais nous voulons qu’ils nous aiment et qu’ils aiment nos valeurs – pas qu’ils nous haïssent et haïssent nos valeurs. 
Nous allons être un pays sûr, et un pays libre. Et nous allons être un pays où tous les citoyens peuvent pratiquer leurs croyances sans craindre la moins hostilité ou violence. L’Amérique s’épanouira tant que nos libertés, et particulièrement nos libertés religieuses pourront s’épanouir ».
Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction et adaptation © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En Israël, « Le sens de la fête » devient « C’est la vie »

Eric Toledano et Olivier Nakache se sont rencontrés en colonie de vacances et pendant 20 ans ils ont été successivement pensionnaires, ...