mardi 31 janvier 2017

Un trésor culturel juif inégalé acheté par la bibliothèque nationale d’Israël....


La bibliothèque nationale d’Israël à Jérusalem vient d’acquérir, pour une somme restée secrète, la plus grande collection privée de livres et de manuscrits hébraïques. La « Collection Valmadonna » contient environ 10 000 articles, dont un Talmud de Babylone imprimé à Venise entre 1519 et 1523 qui en est le joyau. 
On y trouve aussi une Bible hébraïque imprimée à Rome peu après celle de Gutenberg, un Pentateuque franco-germanique du Xe siècle, un parchemin du XIIe en alphabet samaritain, un incomparable psautier italien du XVe siècle, une traduction hébraïque enluminée des Mille et Une Nuits, ou encore la seule Bible manuscrite sauvée datant d’avant l’expulsion des juifs d’Angleterre en 1290 : celle, rédigée en 1189 et intitulée Codex Valmadonna.
Le Londonien Jack Lunzer avait rassemblé cette collection au fil des décennies et l’avait confiée en 2009 à Sotheby’s à New York car il espérait que la bibliothèque du congrès américain achèterait cette collection estimée à plusieurs millions de dollars. Il n’en a pas été ainsi. Plusieurs collectionneurs privés ont acheté quelques articles et le reste a été acquis par la bibliothèque nationale d’Israël ainsi que par un collectionneur israélien privé dont l’identité n’a pas été révélée.
Jack Lunzer a commencé sa collection il y a presque soixante ans, avec quelques ouvrages ayant appartenu à la famille de sa femme, Ruth, originaire de cette bourgade du Piémont. Elle compte aujourd’hui 10 000 ouvrages et manuscrits, sur une période de mille ans. Ce trésor privé n’était jusqu’ici consultable que par la seule volonté de son propriétaire. 
Celui-ci l’a acquis avec acharnement à travers toute l’Europe, à Prague, Lisbonne, Cracovie, Ankara, sur le pourtour méditerranéen, à Constantinople et jusqu’au Pakistan.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Jérusalem enfin capitale d’Israël (CLAUDE GOASGUEN) Par Shmouel - ....

M. Claude Goasguen est député de la ville de Paris et ancien ministre. Personne de bonne foi ne peut critiquer la décision des États-...