mercredi 15 février 2017

Arrivée de Netanyahu aux Etats-Unis, aucun média ne vous dira ce à quoi Israël doit s’attendre.....



8 ans de relations tendues avec le président Obama semblent avoir laissé les mêmes traces que l’eau qui passe sous les ponts, rapportent mes sources.

Ce qui est intéressant est que The Washington Free Beacon corrobore ce qui m’a été dit :

  • Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu apparaît dans les sphères politiques de Washington comme la personnalité internationale la plus importante, car Démocrates comme Républicains, ainsi que des hauts responsables de la Maison-Blanche se bousculent pour le voir.
  • Le mot d’ordre des gens qui ont demandé à rencontrer Bibi, contrairement aux craintes que j’ai développé sous l’ère Obama, où j’ai pensé que ce président avait réussi à polariser les relations avec Israël selon l’appartenance au parti, est très clair : les principaux leaders démocrates – et bien entendu les républicains – souhaitent faire passer à Netanyahu un message fort : l’Amérique soutient Israël, et les années de tension de l’administration Obama représentent une parenthèse refermée.
De fait, l’emploi du temps de Netanyahu est déjà rempli autour des cérémonies avec le Président Trump, des hauts responsables de son administration, et d’éminents membres du Congrès – démocrates et républicains.
Et nous savons que contrairement aux idées reçues, ces meetings tournent autour d’un axe central : le désir des membres du Congrès – et peut-être plus encore des démocrates, car la culpabilité d’avoir eu à accepter en silence les rebuffades et mesquineries de leur chef de file, vis-à-vis du pays le plus proche dans le cœur des Américains, est forte – leur désir est de réparer les blessures, et assurer le Premier ministre israélien de leur intention de restaurer des relations privilégiées avec l’Etat juif.
Après cela, les réunions porteront sur les sujets suivants, les plus évidents :
  • L’Iran.
    • Ses récentes violations des accords sur le nucléaire par des tirs de missiles balistiques destinés à affiner la précision de tir afin de frapper Israël.
    • Les mesures possibles contre l’Iran – et ne nous attendons pas à ce que les infos soient publiques. En fait, les commentateurs qui en savent le moins en diront le plus, et ceux qui en savent le plus ne diront rien.
  • L’important dossier du déplacement de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, dont les derniers propos vagues du président Trump lors de son interview pour le quotidien israélien Israel Hayom indiquent clairement que ce dernier ne souhaite pas trop dévoiler ses plans, et l’on ne peut que supposer les raisons.

    • Là encore, ceux qui en savent le moins parleront le plus, le quotidien d’extrême gauche israélien Haaretz le premier, lui qui est le chéri des médias occidentaux. Et l’on se souvient des propos du géopoliticien Emmanuel Navon : « si c’est dans Haaretz, c’est probablement faux ».
  • Enfin, le sujet de l’ONU devrait arriver dans les conversations, afin de décider d’une stratégie pour combattre la guerre diplomatique que livrent les Nations unies pour délégitimer Israël.
  • Nous croyons savoir par une source proche de la Maison-Blanche que l’administration Trump entend agir fermement contre l’activisme anti-israélien de l’ONU. Nous ne savons pas, en revanche, si le dossier de l’UNRWA sera abordé, cette organisation scélérate créée pour faire grossir l’abcès palestinien.
Netanyahu a déjà un dîner à 18:30 heure locale mardi soir avec le nouveau Secrétaire d’Etat Rex Tillerson au Département d’Etat.
Puis il doit rencontrer Trump – rappelons qu’ils sont amis, que Trump avait enregistré des vidéos pour soutenir la dernière campagne électorale de Netanyahu, et que Netanyahu a publiquement soutenu l’élection de Trump – et d’autres officiels mercredi avant de se rendre au Capitole où il rencontrera des hauts responsables démocrates et républicains. Souvenons-nous que lors de sa dernière visite au Congrès, Netanyahu avait reçu la plus longue standing ovation de l’histoire du Congrès !
Netanyahu devrait rencontrer – séparément – le chef du parti républicain au Sénat Mitch McConnell, et le chef de l’opposition démocrate au Sénat Chuck Schumer.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
Une ou des réunions avec des membres du Conseil aux Relations internationales du Sénat devraient également avoir lieu, puis Netanyahu se rendra à la Chambre des représentants pour une soirée avec le chef de file des Républicains Paul Ryan.
« L’emploi du temps de Netanyahu est si plein qu’il ne peut littéralement pas trouver un moment pour rencontrer toutes les personnalités de haut niveau qui souhaitent le voir, » a déclaré un conseiller de la Maison-Blanche aux Affaires du Moyen-Orient cité par The Free Beacon.
Selon les sondages les plus récents, le soutien pour Israël n’a jamais été aussi fort dans la classe politique, tant du côté démocrate que républicain. Une explication, et c’est triste à dire, est que les députés et sénateurs démocrates ne sont plus sous pression par l’ancienne administration de devoir se distancier d’Israël et de Netanyahu, détestés par Obama.
« Maintenant qu’Obama n’essaye plus de forcer les membres démocrates du Congrès à choisir entre Israël et le parti, entre Israël et les Etats-Unis, l’amitié naturelle envers l’Etat juif reprend le dessus, et chacun cherche à aider à renforcer les liens entre Israël et les Etats-Unis » explique une source citée par le Washington Free Beacon, et ça, aucun média ne vous le dira.
En conclusion, tout ce beau monde à Washington veut assurer Israël que l’époque où l’on condamnait l’Etat juif pour ses constructions en territoires disputés, et l’on ne faisait rien contre les résolutions anti-israéliennes, voire antisémites, à l’ONU, est révolue.
La chaleureuse relation de confiance qui existe entre Bibi et Trump débouche sur un espoir moins superficiel : les Etats-Unis entendent bien capitaliser dessus pour lutter enfin contre le danger iranien.
Plusieurs démocrates clés se sont exprimés – et ceci n’est pas non plus rapporté par les médias nationaux – favorablement sur la fermeté des positions de Donald Trump par rapport à l’Iran.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire