mercredi 25 janvier 2017

Trump Fillon Hamon : tristement, je ne peux m’empêcher de faire la comparaison....


François Fillon a déjà reculé sur son projet de réforme de l’Assurance maladie.

Accusé de vouloir privatiser la Sécu par ses détracteurs, Fillon a cédé sous la pression et a fait marche arrière.
Donald Trump n’a reculé sur aucune promesse de campagne. Et il a subi mille fois plus de pressions que François Fillon. Le premier jour de sa prise de fonctions, Trump a signé quatre ordres exécutifs conformes à son programme :
  • fin du remboursement par l’Etat des avortements pratiqués à Mexico city parce qu’il n’est pas favorable à l’avortement à tout va, et qu’il ne veut pas que l’argent des contribuables soit gaspillé,
  • fin de l’accord de libre-échange, un accord stupide qui ne profite pas aux travailleurs américains, et il a promis d’être le plus grand président créateur d’emplois qu’a connu l’Amérique,
  • gel de l’embauche dans l’administration et audit de chaque corps d’Etat afin de détecter les doublons, les gaspillages, parce qu’il ne veut pas que l’argent durement gagné par les Américains soit nonchalamment dépensé par l’Etat fédéral,
  • interdiction faite à l’administration d’imposer des amendes à toute personne ou organisme qui ne souscrit pas à l’Obamacare, en attendant son remplacement par un système moins injuste et moins autoritaire.
Oui, cela m’attriste un peu.
Réfléchissons : si Fillon a fait marche arrière, cela suppose plusieurs choses, et elles sentent toutes mauvais.
  • FIllon n’avait pas bien étudié son dossier sur l’Assurance maladie, et ses critiques lui ont montré son erreur. Cela veut dire qu’il n’a pas le niveau de compétence pour redresser un pays en ruine comme la France,
  • Ou bien sa réforme était cohérente et bien ficelée. S’il n’a pas la colonne vertébrale assez solide pour défendre un bon projet, une fois président, il reculera sur toutes les réformes dont la France a besoin dès les premiers signes de résistance,
  • S’il n’a pas défendu la réforme, on peut se demander si ce politicien de carrière a des convictions autres que celle de se faire élire,
  • Finalement, et pour la démonstration, supposons que cette réforme aurait profité aux Français et à la France. Dans ce cas, Fillon fait passer son propre intérêt personnel avant celui des Français, et il ne mérite pas le poste et le salaire que les Français lui verseront pour les servir (en maintenant sa réforme, Fillon a pu craindre de perdre le sommeil, de devoir prendre des tranquillisants, ou de devoir se réfugier dans la bouteille pour supporter les critiques, ou pire, de ne pas être élu)
Ai-je oublié quelque chose ?
Passons à Benoît Hamon, le vainqueur de la primaire socialiste. Les Français méritent vraiment ça ?
N’est-il pas écrit au fronton des mairies les mots Egalité et Fraternité ? La gauche n’est-elle plus la championne de l’inclusion ?
Dans Le Télégramme du 29 septembre 2007, il déclare :
« Quand je suis rentré à Brest, j’ai trouvé la ville très blanche. Pour être très honnête, j’ai même trouvé qu’il y avait trop de blancs puisque Brest est une ville sans immigration. Cette attirance pour les autres cultures a certainement favorisé mon engagement politique »
Cette haine de l’homme blanc, ce rejet de la majorité des Français dont il veut le vote, cette accusation qu’il porte contre les Français pour le simple fait qu’ils existent, disent toute son intention de remplacer un peuple par un autre – opération en cours.
En ce début d’année, Dreuz a besoin financièrement de votre soutien, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
Comparez la haine qui habite cet homme avec la grandeur d’âme de Donald Trump, qui déclarait lors de son investiture :
« Que nous soyons noir, métis ou blanc, nous avons tous dans nos veines le même sang rouge des patriotes.
Nous jouissons tous des mêmes belles libertés, et nous saluons tous le même beau drapeau américain,
Qu’un enfant naisse dans la ville tentaculaire de Detroit ou les plaines du Nebraska balayées par le vent, il voit le même ciel nocturne, son cœur est empli des mêmes rêves, et son souffle de vie lui a été donné par le même Créateur tout-puissant,
À tous les Américains, dans toutes les villes, proches et éloignées, petites ou grandes, d’une montagne à l’autre, d’un océan à l’autre, écoutez ces paroles :
Vous ne serez plus ignorés.
Vos voix, vos espoirs et vos rêves définiront le destin de l’Amérique. Votre courage, votre bonté et votre amour nous guideront toujours tout au long de ce chemin. »
Oui, il y a de quoi être triste que la France n’ait pas mieux qu’un mou et un sale type.
Quant au troisième parti en lice, le Front national, je ne peux parler de Marine Le Pen puisqu’elle n’a pas publié son programme. Je peux dire cependant que le fait qu’il n’y ait pas de primaire comme pour les deux concurrents ne projette pas une forte image démocratique.
Comme j’ai quitté la France parce que la démocratie ne fonctionne pas assez bien à mon goût, et qu’il n’y a pas assez de liberté pour mon niveau d’exigence, je suppose que je dois être le seul à me préoccuper de ce détail.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En Israël, « Le sens de la fête » devient « C’est la vie »

Eric Toledano et Olivier Nakache se sont rencontrés en colonie de vacances et pendant 20 ans ils ont été successivement pensionnaires, ...